Karmapa et la Coiffe Noire

Je vous l’avais promis il y a quelques jours à la suite de l’article d’Anti sur le mantra de 100 syllabes, voici une note qui explique en quoi consiste la cérémonie de la Coiffe Noire, à laquelle j’ai assisté plusieurs fois.

Je vais tout d’abord vous décrire le contexte minimum nécessaire pour comprendre de quoi il s’agit, à commencer par qui est le Karmapa et comment je l’ai rencontré il y a environ 35 ans.

Un évènement qui a influencé toute ma vie et dont je me souviens comme si c’était hier.

Qui est le Karmapa ?

Le bouddhisme tibétain est constitué de plusieurs branches. Les deux principales sont les Bonnets Jaunes (Gelugpa), dont le chef spirituel est le Dalaï Lama, et les Bonnets Rouges (Kagyupa), dont le chef spirituel est le Karmapa.

A la différence du christianisme (par exemple entre catholiques, orthodoxes, protestants, etc.), il n’y a aucune divergence de croyances entre les différentes branches du bouddhisme tibétain. D’ailleurs, depuis l’apparition du bouddhisme au Tibet, ce sont les Karmapas successifs qui ont formé les Dalaï Lamas successifs.

karmapa16_dalailama.jpg
Le 16e Karmapa et le 14e Dalaï Lama

Il s’agit bien de voies complémentaires, qui ont toutes pour but de mener à l’état de bouddha (mot signifiant « éveil »). Les différences résident dans les moyens mis en oeuvre pour y parvenir.

Les Kagyupa pratiquent ce qu’on appelle la Voie du Diamant (vajrayana), aussi dénommée bouddhisme tantrique, le plus ésotérique.

C’est la forme de bouddhisme que je connais le mieux, ayant reçu, depuis le milieu des années 70, mes initiations et enseignements successifs auprès de lamas adeptes de cette branche.

« Kagyu » signifie « la lignée des instructions orales » :
– « Ka » a le double sens de la signification éclairée donnée par les paroles du professeur, aussi bien que la force que de telles paroles porte.
– « Gyu » signifie la lignée ou la tradition.

La lignée de maître à disciple qui a fondé la Voie du Diamant il y a dix siècles commence de la façon suivante : Vajrasattva (voir le mantra de 100 syllabes), Tilopa, Naropa, Marpa, Milarepa, Gampopa, Karmapa. Elle s’est poursuivie jusqu’à nos jours.

Rencontre avec le seizième Karmapa

Ainsi que j’ai eu l’occasion de le dire dans la postface de deux de mes livres, j’ai fondé avec trois autres personnes en 1976 le premier Centre Tibétain Kagyupa de Toulouse. Le grand lama avec qui nous avons vécu pendant plus d’un an se nommait Pawo Rinpotché. C’est lui qui m’a donné mon nom initiatique tibétain.

Les lamas Kagyupa sont venus en Europe à la fin des années 70 grâce, en particulier, à Ole et Hannah Nydahl, les deux premiers élèves occidentaux de Karmapa.

C’est à cette occasion que j’ai rencontré pour la première fois le seizième Karmapa et les Nydahl. Etant hébergé dans la même maison qu’eux, j’ai pu côtoyer le Karmapa au quotidien pendant un mois, y compris lors d’audiences privées (je raconterai une anecdote extraordinaire à ce sujet une autre fois).

926076824.jpgOle assurait lui-même les traductions en plusieurs langues des enseignements donnés. En plus du danois, il parle couramment l’anglais, l’allemand, le français et, bien entendu, le tibétain.

Depuis cette époque, il a créé plusieurs centaines de centres de la Voie du Diamant autour du monde.

Après une trentaine d’années sans le revoir, j’ai eu le plaisir et l’émotion de le retrouver fin 2007 grâce à Anti, lors de l’un de ses passages à Paris.

Ma première cérémonie de la Coiffe Noire

Mais revenons à ma première rencontre avec Karmapa, en été 76. Je la raconte dans mon roman « La femme primordiale », sous les traits de Charlie, qui en parle à Anouar Asrar, un égyptologue érudit venu dîner chez lui.

Ces deux personnages sont fictifs mais les mots qu’ils échangent reflètent avec exactitude ce que j’ai vécu.

