Inondations record au Brésil

Inondations au Brésil: 64 morts et plus de 44 000 évacués
25/11/2008 05h53

SAO PAULO (AFP) – Des inondations et glissements de terrain, provoqués par de fortes pluies qui s’abattent depuis bientôt deux mois sur l’Etat de Santa Catarina, dans le sud du Brésil, ont fait 64 morts ce week-end et provoqué l’évacuation de plus de 44.000 personnes, selon le dernier bilan fourni lundi soir par les services de la Défense civile.

Ce sont les pires inondations dans cette région en près de 25 ans et les autorités estiment que 1,5 million de personnes sont touchées à divers degrés par les intempéries.

Le gouverneur de Santa Catarina, Luiz Henrique da Silveira, a déclaré à la presse faire face à « la pire tragédie climatique de l’histoire de Catarina » précisant ne pas savoir « combien de personnes peuvent avoir disparu ».

Dans la nuit, le secrétaire national à la Défense civile, Robert Guimaraes, a indiqué que « les eaux ont commencé à baisser, même si près de 80 % de la région est sous l’eau ».

Les villes les plus touchées sont Ilhota, où les eaux du fleuve Itajai-Açu, qui traverse la localité, sont montées jusqu’à 11,5 m au-dessus du niveau normal, et celle voisine de Blumenau. Joao Paulo Kleinübing, le maire de Blumenau, ville de colonisation allemande de 297.000 habitants située à 130 km de la capitale provinciale Florianopolis, a décrété l’état de catastrophe naturelle dimanche soir pour débloquer plus rapidement les fonds nécessaires aux aides à la population.

Dimanche, il y a plu en cinq heures l’équivalent des précipitations d’un mois de novembre, selon les autorités.

« Cela a été pire que lors des grandes inondations de 1984 car personne n’a eu le temps de se préparer, la pluie torrentielle est venue d’un seul coup », a déclaré à l’AFP James Locatelli, 60 ans, joint par téléphone depuis Rio de Janeiro. « On entendait au loin les gens crier au secours. On entendait aussi des explosions. Avec la terre détrempée, plusieurs gazoducs ont explosé », a expliqué Beatriz Heusi, 30 ans, qui a dû abandonner son immeuble.

Les cours ont été suspendus dans les écoles envahies par les eaux dans les zones sinistrées où supermarchés et banques étaient également inondés. Dans certaines rues, la barque était le seul moyen de déplacement. Selon d’autres témoignages, des dizaines de vaches noyées gisaient dans les champs le long de la route menant de Blumenau à l’aéroport de Navegantes.

Au moins huit municipalités sont totalement isolées par les eaux. Plus de 160.000 personnes n’avaient pas d’électricité et l’approvisonnement en eau a dû être coupé dans certaines villes.

Le gouverneur de Santa Catarina a décrété samedi l’état d’urgence dans l’ensemble de son Etat et a demandé l’aide du gouvernement fédéral et des Etats voisins.

Lundi, le soleil a fait quelques apparitions et l’eau a commencé à baisser rapidement.

D’autres Etats comme le Rio Grande do Sul (sud) et Espirito Santo (sud-est) ont été aussi touchés par les pluies, les inondations et les glissements de terrain.

One Reply to “Inondations record au Brésil”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.