Extrait d’un week-end de bénévole aux Chats Libres de Nîmes

Parce qu’ils font un travail formidable et qu’ils sont très souvent sollicités, je vous propose une immersion dans la vie des bénévoles des Chats Libres de Nîmes Agglo qui ont besoin de notre soutien à tous, car c’est loin, bien loin, d’être tous les jours facile.

Voici un aperçu de ce que vivent à peu près tous les bénévoles des Chats Libres de Nîmes Agglo et sa Présidente, Mme Breye, le tout s’inscrivant dans une semaine de travail, de vie de famille, de soins aux chats (nombreux) que nous avons tous déjà sous notre toit, etc.

Voici un message reçu de Mme Breye :

« Une gentille dame m’a téléphoné pour me dire que tu ne répondais pas au téléphone et qu’il lui fallait des croquettes. Alors, j’ai expliqué, une fois de plus, la vie des bénévoles et la vie des chats aux Chats Libres et que l’on ne pouvait pas donner de croquettes aux particuliers, même à ceux qui nourrissent les chats de rues en ce moment, que l’urgence était à la stérilisation massive des chattes, car beaucoup sont pleines et déjà les chatons arrivent de partout ! Les gens font n’importent quoi et nous on s’épuise derrière, mais on va tenir le coup, car nous les bénévoles, nous sommes solidaires !

Parfois, il semble que personne n’arrive à se rendre compte de l’énorme gâchis de vies félines qui a lieu à chaque saison. Ce combat n’est pas assez glorieux pour être reconnu comme important, pas assez viril pour être suivi par les hommes, donc pas pris au sérieux alors, bien sûr, il y a trop de chats, etc. C’est le combat des oubliés et des sacrifiés de la vie… car ensuite c’est nous qui nous retrouvons dans l’obligation d’abréger leurs souffrances quand on les retrouve, ces chats, dans un piteux état, malades, accidentés, torturés… Avoue que c’est un comble…

Regardons plutôt le résultat de 2012 : 800 chattes stérilisées. Si on multiplie par 4 chatons par chatte cela donne 3200 chatons en moins sur Terre. A cela, il faudrait multiplier encore une fois pour les 800 chattes stérilisées pour la deuxième portée de l’année et ensuite les chatons de la première portée peuvent se reproduire eux aussi ! Imaginez 3200 x 4 = 12 800 + 6400 (les deux portées des 800 chattes) = 19 200 chats en un an qui n’ont pas vu le jour…  Et là on comprend pourquoi  les chats, tout le monde s’en fiche vu qu’il y en a foison… Ils oublient toute la misère qu’il y a derrière, ceux qui ne stérilisent pas leur chat et/ou qui les abandonnent dans la nature et les laissent se reproduire, créant de nouvelles souffrances. »

Voici encore un triste exemple de ce que nous vivons aux Chats libres.

« Triste samedi. Pourtant tout aurait du être joie et sérénité. Un texto d’Estelle me rappelle si besoin est que la misère animale ne connait pas répit, surtout pas en ce moment. La veille nous avions déjà encaissé de mauvaises nouvelles, le froid et la pluie ne font pas bon ménage avec la santé des chats.
Estelle me demande de l’aide pour une chatte en très mauvais état. Elle veut la sauver et dans sa voix j’entends bien la détresse de ceux qui veulent forcer le destin à être un peu plus clément. Nous voici en quête du véto qui acceptera de nous aider. C’est le Dr Kremer une fois de plus qui accepte la mission, gentiment et même nous soutenant par la parole et les actes. Mais c’est trop tard. La chatte n’a pas résisté au coryza et à une infection de l’utérus. Elle a au moins connu la douceur des mains d’Estelle et tout l’amour qu’elle lui a communiqué. Merci Estelle toujours là au bon moment, discrète, efficace, présente.»

Vendredi soir, une bénévole a trouvé une minette dans un triste état. C’est l’indifférence, la honte, la plupart des gens auraient passé leur route, les meilleurs se sont probablement dit « pauvre bête » et l’ont laissée… La preuve c’est qu’elle était en ville, pas sauvage, et personne ne s’était arrêté, personne sauf Estelle. Là sur la photo ça faisait déjà quinze minutes qu’elle la nettoyait (un œil et le nez étaient totalement obstrués).

