Qui m’a donné la gonoko ?

Eurêka !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Après des années de pas vraiment recherches, j’ai retrouvé LA chanson que je chante quand je me sens particulièrement en joie.

Tout bêtement, en préparant la note sur le Festival les Suds de Arles, voilà t’y pas que je tombe sur « Angelique Kidjo » !!! Purée ! J’avais cherché avec toutes les orthographes (Ange Elie Kid Joe, Angele Likidjoe, Angelika Jones…), mais pas celle-là !

Ni une, ni deux, mon jukes box interne est reparti de plus belle avec des paroles plus que approximatives ! Manquait plus qu’à trouver le titre… Et, je l’ai retrouvé, pour mon plus grand plaisir, qui n’est pas forcément partagé par le reste de la maisonnée…

Peu de gens la connaissent et pourtant… Wikipédia Serge !

angelique-kidjo_610x321.jpg

Angélique Kidjo est une chanteuse béninoise née le 14 juillet 1960, quelques semaines avant l’indépendance de l’ex-Dahomey, connue pour la diversité de ses influences musicales et l’originalité de ses clips. Également auteur et compositeur, elle est lauréate des Grammy Awards a plusieurs reprises. Parmi ses succès, on trouve les chansons Agolo, We We, Adouma, Wombo Lombo, Afirika et Batonga.

Ses influences musicales sont la pop africaine, la musique des Caraïbes, le zouk, la rumba congolaise, le jazz, le gospel, et les styles latins.

Elle est inspirée aussi par les artistes qui ont bercé son enfance : Bella Bellow, James Brown, Aretha Franklin, Jimi Hendrix, Miriam Makeba et Carlos Santana.

togo%20benin%20enfants.jpg Biographie

Angelique Kidjo est née à Cotonou, au Bénin.

Son père est un Fon de Ouidah et sa mère, Yorouba, directrice d’une troupe de théâtre et femme d’affaires avertie.
Dès l’âge de six ans, elle intègre la troupe de théâtre de sa mère, ce qui fait naître en elle le goût pour les musiques et les danses traditionnelles. Elle commence à chanter au sein du groupe Les Sphinx et, adolescente, rencontre le succès grâce à son adaptation pour la radio nationale de la chanson de Miriam Makeba « Les Trois Z ».

Elle enregistre ensuite l’album Pretty avec l’aide de son frère et du producteur camerounais Ekambi Brilliant. Cet album contient les chansons Ninive, Gbe Agossi et un hommage à Bella Bellow, une chanteuse togolaise qui fut l’une de ses sources d’inspiration.

Le succès de cet album lui a permis de faire une grande tournée en Afrique de l’Ouest. Les conflits politiques incessants au Bénin l’empêchent de poursuivre sa carrière de façon indépendante dans son propre pays.

Elle déménage à Paris en 1983 où naîtra sa fille en 1993. Tout en travaillant pour payer ses frais de scolarité, Angelique suit des cours de chant au CIM, une école de jazz parisienne réputée.

Elle y rencontre son futur mari Jean Hebrail, musicien et compositeur avec qui elle écrit la majeure partie de sa musique. D’abord choriste de groupes africains de Paris, en 1985 elle devient la chanteuse du groupe de Jazz africain Pili Pili formé par le pianiste hollandais Jasper Van’t Hof.

Elle collabore à trois albums de Pili Pili : Jakko (1987) Be In Two Minds (1988, produit par Marlon Klein) et Hôtel Babo (1990).

Dès la fin des années 1980, elle était devient l’une des chanteuses les plus populaires de Paris. Elle enregistre un album solo, Parakou pour le label de Jazz, Open.

Elle s’intalle aux États-Unis en 1998 où elle d’abord étonné que son public soit essentiellement blanc, son mariage avec un européen (Jean Hébrail) étant mal admis par la communauté afro-américaine. Elle connait ensuite un succès partagé couronné en 2007 par un Grammy Awards.