Anouar – Vous êtes bouddhiste ?

Charlie – Je ne crois en aucun être suprême et je ne pratique aucun rite particulier mais, lorsque j’avais une vingtaine d’années, j’ai vécu pendant deux ans avec des lamas tibétains.

– Quelle lignée ?

– Kagyu Pa, les Bonnets Rouges.

– La voie du Diamant, les Trois Joyaux. La branche la plus ésotérique.

– En effet. Son chef spirituel, le Karmapa, est le premier de tous les lamas à avoir été réincarné.

– Avez-vous eu l’occasion de le rencontrer ?

– Oui, le seizième d’entre eux. Je l’ai vu à plusieurs reprises – en fait, dès la première fois où il est venu en Europe pour transmettre son enseignement. C’était au Danemark, dans une immense maison transformée en centre tibétain et en dortoir pour les premiers arrivés, dont je faisais partie. Je l’ai côtoyé tous les jours pendant un mois. Il était accompagné d’un tulkou, lui aussi hors du commun.

– On dit que la simple vue de sa coiffe peut vous changer à jamais.

– Je peux vous confirmer que c’est vrai, en ce qui me concerne. La toute première fois où j’ai vu le Karmapa, il procédait à la cérémonie de la Coiffe Noire, dans une salle immense. Un ami bouddhiste m’avait expliqué un peu avant que, pendant qu’il tiendrait d’une main la coiffe sur sa tête, il projetterait vers nous toute son énergie bienveillante et celles des grands maîtres ayant atteint l’état d’illumination. J’avais écouté avec un scepticisme poli, bien sûr. Je me disais qu’il fallait prendre cela à un niveau purement symbolique. La cérémonie a commencé, dans le son de grandes trompes et de cymbales. J’étais assis par terre, en tailleur, face au Karmapa, à plusieurs dizaines de mètres de lui, au milieu d’un bon millier de personnes. Lorsqu’il a posé la coiffe sur sa tête, avant que je ne réalise ce qui m’arrivait, je me suis écroulé en larmes, courbé en deux. Je n’ai pu me redresser que lorsqu’il a retiré la coiffe.

La coiffe noire et les Dakinis

Ce que Charlie décrit comme une projection d’énergie bienveillante est, en fait, celle qui émane de déités typiquement tantriques, les Dakinis.

1129739104.jpgLes Dakinis (« femmes qui se déplacent dans le ciel ») symbolisent la sagesse, la compassion et l’esprit des pratiquants. Plusieurs étymologies ont été proposées pour ce mot, certaines faisant allusion aux psalmodies des femmes chamanes, qui ont précédé le bouddhisme en Mongolie puis au Tibet.

On peut y voir des divinités de cultes antérieurs au tantrisme ou au bouddhisme, d’esprits de la nature, de sorcières ou démons féminins indiens ou himalayens.

1656837794.jpgLa coiffe noire fut tissée par les Dakinis à partir de leurs chevelure et offerte au Karmapa en reconnaissance de sa réalisation spirituelle. On dit que la seule vue de cette coiffe peut éveiller le plus profond potentiel de l’esprit et même apporter l’illumination. La coiffe physique portée par les Karmapas fut offerte au 5e Karmapa par l’empereur chinois Yongle comme une représentation matérielle de la coiffe spirituelle.

Elle est actuellement conservée à Rumtek au Sikkim, la dernière demeure du 16e Karmapa.

La suite de l’histoire

J’ai revu le Karmapa de nombreuses fois dans l’année qui a suivi. C’est lui, en particulier, qui est venu en personne consacrer notre Centre, par amitié pour Pawo Rinpoché dont il était très proche. Le voir arriver dans la petite rue du lotissement où se trouvait la villa que nous avions aménagée en lieu de pratiques et de méditations a été un moment à la fois très émouvant et plutôt drôle (la tête des voisins…).

J’ai assisté à d’autres cérémonies de la Coiffe Noire en Dordogne, où Karmapa allait souvent. Il a été, en effet, à l’origine de la création d’un très grand centre bouddhiste, Dhagpo Kagyu Ling, qui est toujours en pleine activité aujourd’hui.