Ceci, c’est le triste quotidien de ces minous. Petit parcours habituel du chat abandonné que personne ne regarde plus : abandon, dénutrition, coryza, grossesse qui fragilise encore plus, puis mort.

Cette chatte était toujours en vie samedi matin et elle a été vue par un vétérinaire. Malheureusement, en fin d’après-midi nous avons appris que Minette n’était plus, elle venait de s’endormir dans les bras d’Estelle. « Il faut se mobiliser pour lutter contre l’abandon, pour la stérilisation, et pour faire savoir aux gens qu’on ne doit pas détourner le regard, que NON les chats errants ne se débrouillent pas ! Si on a un zeste d’humanité on DOIT s’arrêter et tendre la patte ! Je ne regrette rien, elle ne s’est pas endormie dans un fossé sous la pluie ni au milieu de la route (où je l’avais trouvée), elle a connu l’attention et l’amour dont elle a dû manquer longtemps. Une étoile de plus dans le ciel… »

*  *  *  *  *  *  *

Voilà, c’est ça le quotidien des amis des animaux : faire face à la souffrance, à la détresse, à la misère, mais ne pas rester sans rien faire. Jamais.

Merci à toutes les personnes qui nous aident selon leurs moyens et/ou selon leurs possibilités d’actions : faire un don, donner des objets à vendre au profit de l’association, piéger des chats errants et les faire stériliser, aider un animal perdu, malade ou blessé, donner des croquettes, des litières, être famille d’accueil, parler de l’association…

Merci à toutes celles et ceux qui agissent au quotidien ou ponctuellement pour aider à la stérilisation des chats errants, mais aussi à toutes les personnes qui passent le message aux particuliers : STÉRILISEZ VOS CHATS afin de ne plus être complices de ça :

Chats ramassés par la fourrière, euthanasiés…

Gardons toujours présent à l’esprit que : la maltraitance des animaux et la violence envers les humains sont liées. C’est le thème terrible de la conférence-débat « L’animal Sentinelle de la Violence faites aux enfants » qui s’est tenue le 15 mars 2013 au Centre de Congrès à Aix-en-Provence, sous la houlette de la sénatrice Sophie Joissains.

anti

 

8 Replies to “Extrait d’un week-end de bénévole aux Chats Libres de Nîmes”

  1. Anna Galore

    Triste quotidien, en effet. Toute notre admiration va à ces bénévoles infatigables. C’est une réelle fierté de donner, à leur côté, un peu de notre temps et de nos possibilités d’accueil pour aider les chats à la dérive à retrouver une vie meilleure où ils sont enfin choyés et aimés.

  2. Sylvia R

    Heureusement que votre association existe. J’ai eu besoin à deux reprises de votre aide pour des chats en grande difficulté. Dès l’appel passé à Anti ou L Breye, c’est une chaîne humaine de solidarité qui se met en place. Chaque personne qui peut aider participe (où trouver un piège à chat en urgence, chez quel véto aller pour avoir un prix, qui peut prêter une cage, qui peut accueillir le chat capturé pour ensuite le faire adopter, etc.). Quand je vois le temps et l’énergie dépensés pour un seul chat, j’imagine la dose de courage nécessaire. De tout cœur avec vous tous pour que votre noble combat continue.

  3. anti

    Laure me parlait dernièrement du Père Guy Gilbert, auteur entre autre, de : « La magie des animaux : Aimons ces bêtes qui nous rendent humains ».

    Pour le père Guy Gilbert, les animaux sont une passion d’enfance. Depuis 1974, à la Bergerie de Faucon qu’il a créée dans les Alpes-Maritimes, si Guy Gilbert aime tant les bêtes, c’est parce que, à leur contact, les jeunes brisés qui lui sont confiés ont reconquis leur dignité d’êtres humains. Il est juste que, par ce livre, il leur rende hommage, avec humour et émotion. Spirituel et pratique, ce texte donne de précieux conseils d’éducation. Il développe le lien mystérieux que les animaux peuvent tisser au sein d’une famille, parle également de l’intelligence et des sentiments des animaux, de leur dévouement auprès des personnes âgées, des blessés, des naufragés, des malades, des mourants même… Pour Guy Gilbert, les hommes, les animaux et les plantes font partie d’un tout merveilleux.  » Mon Dieu, que faisons-nous de l’équilibre de la Terre ?  » s’alarme-t-il avec les mots de celui pour qui veiller sur la nature, c’est aussi veiller sur la création de Dieu.

