Rapa nui, dernière partie

Suite et fin du récit de voyage de Terrevive au Chili et à Rapa Nui, l’île de Pâques. Les deux premiers volets sont ici :

Terrevive en terres lointaines (Chili)
Pâques en novembre (île de Pâques, première partie).

_______________

De nombreux colosses, suite à des guerres intertribales, ont été renversés et l’on voit à certains endroits des géants face contre terre, ce qui a quelque chose de poignant.

Chili Ile de Pâques 132b

On peut se demander aussi pourquoi avoir fait des statues aussi grandes ? En fait les tribus rivalisaient entre elles et voulaient toujours le moai le plus élevé. Le plus vertigineux est celui de la carrière qui fait plus de 20 mètres et qui est resté dans sa gangue.

Chili Ile de Pâques 160b

Et voici un moai tel qu’il se présentait dans le passé avec tous ses attributs :

Chili Ile de Pâques 161b

Mais que disent ces géants aux lèvres serrées et accusées dans une sorte de moue, au long nez un peu retroussé, aux oreilles allongées, avec leurs yeux énigmatiques dirigés vers le ciel ?

Francis Mazière dit : « Il a ici : « le nombril d’une connaissance » très grave, et le nombril n’est pas l’origine, mais l’aboutissement. »

Pour Patrick Drouot et Liliane Gagnon dans leur livre Les secrets stellaires de l’Ile de Pâques (Des moai de Rapa Nui aux sites mégalithiques planétaires) : « Les fameuses statues ont représenté un signe, puis le support d’un mythe, un mode de communication d’avant l’écriture. »

Une autre chose intrigante : c’est l’écriture rongorongo qui est une écriture en boustrophédon ; actuellement elle n’est toujours pas déchiffrée. Certains signes ressemblent à ceux que l’on trouve dans l’Indus.

Chili Ile de Pâques 228b

Chili Ile de Pâques 198b

Quant au dieu créateur, il s’appelle Make-make.

Chili Ile de Pâques 182b

C’est en son honneur qu’avait lieu le culte de l’homme-oiseau :

Chili Ile de Pâques 102b

Il s’agissait d’ un concours à la nage entre les hommes. Ces derniers, après un temps de préparation, attendaient le signal pour aller trouver le premier œuf des sternes nichant dans l’îlot voisin ; le gagnant était alors proclamé roi pour une année. Il pouvait prendre une épouse parmi les vierges qui restaient plusieurs mois dans la grotte du même nom et qui n’en sortaient que la nuit afin de garder leur peau blanche.

Chili Ile de Pâques 122b

Une autre curiosité est une pierre ronde, considérée comme sacrée ; elle suscite aussi beaucoup de questions ; ce serait une aérolithe (appellation qui lui est donnée d’ailleurs dans la langue locale). Je me suis assise à côté, sur une des pierres posées exprès autour et remarquai que si une personne posait une boussole sur la masse, la boussole n’indiquait plus le nord.

Chili Ile de Pâques 173b

Il est aussi un mur étonnant dont la structure et la masse font beaucoup penser aux constructions incaïques ; ce qui laisse supposer que les Incas seraient venus à une certaine époque.

Chili Ile de Pâques 092b

Dans ce paysage dépouillé, se trouvent des lacs de cratère, notamment celui très paisible au bord de la carrière des moai, qui s’appelle Rano Raraku et où viennent s’abreuver les chevaux sauvages :

Chili Ile de Pâques 148b

Et celui absolument gigantesque de Rano Kau :

Chili Ile de Pâques 126b

Je terminerai ce périple tellement plein d’énigmes par un clin d’œil à Tito qui transmet avec passion son amour de sa Terre et des moai,  tout en faisant partager avec enthousiasme ses expériences personnelles et fortes ; je ne doute pas qu’il ait « le mana ».

Chili Ile de Pâques 176b

Et par la pancarte du collège Lorenzo, porteuse d’espoir, sur laquelle on peut lire l’écriture en espagnol et en rapanui et dont voici la traduction :

« Pour une éducation de qualité… Éduquons ensemble, à travers la culture avec : amour, sagesse et respect de la diversité. »

Chili Ile de Pâques 227b

4 Replies to “Rapa nui, dernière partie”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.