Une photo que j’ai prise à Kagyu Ling en 1976

Cela m’a permis de rencontrer également des maîtres de chant, vraisemblablement formés au monastère de Gyuto, accompagnés de grandes trompes (dung chen), de sortes de clarinettes et de percussions diverses, comme on peut l’entendre dans la vidéo sur la Coiffe Noire qu’avait mise Anti dans son article et que j’ai fait figurer à nouveau ici.


Photo: Encyclopedia Universalis

Les informations qui composent cette note sont principalement basées sur mes souvenirs personnels, complétés par quelques extraits de Wiki, en particulier sur les Dakinis.

Photos des Dakinis: Wikipedia
Photos de Karmapa: divers sites web

42 Replies to “Karmapa et la Coiffe Noire”

  1. Catherine Post author

    Je ne connais pas le Bouddhisme… Du tout… A part ce que vous évoquez, les uns et les autres, dans ces pages. J’en retiens, personnellement, beaucoup de chaleur, de bonheur, d’amour et de don…

    Merci de partager ces souvenirs avec nous… Ca a l’air d’avoir été une rencontre et un moment extraordinaires !

  2. anti Post author

    Une grande joie de retrouver tes souvenirs qui me rappellent ces discussions à bâton rompu que nous avons eues à ce sujet, discussions qui ont fini par te remettre sur la route de Ole…

    Je viens d’envoyer le lien vers cet article à nos amis de Villabé.

    anti

  3. ramses Post author

    Anna,

    Le regard et le sourire de Karmapa sont pleins de bonté et la vidéo montre bien sa compassion naturelle à l’égard des fidèles. Egalement les précautions infinies qu’il met à extraire cette coiffe noire de son emballage, à la maintenir sur sa tête et à la ranger ensuite. La musique est envoûtante et cette cérémonie est assurément majestueuse, tout en restant d’une grande simplicité. Je comprends que le boudhisme fasse tant d’adeptes dans le Monde.

    Ton nom initiatique « montagne-foudre » te représente tel que je t’imagine, tourné vers le haut et empli d’une grande énergie. La note « du volcan au diamant » est à relire, pour faire une synthèse de tous ces évènements étonnants, dans lesquels les Pyramides se sont insérées…

    Peu importent les croyances, l’essentiel est de croire…

  4. Max Post author

    Par hasard, j’ai trouvé votre site en faisant des recherches pour mon blog: c’est interessant d’avoir des témoignages des années 1976, moi-même étant résident à Dhagpo-Kagyu-Ling à cette époque, je connaît bien cette période d’où l’intêret de témoigner aussi à travers un blog: http://dhagpo1976-archive-artibet.overblog.org/ Merci !

  5. Max Post author

    Par hasard, j’ai trouvé votre site en faisant des recherches pour mon blog: c’est interessant d’avoir des témoignages des années 1976, moi-même étant résident à Dhagpo-Kagyu-Ling à cette époque, je connaît bien cette période d’où l’intêret de témoigner aussi à travers un blog: http://dhagpo1976-archive-artibet.overblog.org/ Merci !
    PS : à l’époque nous avons eus le prévilèges (Frizou, Baba, Max) de sculpter le trône du Karmapa…pour la cérémonie de la coiffe noire.

  6. Max Post author

    Merci de ta réponse, il y a encore des imperfections sur mes archives, je compte sur des personnes ayant connue cette époque du début de Dhagpo pour alimenté ce blog par des photos ou des témoignages, ou joindre leurs Blogs au mien.
    Le but principal de mon histoire et de faire connaître le bouddhisme tibétain à travers l’art, de l’intérieur car je le vie tous les jours à travers cette activité. Si tu souhaite je peux associé ton Blog au mien.
    A bientôt.

  7. Anna Galore Post author

    Oups… pas encore pris le temps de t’écrire mais je vais le faire, promis ! Oui, pas de problème à associer ce blog au tien. Tu peux reprendre nos articles si tu le souhaites, il te suffira de citer qu’ils proviennent d’ici.

  8. MaxArtibet Post author

    j’ ai réussi à placer ton blog sur le mien, mais à son ouverture, il ne trouve pas ta page erreur? par contre les autres blogs se connecte sans problème. petit soucis sans souci, à bientôt !

