Un dîner parfait chez Croizard

L’autre soir, nous avons eu une petite envie de sortie restau, juste pour fêter l’amour qui est, celui qui rime avec toujours. Ayant envie de changer un peu de nos adresses habituelles pour manger végétarien dans Nîmes (les pizzerias, le pakistanais ou l’unique restau bio de la ville), je passe par les pages jaunes avec comme mot-clé « restaurant végétarien » et la première réponse me suggère Croizard.

Il s’agit d’un restaurant qui sert aussi de la cuisine omnivore mais le fait qu’il propose aussi des plats végétariens nous intrigue positivement. Le chef n’est pas le premier venu. Vincent Croizard a une longue et riche expérience derrière lui. Son établissement est d’une discrétion totale : une simple porte de maison donnant sur une ruelle souvent déserte. Seul signe distinctif : elle est surmontée du nom du restau et d’un panneau indiquant qu’il a trois toques au Gault et Millau, ce qui veut dire du très beau niveau en perspective.

DSC00077b

Une fois à l’intérieur, on a l’impression de changer de monde. Les volumes sont spacieux, décorés avec simplicité et goût, tout en finesse. L’ambiance est feutrée, immédiatement apaisante. Au fond, des portes vitrées donnent sur une cour intérieure où il doit être très agréable de manger en été.

A la carte, il n’y a qu’un seul plat végétarien, mais la personne qui nous accueille nous précise qu’il est possible de demander n’importe lequel des autres plats qui nous serait alors servi sans sa viande ou son poisson. Et surtout, elle nous demande avant d’aller plus loin si nous sommes végétariens ou vegans et nous fait préciser si nous voulons ou pas des oeufs ou des laitages. Tout cela dans le respect et avec une réelle écoute, comme nous allons pouvoir nous en rendre compte un peu plus tard.

DSC00080b

Nous commandons le plat végétarien, un tofu qui a été macéré dans un mélange subtil (et secret) puis recouvert d’une fine croûte croustillante et entouré de petits légumes et de pleurotes. Je parie que vous n’avez jamais mangé de tofu aussi goûteux que celui-là, c’est un festival de saveurs, une réussite totale. Nous n’en laissons pas une seule trace dans l’assiette. La preuve :

DSC00082b

Le service est du niveau d’un restaurant étoilé : à aucun moment on ne se sent observé mais à aucun moment non plus il ne nous manque de pain, d’eau ou de vin dans nos verres. Pas moins de trois personnes s’occupent de nous. L’une d’entre elles vient à un moment parler de cuisine végétarienne. Nous lui recommandons d’essayer aussi le seitan comme base à de possibles autres recettes. Elle revient quelques minutes plus tard pour nous dire qu’elle a transmis toutes nos suggestions au chef, qui est à l’affût de nouvelles idées en permanence.

DSC00085bJPG

Comme dans tout très bon restaurant, le repas ne se limite pas à ce qu’on commande. Nous avons droit avant le plat principal à deux amuse-bouches différents, délicieux. Le café d’Ethiopie, exquis, est accompagné de mignardises. Les petits pains sont faits maison. Le dessert est un régal. Le vin, choisi sur une carte de produits de la région, est excellent. Et par dessus tout, l’accueil et le service sont parfaits de simplicité, d’efficacité et de convivialité naturelle, sans ostentation.

Nous y retournerons.

Très belle journée à vous

Restaurant Croizard
17 rue Chassaintes
30000 Nîmes
04 66 67 04 99

DSC00089b

3 Replies to “Un dîner parfait chez Croizard”

  1. valentine

    Eh bien chapeau à ce restaurant! C’est vrai que dès que l’on adopte un autre mode d’alimentation, cela devient le parcours du combattant.
    Relevé dans mon journal de ce matin, une petite recette sympa pour vous:
    Velouté de potimarron au matcha
    Juste pour rappel, le matcha, poudre de thé vert utilisée pour la cérémonie du thé au Japon s’utilise aussi comme arôme dans les préparations culinaires.
    Ingrédients pour 6:
    1/4 cc de tamarin
    1 étoile d’anis étoilée
    1kg de potimarron
    25cl de lait de coco
    50 g de graines de tournesol
    sel
    1 cc de matcha
    Préparation:
    Laver et égrainez le potimarron (à cuire avec la peau qui est très fine)
    Coupez-le en cubes de 2 cm
    Mettez-le dans une casserole avec l’anis étoilé, 1/4cc de matcha et le lait de coco.
    Cuisez à feux doux.
    Pendant ce temps, rincez les graines de tournesol (perso, j’utilise celles du potimarron) égouttez-les et mettez-les dans une poêle chaude.
    Faites sécher à feu doux sans cesser de remuer puis ajouter le tamarin et 1/4 de cc de matcha. Remuez encore jusqu’à ce que les graines soient sèches.
    Déposez-les sur un essuie-tout.
    Quand le potimarron est cuit, retirez l’anis étoilée, mixez-le. Salez et versez dans un bol.
    Décorer avec les graines de tournesol puis mettez 1/2 cc de matcha dans une petite passoire.
    Tapotez au-dessus d’un pochoir pour décorer la soupe.
    Voilà, yakupa……….bon appétit!

  2. Anna Galore Post author

    Merci pour la recette !
    Et oui, bravo à ces restaurants qui répondent à la demande croissante de personnes comme nous. De plus, le fait qu’ils aient à leur carte aussi bien de la nourriture omnivore que végétarienne ou vegan permet d’aller y manger entre amis qui n’ont pas forcément les mêmes choix alimentaires et qui vont tous y trouver leur bonheur.
    Oui, Valentine, c’est un appel du pied pour vous faire venir à Nîmes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.