En 1996 elle chante au Concert du Prix Nobel de la Paix qui rend hommage à Carlos Filipe Ximenes Belo et à José Ramos-Horta pour leur action au Timor de l’Ouest.

En 1998, elle participe à la tournée Lilith Fair de Sarah McLachlan. En 2002, elle chante au Concert du Prix Nobel de la Paix en hommage au Président américains Jimmy Carter. En février 2003, Angélique interprète « Voodoo Child (Slight Return) » de Jimi Hendrix au Radio City Music Hall de New York aux côtés de la légende du Chicago Blues Buddy Guy et du guitariste Vernon Reid (de Living Colour) pour le film, produit par Martin Scorsese : « Lightning In A Bottle : One Night In The History Of The Blues« , un documentaire sur l’histoire du blues avec de nombreux artistes de Rock, de Rap, et de Blues.

En novembre 2003 Angélique chante à Cape Town en Afrique Du Sud avec Peter Gabriel et Youssou N’Dour au grand concert pour la fondation de Nelson Mandela.

En mai 2004 elle participe au concert « We Are The Future » produit par Quincy Jones à Rome devant 400 000 personnes.

Le spectacle a lieu au Circo maximo avec la participation d’Oprah Winfrey, Alicia Keys, Andrea Bocelli, Herbie Hancock, Angelina Jolie et d’autres stars internationales. En mars 2005, elle chante devant 50 000 personnes lors du concert Africa Live de Dakar organisé par Youssou N’Dour pour lutter contre le paludisme avec la participation d’un grand nombre de stars Africaines.

En juin 2005, elle participe au concert Live 8 présenté par Angelina Jolie et Peter Gabriel à Cornwall au Royaume-Uni. En 2007, elle a fait reprend la chanson « Happy Christmas (War Is Over) » de John Lennon’s avec sa fille pour la compilation Instant Karma : The Amnesty International Campaign to Save Darfur.

Elle part en tournée en Amérique du Nord en 2007, avec Josh Groban. Le 7 juillet 2007, Kidjo a chanté au South African leg pour Live Earth. Annie Lennox s’est jointe à Angélique Kidjo et 22 autres chanteuses sur la chanson SING pour la lutte contre la transmission du VIH de la mère au nouveau-né en Afrique.

Angélique a chanté au 75e Anniversaire de Quincy Jones lors du Festival de Jazz de Montreux en juillet 2008. Angélique a fait son premier concert au célèbre Carnegie Hall de New York le premier novembre 2008. Angélique a joué au Royal Albert Hall de Londres pour la première fois le 26 novembre 2008 aux côtés de Hugh Masekela pour les « African Stars », concert au profit de VSO. Angélique est l’une des interprètes de la vidéo « Price of Silence » produit par Amnesty International à l’occasion des 60 ans de la Déclaration des droits de l’Homme.

Suite à son engagement pour la campagne de Barack Obama, elle participe le 20 janvier 2009 à l’African Diaspora Inaugural Ball, un des bals organisés à Washington lors de l’investiture présidentielle.

ibc_benin_kidjo071287G.jpg Engagements citoyens

Angélique est une Ambassadrice de Bonne Volonté de l’UNICEF depuis 2002. Avec l’UNICEF, elle a visité de nombreux pays en Afrique. On trouve les comptes-rendus de ses voyages sur le site Web de l’UNICEF : Benin, Sénégal, Éthiopie, Tanzanie, Syrie, Malawi, Ouganda, Kenya, Sierra Leone, Zimbabwe et South Africa.

home-masthead.jpg Kidjo a fondé The Batonga Foundation /// La fondation Batonga qui soutient les études secondaires de jeunes filles africaines afin qu’elles puissent soutenir le développement en Afrique.

La fondation offre des bourses, augmente le nombre d’admissions, veille à l’amélioration du niveau des professeurs, procure aux écoles des fournitures, encourage des programmes de mentors, explore les méthodes d’enseignements alternatives et milite pour la prise de conscience de l’importance de l’éducation des filles.