    PS: çà serait sympa que je puisse voir votre équipe, (une photo) car je suis confronté à interlocuteur invisible…
    Max

  9. Anna Galore Post author

    J’ai jeté un coup d’oeil sur ton blog : normal que ça ne marche pas, le lien que tu donnes est tronqué, il se termine au milieu du mot « coiffe » qui chez toi devient « coi… » (oui, avec les trois points de supension) au lieu de « coiffe-noire.html ».

  10. Gyourme Post author

    Merci pour ton blog, bien sûr voir le karmapa m’émeut toujours, mais ce qui m’a presque mis les larmes c’est ta photo de Kagyu Ling en 1976 que tu n’as pas commentée… Il s’agit de Lama Teunsang, Lama Meunlam encore tout jeune et le Tulku occidental Trinlay Rinpoche reconnu par Kalu Rinpoche. Cette photo est très rare merci beaucoup.

  11. Anna Galore Post author

    Magnifique ! Magnifique ! Enfin des infos sur cette photo dont je n’avais plus aucune idée de qui elle montrait !!! Je l’ai même envoyée par mail à Kagyu Ling il y a plusieurs semaines pour voir si quelqu’un reconnaissait les visages mais je n’ai eu aucune réponse.

    MERCI A TOI !

  12. valentine Post author

    Ce matin, je lis un article qui me fait bouillonner dont je livre ici un passage. Il s’agit du journal des français de l’étranger « France Magazine » un article de Jacques-Michel Tondre.

    …. »Nous sommes tous des juifs allemands », clamaient en 1968 les manifestants. « Nous sommes tous des bouddhistes tibétains », clamaient l’an dernier leurs héritiers quand le Dalaï Lama est venu, avec son sourire bonhomme, inaugurer le temple de Lérab Ling, sur le plateau du Larzac, en présence de hautes personnalités françaises.

    Et pourtant, y a-t-il une différence fondamentale entre ce temple, décoré comme un arbre de Noël, avec sa statue de Bouddha de sept mètres de haut et le Mandarom, proche de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence), qui revendiquait une représentation de vingt-deux mètres de haut du même ascète indien, dynamitée en 2001 sur décision judiciaire?

    Il paraît que le Mandarom était une secte, dont les adeptes étaient appelés à faire des dons au profit de leur gourou, un certain Gilbert Bourdin, décédé en 1998, alors que le bouddhisme tibétain serait une religion respectable. Mais de la même façon, sur le site internet du temple de Lérab Ling, les adeptes sont appelés à « faire un don en ligne ».

    Pour en revenir aux Ouïgour et aux Tibétains (titre de son article avant dérapage), ou bien ils accepteront, à terme, de parler et de penser chinois, ou bien ils contribueront à l’éclatement d’un empire qui ne saurait échapper au sort de l’URSS, décrite en 1078 par Hélène Carrère d’Encausse comme un « Empire éclaté »………. »

    sidérant non?

  13. anti Post author

    C’est génial ces rencontres grâce à Internet ! Emouvant oui, même pour nous, simples spectateurs de votre passé.

    Une question Gyourme : comment es-tu arrivé sur cette note ? Simple hasard ou guidé ?

    anti

  14. anti Post author

    On s’est croisées Valentine 😉 Sidérant ? Nul.

    « ou bien ils accepteront, à terme, de parler et de penser chinois, ou bien ils contribueront à l’éclatement d’un empire qui ne saurait échapper au sort de l’URSS, décrite en 1078 par Hélène Carrère d’Encausse comme un « Empire éclaté »………. » »

    Pour ma part, j’ai des cours de tibétains à la maison et une demie-douzaine de moines qui doit arriver bientôt ;-))))))))))))))

    anti

  15. Anna Galore Post author

    Ah tiens, je n’avais pas vu le tissu de conneries de ce JM Tondre. Si on suit son raisonnement, le Christ de Rio ou La Mecque seraient aussi des symboles évidents de sectes puisque, si j’arrive à le suivre, c’est la taille qui compte (il n’aurait pas un problème d’atrophie pénienne, le monsieur ?)

    Anna Freud

  16. Gyourme Post author

    Bonjour Anti,

    Quand tu dis note tu parles de ce blog ? Si oui je cherchais simplement le mot « coiffe » dans la partie image de google dans un contexte complétement différent que la coiffe noir du karmapa, et lorsque j’ai vu la magnifique photo du Gyalwa Karmapa Ranjung Rigpe Dorje je me suis permis d’aller voir de quoi parlait ce blog/site.