    Biographie de l’auteur
    Prêtre-éducateur depuis 45 ans, celui qui proclame que  » la rue est son église  » aide quotidiennement des dizaines de jeunes en perdition. La Bergerie de Faucon, qu’il a restaurée en Provence, les accueille et leur offre la chance d’une nouvelle vie grâce à un encadrement compétent. Guy Gilbert est l’auteur d’une trentaine de livres dont « Lutte et aime, là où tu es ! »

  4. laure

    Un grand merci Anti pour cette note qui a fait prendre conscience à des personnes de la vie misérable des animaux de nos villes. Elles m’ont contactée et veulent participer à nos actions. Le seul fait de faire connaitre tout cela et de diffuser l’idée que nous ne pouvons pas laisser cela en l’état. Il nous faut agir. Tu l’as fait superbement. Merci beaucoup.

  5. anti Post author

    Voilà de bien bonnes nouvelles ! Il faut que nous parlions, partagions, éduquions autant que faire se peut. Je n’oublie pas qu’à 20 ans, l’idée de faire stériliser mon chat n’était pas du tout acquise…

  6. anti

    Voici un nouvel exemple de ce que l’on voit tous les jours, lu sur le Facebook de l’association… Texte de Jean-Denis qui est le lien entre la SPA et les Chats Libres. Nous travaillons ensemble sur certain secteur.

    « UN PETIT MOMENT D’HUMANITÉ »

    Ce matin mercredi 20 MARS 13 s’en est allée paisiblement et sans souffrances une très belle chatoune blanche avec juste une tache rousse sur le cou des suites d’une infection généralisée.

    Douce et sociable ;signe qu’elle avait été probablement abandonnée et laissée à la rue depuis un moment en totale errance.

    Elle avait été repérée la semaine dernière rue Matisse trés amaigrie se déplaçant avec raideur et en train de lécher désespérément un fond de barquette alimentaire.Aussitot signalée sa capture a pu être réalisée hier par ceux qui aiment et veillent sur les animaux afin de l’emmener rapidement chez le vétérinaire. Elle fut opérée le jour même, et a subie l’ablation totale de son utérus complétement nécrosé qui contenait encore les restes de ses petits, morts avant terme.

    Malgré les soins, l’infection a été plus forte et aprés une ultime nuit au calme, sans douleur et avec a nouveau pour elle le sentiment retrouvé d’affection et d’attention elle s’est éteinte dans la matinée.

    Un petit moment d’humanité nous aura « éclairé » en lui évitant une agonie atroce tapie dans un recoin,seule,cachée,loin des regards et de tout comme le font ses congénères de rue abandonnés a leur triste sort… Merci à Omar, Olivia et Sylvie.

    N’hésitez pas a intervenir et prévenir les associations si vous voyez un animal en souffrance ou blessé! C’est peu de chose pour vous mais beaucoup pour lui !

  7. anti

    Toute cette semaine je suis allée faire stériliser des chats libres dont une dame SDF s’occupe. J’ai pu amener 3 chattes et 1 chat. Sur les quatre, deux étaient très malades, ils souffraient d’un gros coryza. Piou, le mâle, semble s’en sortir, mais Julie junior n’a pas tenu le coup. Elle est partie ce matin, chez la vétérinaire. Elle avait un peu moins d’un an et souffrait d’un énorme retard de croissance, ne pesait plus qu’1,5 kg, avait une jaunisse par dessus le marché. Je vais aller prévenir la dame qui me l’a confiée ce matin. C’est triste tout ça… Les mots de Laure sont durs et tellement vrais : C’est le combat des oubliés et des sacrifiés de la vie… car ensuite c’est nous qui nous retrouvons dans l’obligation d’abréger leurs souffrances quand on les retrouve, ces chats, dans un piteux état, malades, accidentés, torturés…
    Repose en paix petite Julie… On va continuer à lutter et à prendre soin de tes frères animaux, dont je n’oublie pas que je fais partie.

  8. laure

    Cette fin d’hiver aura été particulièrement dure pour le petit peuple félin et ce n’est pas encore fini car nous avons eu un appel du coté de Lunel où la aussi c’est toute une colonie qui est dans un état pitoyable, à Aubais même problème. Merci Anti pour la prise en charge des minous, tout ce travail pour les piéger et les transporter trouve ici son sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.