Công Binh. La longue nuit indochinoise.

cong binh

Dernièrement, Sampang m’a parlé d’un film intitulé « Công Binh, la longue nuit indochinoise », de Lam Lê. Ce film est particulier en ce sens qu’il la touche de près, de très près même, car son papa est l’un des derniers représentants encore en vie de cette période de l’histoire.

Nous sommes à la veille de la 2nd Guerre Mondiale, 20 000 jeunes hommes Vietnamiens sont recrutés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer les ouvriers français partis sur le front allemand, dans les usines d’armement. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite de 1940, livrés à la merci des occupants Allemands et des patrons collabos, ces ouvriers civils appelés « Cong Binh » menaient une vie de parias sous l’Occupation. Ce sont ces hommes qui ont été les pionniers de la culture du riz en Camargue (évoqué dans cette note de blog  : Camargue, souviens-toi !). Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945.

carnet-cong-binh

Le réalisateur du film a retrouvé une vingtaine de survivants au Viet Nam et en France. Cinq sont décédés pendant le montage du film. Ils racontent aujourd’hui le colonialisme vécu au quotidien et témoignent de l’opprobre qui a touché même leurs enfants. Une page de l’histoire entre la France et le Viet Nam honteusement occultée de la mémoire collective.

On peut ré-écouter l’émission du mercredi 30 janvier 2013 sur France Inter « l’Humeur Vagabonde« , ayant pour invité le réalisateur Lam Lê pour son film « Công Binh la longue nuit indochinoise« .
Image1
A lire pour en savoir plus :
– sur le blog : Camargue, souviens-toi !
– Pierre Daum : Immigrés de force (Actes Sud 2009), livre-révélation sur les travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale, unanimement salué par la critique et Saïgon-Marseille aller simple : Un fils de mandarin dans les camps de travailleurs en France
anti

9 Replies to “Công Binh. La longue nuit indochinoise.”

  1. Sampang

    France Inter et surtout Hervé Pauchon nous a fait un superbe cadeau avec ces interviews :

    Pères Vietnamiens… Enfants de Công Binh :
    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=554733

    Kiem, » Gông Binh »… La mémoire retrouvée ! :
    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=554855

    Lâm Lê, cinéaste en quête de lumière: http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=556597

    Le film Công Binh, belle leçon d’humanité : http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=556907

    MERCI les filles ^^

  2. anti Post author

    « vous êtes déjà en lien sur le site des http://www.travailleurs-indochinois.org/« 

    Je ne vois pas où sur leur site, mais ce n’est pas important. Ce lien vers travailleurs-indochinois.org en revanche l’est ! Merci pour toutes tes contributions Sampang et surtout pour nous avoir parlé de tout cela !

  3. Anna Galore

    Très émouvant… Cela m’effare à chaque fois que je lis, comme c’est le cas ici, les ravages qu’a causé le colonialisme – toutes ces vies éclatées, tout ce mépris pour l’humain… Effrayant. Oui, il est important de faire connaitre ces tragédies.

  4. Sampang

    Oui ! Merci les filles. Mon père attend cela avec impatience ^^
    Quelle joie ce sera pour moi de retourner au VN en novembre pour dire aux autres Cong Binh rentrés depuis 1948 ou 1952 : la France vous reconnait enfin ! ( oh la la ^^ )
    le plus gros travail est maintenant de les faire reconnaître au VN…

  5. anti Post author

    Merci pour l’info Sampang. C’est noté dans mon agenda. Au fait ? Vous avez où dormir pour l’occasion ?

    Bravo pour ton action en faveur des travailleurs vietnamiens oubliés ! J’attends de pied ferme ton projet. Il faut retisser les liens et diffuser l’information au plus grand nombre, ici et là-bas 😉

  6. Sampang

    lool chui à fond mais j écris moins vite qu Anna 😉
    on se téléphone quand tu as un moment ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.