    Sinon pour la photo je peux te confirmer à 100% qu’il s’agit bien de Lama Teunsang, Lama Meunlam et Trinlay Tulku. Cette photo m’a particulièrement émue car Lama Monlam est mon lama racine que je n’ai pas revu malheureusement depuis de nombreuses années à cause de puissants obstacles sur la voie, cette photo inédite de mon lama à ravivé encore plus ma dévotion à son égard. Merci beaucoup.

  17. anti Post author

    Merci à toi pour ces explications Gyourme. Effectivement, quand je parle de note, je parle aussi bien d’articles qui sont sur le blog.

    Au plaisir de te lire,

    anti

  18. Mifa Post author

    Très émue de retrouver sur ces photos des souvenirs – je suis venue à Dhagpo en 1983, mon premier contact avec le bouddhisme (la première personne que j’ai vue était le visage hilare de Puntsela à la fenêtre de la maison des lamas), et déjà ce n’étaient plus les temps héroïques que nous racontait Baba : je l’ai aperçu il y a quelques mois à Plazac lors d’une initiation. Quel bonheur !
    Merci, mille mercis.

  19. Anna Galore Post author

    Ceux d’entre nous qui ont vécu les débuts de Dhagpo et du bouddhisme tibétain en France et en Europe ont eu une chance incroyable de pouvoir rencontrer de près des êtres hors du commun comme le 16e Karmapa, Pawo Rimpoché et tous ceux qui les entouraient.

    Merci de votre passage ici.

  20. pascalP Post author

    La photo de 1976 qui représente Lama Teunsang R et Migmar, devenu plus tard Lama Meunlam, ne représente pas Trinlay Tulkou: celui ci avait 1 ans en 1976.

    Le Tulkou occidental sur cette photo est une émanation de Sangye Nyenpa; il avait été confié à Lama teunsang R pour qu’il fasse son éducation. Sa mère, une anglaise, a trouvé les conditions de vie difficiles à Montchardon à l’époque, et a préféré que son fils parte pour Rumtek, où il a poursuivi ses études.

  21. ramses Post author

    Chat alors… Avant d’aller dormir, je retrouve cette note… Et même un comm de Valentine que je n’avas pas lu…

    La vie n’est pas un long fleuve tranquille…

    Mais ceux qui croient… Sont des bienheureux… Quelles soient leurs croyances… Et pourvu qu’elles soient sincères…

  22. pascalP Post author

    Si vous voulez en connaitre un peu plus sur ce tulkou, lisez cette page:

    http://www.phantomlyoracula.com/

    Vous remarquerez que le nom de Sangye Nyenpa n’apparait pas sur la lettre de reconnaissance du 16 ème Karmapa; il est juste fait état de « incarnate Lama ».

    qu’est devenu « Sang gyes Nienpa Trulku Rinpoche » (Ossian MacLise) ????

    «  » » » » Anonymous said…
    I met Ossian in Woodstock, in 1999. He was hanging out, smoking weed and working on a translation of the Choying Dzo (which wasn’t terribly good, though it was obvious he appreciated the text itself very much).

    After a year or so he moved on, and has since not been heard from. I got the sense that being a Western Tulku conferred no particular advantage for him in this life, aside from a rather good basic Dharma education.

    Other tulkus have told me that 1970’s Rumtek was cliquish, and that non-Tibetans (including Bhutanese tulkus) were socially marginalized there. I think it would go without saying for a Western tulku. » » »

    On Digital Tibetan Bouddhist Altar (Que peut-on penser d’un témoignage anonyme? )

    Aparté: dommage pour lui, « Dharma-educated », qu’il fume la weed; accroc comme je suis à la fumée cannabique, je serai ridicule de le « juger », même d’émettre une opinion. Je ne peux que nous renvoyer tous les deux à un enseignement simple de Lama Teunsang R sur le sujet: si c’était utile pour atteindre l’éveil, le Bouddha aurait conseillé de le faire…

    Pour en revenir au fondamental:

    Un tulkou, s’il n’est pas bien éduqué par des maitres authentiques, reste un homme ordinaire, dit-on.

