Le temps fragmenté

Désolé, pas de mot d’accueil hier, j’étais aux urgence pour une pneumopathie. J’en suis reparti ce mati, maintenant que le diagnostic est posé et le traitement bien défini – un antibio puissant à large spectre, l’amoxicilline, et un anti pyrétique classique, le doliprane, les deux trois fois par jours pendant sept jours. Si tout se passe bien, je ne devrais plus avoir d’épisode de fièvre d’ici jeudi.

Ce matin, alors que j’étais encore aux urgences, je me suis dit que les temps s’était fragmenté depuis le début de la crise. J’avais la sensation que des jours et des jours s’étaient écoulés aux urgences, alors qu’en fait j’y suis resté 18 heures. Cela est probablement dû au fait que j’étais tout le temps allongé, en lumière artificielle; avec de nombreux épisodes d’endormissements, de conscience limitée en raison de la fièvre et de réveils à peu près normaux mais relativement brefs.. Du coup, j’ai eu l’impression de vivre vingt jours en moins de 24 heures.

De retour à la maison, j’avais un traitement efficace pour juguler à la fois l’inflammation proprement dite et les pics de température à 40°. Et, très rapidement, je n’ai plus eu de fièvre et j’ai donc repris des repères correspondants à une vraie journée.

Une expérience vraiment fascinante…

3 Replies to “Le temps fragmenté”

  1. Terrevive

    Pas de mot hier ; j’étais inquiète. Mais bon, te revoici.
    Je te souhaite de récupérer vite et bien ta bonne forme et de retrouver confortablement tes repères dans notre temps et espace. ☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *