Nora Jones, le talent et la simplicité

Avant même que Nora Jones entre en scène aux arènes de Nîmes le 20 juillet dernier, on a senti que quelque chose de différent était en train de se passer. La scène a des dimensions confortables et, en général, les musiciens sont répartis d’un bord à l’autre pour l’occuper aussi largement que possible.

Là, non. Tous les instruments étaient regroupés sur le minimum d’espace possible : la batterie tout contre le piano, à angle droit par rapport au clavier, l’ampli de basse juste à côté, de l’autre côté du piano et, derrière le siège de la chanteuse, un autre clavier branché sur une cabine Leslie, aussi près que possible de la batterie.

Les quatre musiciens sont arrivés en même temps, se sont installés directement à leur place et ont commencé à jouer sans attendre. On aurait pu croire assister à une répétition sans public, tellement tout cela se déroulait de façon simple, sans aucun jeu de scène ni affectation.

L’orage menaçait, mais Nora Jones et son groupe ont pu tout de même jouer une dizaine de morceaux avant que le déluge ne vienne tout interrompre (et que la magie la plus improbable ne terminer la soirée sous des trombes d’eau). Lors de certaines pièces, Nora était devant avec une guitare, le second pianiste venant parfois la remplacer au piano acoustique.

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *