Alès, on ne lâche rien !

A tous les militants abolitionnistes de bonne volonté !

Chers amis de combat,

La bataille d’Alès est rude et nous allons la gagner car nous le devons. Pour tous ces taureaux torturés, pour tous ces chevaux éventrés, sacrifiés, martyrisés pour le plaisir pervers et sadique de quelques dégénérés. Pervers soutenus à bout de bras par des élus, des représentants de l’État et des magistrats qui n’ont toujours pas compris que la société avait évolué, qu’il était temps de changer la loi, qu’il était temps d’avoir enfin un peu de courage politique ou judiciaire. Le « grotesque » maire d’Alès, comme le qualifie très justement l’écrivain Anna Galore, refuse de prendre des décisions sous la contrainte. Et comment notre société a-t-elle évolué, si ce n’est sous la contrainte ? Abolition de l’esclavage, Front populaire, avancées sociales du Conseil National de la Résistance (Stéphane Hessel avait signé le manifeste du CRAC Europe pour l’abolition de la corrida) afin que chacun puisse vivre dignement.

Le maire d’Alès se moque de nous. Le préfet du Gard nous traite comme des enfants et nous menace par un ajout manuscrit ! C’est un bras de fer qui est engagé et nous devons faire comprendre à ces personnages qu’il est temps de respecter la majorité. Il est temps d’arrêter de protéger les tortionnaires. Cette situation est totalement intolérable. Nous ne laisserons plus rien passer. Les jugements iniques des tribunaux et autres juridictions (conseil constitutionnel entre autres) font venir à nous des spécialistes du droit qui sont scandalisés.

Aujourd’hui nous aurions pu avoir une belle surprise. Notre éminent juriste représentant le CRAC fut brillant. L’avocate débutante de la mairie fut affligeante. Mais malheureusement, nous sommes à Nîmes et le tribunal administratif a rejeté notre demande d’annulation des arrêtés municipaux qui éloignent nos manifestations de la zone de féria et des abords immédiats des arènes. C’est le règne de l’arbitraire, de l’abus de pouvoir, du clientélisme auprès d’un tout petit nombre d’amateurs de torture. Cela ne doit que nous motiver d’avantage pour venir TRÈS nombreux à Alès.

SURTOUT, n’écoutez pas les rumeurs ! Rien n’est annulé, tout est maintenu ! Et notre premier rendez-vous aura bien lieu au parc du Bosquet. Puisque les autorités nous imposent tout, à elles de mettre en œuvre un dispositif pour nous permettre de démarrer notre première manifestation dans de bonnes conditions.

N’écoutez pas non plus les bêtises au sujet des aficionados et ne les rediffusez pas ! Le sous-préfet d’Alès m’a précisé le 7 mai qu’il n’y avait aucune manifestation pro-corrida. Rien n’a été déclaré, par conséquent toute réunion de pervers et de sadiques en puissance sera automatiquement dispersée. Le petit monde de la torture est aussi celui du mensonge permanent. Gardons le cap !

Nous vous attendons à Alès à 14h00 au parc du Bosquet à côté de la mairie. Vous recevrez sur place toutes les consignes nécessaires et informations pour l’ensemble du week-end. Merci à vous ! Et nous vous ferons un certain nombre de propositions qui devraient contenter toutes les sensibilités !

A samedi pour l’intensification de la lutte !

Bien à vous

Jean-Pierre Garrigues
Président du CRAC
Vice-président du CRAC Europe

Tél. 06 75 90 11 93

www.ales2013.com
www.anticorrida.com
www.patrimoine-corrida.fr
www.les-taureaux-voteront.com

5 Replies to “Alès, on ne lâche rien !”

  1. Sylvia R

    Samedi j’irai manifester contre la corrida et l’abus de pouvoir. Je suis doublement motivée. On ne lâchera JAMAIS !

  2. Terrevive

    La société a évolué, oui. Et certains ne veulent pas voir et se cramponnent encore à des agissements révolus et blâmables. Il est temps qu’ils regardent l’évidence une bonne fois pour toutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.