Demain les chiens… et tous les autres

Lorsque j’étais ado, j’étais fan de science-fiction. Un de mes livres favoris, qui relève tout autant du conte philosophique, s’intitulait « Demain les chiens », de Clifford Simak. Écrit en 1944, il imagine en huit nouvelles l’histoire de notre planète dans un avenir pas si lointain. A la suite d’une opération chirurgicale, un biologiste rend un chien capable de parler, une caractéristique qui sera transmise à sa descendance. Les nouvelles sont racontées par trois chiens du futur qui commentent l’évolution de leur espèce et la disparition des humains, partis sur Jupiter après s’être transformés physiquement et mentalement. Le premier chien pense qu’il s’agit d’un mythe fondateur, le second de faits historiques et le troisième qu’il est inconcevable que d’autres formes de vie que les chiens puissent être dotées d’intelligence et de sensibilité.

« Demain les chiens… et tous les autres » est un essai talentueux de David Joly, préfacé par Cavanna. Il est consacré au combat pour la reconnaissance d’un droit égal de vivre en paix pour toutes les espèces vivantes.

Le livre est articulé en deux parties.

Dans la première, il dresse le portrait de sept hommes et femmes qui ont dédié leur vie à ce combat.

 

crac etc logos

 

Il s’agit de :

Gérard Charollois, adversaire infatigable de la chasse (Convention Vie et Nature)
Jean-Pierre Garrigues, meneur emblématique de la lutte pour l’abolition de la corrida (CRAC Europe)
Allain Bougrain Dubourg, défenseur courageux de la cause des oiseaux massacrés (LPO)
Brigitte Gothière, dénonciatrice efficace de l’horreur des élevages en batterie (L214)
Paul Watson, pirate salutaire éperonnant les pilleurs de la vie marine (Sea Shepherd)
Pierre Athanaze, autre grand combattant acharné de la chasse (ASPAS)
Anne-Laure Francione, dont le nom est imaginaire mais les initiales montrent son appartenance au Front de Libération Animale (ALF).

Nous avons parlé de quasiment tous ces mouvements ou personnes sur le blog. Nous les soutenons tous pour la justesse, l’éthique et la légitimité des combats qu’ils mènent. Chacun des portraits éclaire de façon remarquable le parcours et les motivations de ces militants hors du commun.

Tout aussi passionnant est le second volet du livre où l’auteur, par ailleurs vice-président de Convention Vie et Nature, analyse les nombreux obstacles à la cause de la protection animale. La loi, pourtant, devrait y contribuer.

L’article 521-1 du Code pénal réprime tout acte de cruauté sur des animaux domestiques ou non. L’article L214 du Code rural leur reconnait le statut d’êtres sensibles et l’obligation pour leur propriétaire de les traiter avec dignité. Les deux sont foulés au pied par la réalité des faits, le premier en prévoyant des exceptions pour la torture tauromachique et les écœurants combats de coqs, le second en estimant qu’il est digne pour une poule de passer sa courte vie dans des conditions épouvantables sur la surface d’une feuille A4 avant d’être mise à mort (la situation est similaire pour les autres animaux élevés en batteries) et en autorisant l’horreur des abattages dits rituels.

demain les chiensPeut-on alors changer les lois ?

Un petit nombre de députés tentent de le faire mais sont systématiquement barrés par leurs chers collègues, quelle que soit leur appartenance politique.

Nous en avons souvent parlé ici : lorsqu’il s’agit de certaines traditions, la classe politique est très loin de représenter les attentes des Français qui sont à 66% contre la corrida, à 73% pour l’abolition de la chasse à courre et à 81% pour que la cause animale soit mieux traitée par les élus. David Joly cite un exemple particulièrement révélateur. En 2011, quand il s’est agi de voter une loi sur l’égalité homme-femme, 16% des 577 députés s’étaient déplacés dans l’hémicycle. Un peu plus tard, pour une nouvelle disposition renforçant les droits des chasseurs, ils étaient 539 à voter dont 534 en faveur des chasseurs.

Alors, que faire ?

Dénoncer publiquement les préférences des politiciens sur ces sujets afin de tenter d’influencer les votes au sujet de la corrida. Présenter de nouveaux candidats issus des mouvements de protection animale, même si ce n’est que pour leur permettre de faire entendre leur voix. Lutter, encore et toujours, au sein d’associations ou d’ONG, plus que jamais.

Nous finirons par gagner ces combats. Comme le dit en conclusion Gérard Charollois : « Nous sommes la générosité, nous sommes la civilisation, nous sommes l’intelligence du cœur, alors qu’ils ne sont que la barbarie ».

Vous pouvez acheter « Demain les chiens… et tous les autres » sur les sites tels que celui de l’association No Corrida ou de Convention Vie et Nature (13€ + port).

Sites officiels des associations mentionnées :

Convention Vie et Nature
CRAC Europe
Ligue pour la Protection des Oiseaux
L214
Sea Shepherd
Association pour la protection des animaux sauvages
Animal Liberation Front

One Reply to “Demain les chiens… et tous les autres”

  1. anti

    Voilà le prochain livre que je vais lire et certainement que je vais aussi l’offrir autour de moi 😉 Belle initiative, bien relayée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.