    Au Tibet, on en dénombrait quelques 3000. Il y a quelques années, diaspora incluse, il n’en restait plus environ que 300 (avant que Sitou R n’en reconnaisse par centaines).

    De fait, le phénomène tulkou est AUSSI une grosse pompe à fric, l’antichambre des pouvoirs.

    La fascination qu’exerce ce titre sur les occidentaux est quelquefois totalement surréaliste. Vous rendez vous compte: ils naissent Rinpotchés…. Même si vous vous menez à bien 4 retraite de 3 ans (conseil spirituel donné par Lama Kalou R: si vous pouvez entrer en retraite pendant 12 ans, vous aurez des chances d’entrevoir le Mahamudra), même si vous atteignez l’éveil, le Trône du Tulkou sera toujours plus haut….

    Ce qui s’est passé dans la Lignée Kagyupa le prouve: tout ce cérémonial de Tulkou reconnu, intronisé, dans l’absolu, ne veut rien dire…. même bien éduqué, un Tulkou peut aussi être une franche canaille, voire pire: un briseur de samaya.

  23. Anna Galore Post author

    C’est bien triste, tout ça. Mais je veux bien croire, en effet, que ce genre d’histoire puisse arriver.

    Merci d’avoir retrouvé l’histoire de ce petit garçon extraordinaire devenu un homme ordinaire.

  24. anti Post author

    Passionnant !

    « si c’était utile pour atteindre l’éveil, le Bouddha aurait conseillé de le faire… »

    Excellent et tellement… bouddhiste 😉

    anti, le cheval est blanc parce qu’il est blanc !

  25. pascalP Post author

    Anna, attention, ne vous trompez pas: je n’ai pas dit de cet homme quarantenaire qu’il était « devenu un homme ordinaire ».

    J’ai bien précisé que je ne suis pas en mesure de juger son attitude quelque peu éloignée de la pratique bouddhiste traditionnelle s’il apparait véridique qu’il fume la ganja….

    Rappelons-nous du grand Trungpa R qui usait et abusait de psychotropes….cela ne l’a pas empéché de recevoir des Dakinis elles-même, dans leur langage, la Prophétie concernant l’actuel Shamarpa. C’est pas ordinaire, ça.

    Plus lointain, Drukpa Kunley et PadmaSambhava semblent nous enseigner qu’il leur a été « utile » d’utiliser certaines substances. Même Milarepa, après sa longue ascèse et avant d’ouvrir le dernier parchemin de Marpa arrose son repas à la bière; il semble me souvenir que ça lui avait procuré une « sensation de bien-être »…. qui devait peut-être participer de le conduire à l’éveil….?

    Pour moi, Ossian est né « incarnate lama », non ordinaire, reconnu comme tel et c’est comme cela qu’il mourra.

    «  »Un tulkou, s’il n’est pas bien éduqué par des maitres authentiques, reste un homme ordinaire, dit-on. » » j’ai utilisé cette phrase car elle m’a été dite par un des protagonistes de la photo: Migmar, aujourd’hui appelé Vénérable Lama Monlam Gyamtso.

    Je me retiens de vous dire ce que je sais sur ce sujet…..

  26. Anna Galore Post author

    Merci pour ces précisions utiles, j’ai effectivement utilisé un raccourci trop rapide.

    « Je me retiens de vous dire ce que je sais sur ce sujet »

    Je ne sais pas trop comment comprendre cette phrase. Si vous souhaitez m’en parler de façon non publique, vous pouvez me joindre par mail : anna.galore@yahoo.fr

    Merci encore d’avoir partagé vos souvenirs précieux concernant cette époque.

  27. lopez esther Post author

    Merci pour ce beau témoignage, nous ne pouvons plus voir la vidéo, dommage, y-a-til un autre moyen d’accés

  28. Anna Galore Post author

    Ce document rare a peut-être été sauvegardé par des particuliers. J’espère que l’un d’entre eux le remettra un jour en ligne.

    Une suggestion serait de vous adresser au centre de Dhagpo si vous avez la possibilité de vous y rendre. Il est possible qu’ils aient conservé plusieurs films montrant le XVIe Karmapa et en particulier la cérémonie de la Coiffe Noire, qui s’est tenue à plusieurs reprises chez eux.