Elle a fait campagne au côté d’Oxfam lors de la conférence de l’OMC à Hong Kong en 2005 pour la promotion du commerce équitable et a voyagé avec Oxfam au Nord de Kenya ainsi qu’aux frontières du Darfour et du Tchad avec Mary Robinson en 2007. Angélique et sa fille participent au tournage de la vidéo In My Name avec Will I Am des The Black Eyed Peas

Elle a présenté le prix de la fondation de Mo Ibrahim’s pour « Achievement in African Leadership » à Alexandrie en Égypte, le 26 novembre 2007 et le 15 novembre 2008.

Albums de sa carrière internationale

Angélique Kidjo est alors découverte à Paris par Chris Blackwell, le fondateur jamaicain de Island Records, la maison de disques de Bob Marley et U2. Il la signe en 1991 sur son label Mango. Elle enregistrera quatre albums chez Island, jusqu’au départ de Chris Blackwell. En 2000, elle signe un contrat à New York avec le label Columbia Records, pour lequel elle enregistre deux albums.

Kidjo parle couramment le Fon, le Français, le Yoruba, et l’Anglais. Elle chante dans ses quatre langues natales. Sa chanson Malaika, de l’album Logozo, est en Swahili. Elle utilise souvent la technique vocale Zilin et le Vocalese.

Plus de détails sur sa dicographie : ici.

Prix et distinctions

* Prix Octave RFI (1992).
* Prix Afrique en Creation (1992).
* Prix de la musique danoise : Meilleure chanteuse (1995).
* Grammy Award : nomination pour Best Music Video (1995).
* Prix Kora Music : Meilleure artiste féminine africaine (1997).
* Grammy Award : nomination pour Meilleur album de musiques du monde (1999).
* Mobo Awards : Best World Music Act (2002).
* Grammy Award : nomination pour Meilleur album de musiques du monde (2003).
* Médaille De Vermeil De La Ville De Paris (10 octobre 2004).
* Grammy Award : nomination pour Meilleur album de musiques du monde (2005).
* Prix Africa-Festival (2006).
* SAFDA African pride Award (2006).
* Grammy Award : Meilleur album de musiques du monde (2007).
* Prix Antonio Carlos Jobim (2007).
* NAACP Image Award for Outstanding World Music Album (2008).
* Prix Go Global des musiques du monde (2008).
* Grammy Award : Meilleur album contemportain de musiques du mondeBest Contemporary World Music Album (2008).
* Commandeur National de l’Ordre du Mérite du Bénin. (1er août 2008).
* Médaille du Président de la Republique Italienne. (17 octobre 2008).

kidjo.jpg

Angelique Kidjo sur Myspace

anti

4 Replies to “Qui m’a donné la gonoko ?”

  1. Anna Galore

    MA-GNI-FI-QUE !!!

    Quand je pense que je connais « We we » grâce à tes paroles phonétiques – très approximatives en effet – qui me font à chaque fois mourir de rire et que j’ignorais (comme toi, certes) la fabuleuse carrière de cette chanteuse et surtout de cette femme hors du commun, quelle merveilleuse découverte !

    Que c’est bon de savoir qu’il y a des êtres comme elle…

  2. ramses

    Quelle carrière ! Et quel dynamisme !

    Ce sont des artistes comme Angélique, Quincy Jones (trompetiste, arrangeur, compositeur et producteur extraordinaire, mériterait aussi une note, tant sa carrière est époustouflante), qui ont contribué à l’élection de Barack Obama.

  3. Antiochus

    Salut Anti, Bravo de mettre à l’honneur cette chanteuse à la voix exceptionnelle qu’est Angélique Kidjo … non, non, … je n’aime pas QUE les chanteuses lyriques … en fait c’est la Voix qui m’intéresse et la sienne est somptueuse!
    Antiochus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.