  29. Pagès Christian Post author

    Bonjour, Je découvre que vous êtes une des personnes qui ont créé le centre bouddhite de Tournefeuille.
    J’ai re-contacté Patrick il y a quelques temps pour savoir s’il était toujours avec Isabelle. Il m’a dit qu’ils étaient séparés et ne savait pas où elle était.
    En fait je la croisais de temps en temps en centre ville de Toulouse vers la fin des années 80. Chaque fois que je la voyais en centre ville, elle m’affirmait de venir dans le centre du Dharma de Tournefeuille car Rinpoché voulait me voir absolument.
    Certes depuis cette époque Rinpoché s’est réincarné, donc je peux le re-voir, car à l’époque je n’avais pas compris l’insistance d’Isabelle, j’étais très pris par des répétitions et des passages en studio (je suis Christian Pagès, un guitariste qui a joué avec RL ds EVOHE); d’autre part je pratiquais le bouddhisme Zen et ne cherchais pas à voir Rinpoché à ce moment-là.
    Sauriez-vous où est Isabelle, avez-vous son contact, car aujourd’hui je suis bouddhiste dans la tradition tibétaine et ai appris que j’avais été moine tibétain dans une vie antérieure.
    L’insistance qu’a eu Isabelle à l’époque de me refaire rencontrer Rinpoché n’était pas anodine car c’est lui qui voulait me voir pour des raisons importantes!
    Si vous avez son contact ou bien connaissez la ville où elle se trouve, merci de me contacter au 0468 xxx xxx.
    Amitiés et Tashi Delek

  30. Anna Galore Post author

    Bonjour Christian,

    Contact (r)établi, tu auras un appel de RL dans la journée 😉
    Pour Isabelle, j’ai l’impression que tout le petit groupe qui la côtoyait à l’époque d’Evohé a perdu sa trace…

    Tashi delek, amitiés

    (j’ai occulté ton téléphone et ton mail pour préserver ta tranquillité)

  31. Anna Galore Post author

    Waow ! Il y a des photos incroyables, merci pour ce document !

    On voit Karmapa avec son plus illustre élève, le Dalaï Lama (alors tout jeune), à 3 minutes, puis vers 4mn15.
    A 4mn57, juste devant Karmapa, c’est Kalou Rimpoché, le tout premier lama à s’être installé en France dans les années 70 (près de Dijon).
    A 6mn10, superbe photo pendant la cérémonie de la Coiffe noire, à l’époque où je l’ai connu…

  32. Thierry Lamouroux

    Bigre! Le Dalaï Lama élève du Karmapa?? l’histoire ne serait-elle entrain d’être réinventée?? (joke).
    Même si les grands maîtres, entre eux, n’hésitent jamais à se transmettre une initiation ou deux, l’actuel Dalaï Lama n’a bien sûr jamais eu comme maître le 16e Karmapa.

  33. anti Post author

    Bonsoir Thierry !

    Quel plaisir de recroiser votre route sur notre blog. En effet, il me semble bien, ancienne malakoffiotte que je suis, vous reconnaître.

    N’aurions-nous pas passé au moins une journée ensemble, comme ici par exemple ? http://www.annagaloreleblog.com/2008/09/19/ladakh-sur-seine/

    Au plaisir de vous recroiser en tout cas ! Et merci pour les précieuses informations que vous apportez à l’article d’Anna.

  34. Anna Galore Post author

    Bonsoir Thierry,

    J’avoue n’avoir jamais vérifié le point que j’ai mentionné à ce sujet en toute bonne foi. Quelqu’un de la Sangha (je ne sais plus trop qui) me l’avait dit il y a des années et je l’ai cru sur parole – à tort visiblement.

    Merci donc pour cette rectification !

  35. Thierry Lamouroux

    Bonjour à vous,

    Pour poursuivre un peu dans la nostalgie, et s’agissant du jeune enfant « tulkou » qui figure sur la photo située plus haut dans ce blog, il s’agit en effet d’Ossian MacLise qui avait été reconnu comme « tulkou » par le 16e Karmapa. Par la suite, il fut précisé (par qui?) qu’il serait un « tulkou » de Sangyé Nyènpa.
    Ce qui est d’ailleurs étonnant car il y avait déjà à cette époque un Sangyé Nyènpa, qui avait alors entre 13 et 14 ans, et qui était déjà élevé conjointement à Rumtek par le Karmapa lui-même, mais également par Dilgo Khyentsé Rinpoché qui s’occupait de toute une troupe de jeunes tulkous. On peut d’ailleurs les voir (dont Sangyé Nyènpa) sur une des photos figurant sur cette page : http://www.dzogchen.org.in/seventh-dzogchen-rinpoche

    Il faut savoir que les tibétains ont l’habitude de multiplier les tulkous d’un même maître récemment décédé. Certainement par pragmatisme, se disant que parmi les deux (ou plus), il y en aura bien un qui fera un « bon » tulkou, et que dans l’éventualité où ils le seraient tous les deux (ou plus), personne ne devrait trouver à s’en plaindre….

    Sangyé Nyènpa Rinpoché a aujourd’hui 50 ans et est un des plus grands maîtres de la lignée Karma Kagyü, si ce n’est le plus grand! A mes yeux il l’est indéniablement.

    Pour revenir au tulkou Ossian MacLise, je vivais avec lui et quelques autres personnes entre 78 et 79 à Montchardon, auprès de Lama Teunzang et de son neveu Migmar Tséring. D’ailleurs, lorsque je regarde la photo, je me demande si celle-ci n’a pas été prise un peu après 76, le jeune Ossian m’y semble déjà bien grand. Enfin ce n’est qu’une impression.

    Anecdote (triste…) :
    À l’été 79, nous étions dans la salle à manger du centre (à l’époque celui-ci consistait essentiellement en une vieille bâtisse sans eau ni chauffage…), attablés avec Lama Teunzang, le jeune tulkou, qques personnes dont moi, lorsque l’on entend la voiture du facteur qui arrive sur le chemin de terre. Le centre étant très isolé dans le massif du Vercors, le préposé aux PTT arrivant de la vallée n’y montait qu’assez rarement, et il était toujours accueilli avec joie!
    Qui plus est, ce jour-là il s’avéra qu’il montait avec lui un télégramme en provenance des Etats-Unis et destiné à Ossian, certainement des nouvelles de son père, Angus MacLise. Angus MacLise était un musicien et poète américain, batteur du groupe mythique new-yorkais The Velvet Underground (John Cale, Lou Reed, Nico, etc) à sa création.
    Je sors donc pour accueillir le postier qui me remet le télégramme, Ossian piaffe d’impatience mais ne sachant pas lire l’anglais, Lama Teunzang me demande de l’ouvrir et de le faire pour lui. Je m’exécute, « glupp… », celui-ci informe l’enfant (dans un style télégraphique des plus lapidaire) que son père venait de décéder (surdose médicamenteuse et drogues) quelques jours plus tôt à Kathmandu. Vous imaginez l’embarras dans lequel je me suis retrouvé. Je crois me souvenir que je m’en suis sorti avec une pirouette du genre « oh, je ne saisis pas bien ce qui est écrit, c’est dans un américain difficile à comprendre, etc., allez tout va bien, on continue à manger, on verra ça plus tard… ».
    J’ai par la suite expliqué la situation à Lama Teunzang et c’est lui qui, dans l’après-midi, s’est chargé d’apprendre la triste nouvelle à l’enfant. Apprendre comme cela la mort de son père n’a pas été chose facile pour l’enfant, et le régime d’éducation auquel le soumettait Lama Teunzang à qui le Karmapa avait confié l’enfant fut bien sûr allégé quelques jours durant cet été là.
    C’est d’ailleurs à la fin de cet été 79 que j’ai quitté Montchardon après y avoir passé environ deux années, et que je suis remonté chez moi, à Paris.

    Voilà donc l’histoire un peu tristounette inspirée par cette photographie.

  36. Anna Galore Post author

    Un très grand merci pour ce témoignage extraordinaire…

    (et ce n’est qu’un détail, mais j’écoutais régulièrement le Velvet quand j’étais ado, un sentiment très étrange de découvrir si longtemps après cette connexion entre le jeune Ossian dont j’ignorais tout et le batteur de ce groupe mythique)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *