Les aficionados panicos se font virer par des gamins anticorrida

Les aficionados, qui n’ont à la bouche que les mots de bravoure et d’honneur, nous ont montré une fois encore que non seulement ils mentent sur quasiment tout mais qu’en plus, au moindre risque de se trouver en mauvaise posture, ces lâches fuient la tête basse et la queue entre les jambes.

C’est ce qui s’est produit hier dans le quartier populaire du Mas de Mingue à Nîmes. Et qui sont les terrifiants adversaires qui les ont mis en déroute et les ont fait déguerpir largement avant l’heure prévue de leur départ ?

Des gamins.

Super nombreux, hein, ils étaient au moins douze. Et puis super impressionnants, vu qu’ils étaient pour la plupart âgés de moins de dix ans, dont pas mal de fillettes. Ah, et aussi, extrêmement menaçants, vu qu’ils se marraient avec nous, et carrément pernicieux puisqu’ils ne s’approchaient même pas des afiocs.

C’est dire s’il régnait une lourde ambiance d’extrême tension.

Les gamins du Mas de Mingue font régner une ambiance tendue à force de rigoler avec Nathalie et Sophie

Les gamins du Mas de Mingue font régner une ambiance tendue à force de rigoler avec Nathalie et Sophie

Nous, nous étions seulement cinq. Aucune raison de venir plus nombreux, le but était uniquement de montrer notre présence aux abords de la séance de propagande organisée par les Aficionados Practicos (ne riez pas, c’est leur vrai nom) pour tenter d’embrigader des enfants. Nous n’avions même pas de banderoles, juste quelques tracts à tout hasard.

Laissez-moi tout vous raconter depuis le début.

Petit rappel, auparavant, pour bien situer les personnages : ces embrigadeurs sont des tueurs en série de la pire espèce. Je laisse la parole à Jean-Pierre Garrigues, vice-président du CRAC Europe, qui les décrivait dans une interview donnée à Charlie Hebdo en septembre 2011 :

Image9

« Regarder des tortionnaires professionnels massacrer des taureaux à l’arme blanche, c’est passionnant, mais jouer les apprentis barbares, c’est encore plus excitant! […] Le maître mot des membres actifs de l’association est : se faire plaisir. Comment ? En torturant des veaux et des vachettes. Les appellations sont nombreuses, et les différentes pratiques subtiles: capeas, tientas, becerradas, acosos y derribo, encuentros, initiation de salon — espagnolades à tous les étages… On y trouve un public supposé averti : des familles, leurs amis, réunis pour une fiesta campera, petite fête champêtre sanguinolente où la souffrance est à l’honneur. […] Pour quelques centaines d’euros, le petit sadique du dimanche, ou l’aficionado práctico, peut, justement, «se faire plaisir»: on enfonce des banderilles sur des veaux hurlant de douleur qui cherchent à fuir. Ces gens sont des malades, ce sont des pervers, il faut enfin que les choses soient dites clairement. »

Voilà, ce sont ces gens-là qu’on avait face à nous. Et comme tous les tueurs en série, ils ont, pour attirer leurs cibles, un mode opératoire bien précis :

1 – Débarquer un samedi dans un quartier pauvre avec un bus affrété par la mairie et à bord, une dizaine d’enfants préalablement bien conditionnés pour montrer à quel point c’est rigolo de jouer avec des capes comme dans les vraies corridas (sauf que là, le taureau tellement content de jouer avec les enfants, c’est un des adultes qui encadre le groupe, d’ailleurs c’est le chauffeur du bus, et bien sûr qu’il ne va pas se prendre des banderilles dans le dos ou une épée entre les omoplates, qu’est-ce qu’on s’amuse bien),

100132

2 – Attendre que les gamins du quartier s’approchent nombreux, attirés par la curiosité, et leur demandent si eux aussi ils peuvent jouer,

3 – Leur répondre que oui, avec plaisir, qu’ils viennent, ah que c’est cool les corridas, allez on joue tous ensemble,

4 – Repartir au bout de deux heures avec le sentiment du devoir accompli, une fois ces chères têtes blondes (ou brunes) convaincues que vraiment les corridas, c’est trop génial.

Sauf que ça ne marche pas du tout comme ça.

Une foule nombreuse a envahi la place pour assister à cette démonstration passionnante

Une foule nombreuse a envahi la place pour assister à cette démonstration passionnante (ici, ça fait une demi-heure que ça a commencé)

Ces pauvres afiocs, tellement sûrs d’être de fins stratèges, n’ont pas tenu compte de trois obstacles mineurs :

1 – Dans les quartiers pauvres, la population est majoritairement pauvre. Donc, elle ne s’intéresse pas aux corridas (c’est cher et les arènes, c’est loin de chez eux).

2 – Dans les quartiers pauvres, la population est largement musulmane. Or, le Coran interdit formellement de torturer des animaux pour le seul plaisir de le faire (oui, je sais que c’est moins rose sur d’autres aspects, mais sur celui-là, on peut s’en réjouir). Dès notre arrivée, on a croisé le recteur de la mosquée toute proche qui nous a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi les afiocs venaient ici parce que, ici, personne n’aimait les corridas. Il a trouvé particulièrement choquant qu’en plus, ces demeurés aient justement choisi le parking près de la mosquée pour expliquer à des gamins musulmans comment torturer des taureaux. Et il a aimablement suggéré aux organisateurs de cette mascarade d’aller eux-mêmes dans l’arène à la place des taureaux avec toute leur famille, si vraiment c’était si bien que ça, les corridas.

100103

3 – Faire venir des gamins d’un quartier pour donner la leçon à des gamins d’un autre quartier, c’est méconnaitre les usages les plus élémentaires et récolter l’assurance de se faire très mal recevoir.

Au début de la séance, une dame afioque d’un certain âge s’est approchée du premier noyau de gamins qui s’était formé et restait un peu trop loin à son goût. Elle a commencé à sortir sa propagande sur le mode « venez jouer avec nous ».

Ça ne nous inquiétait pas trop : ils nous avaient déjà dit qu’ils trouvaient ça dégueulasse, la corrida.

104144

On voit bien sur la photo à quel point ils ont l’air intéressés, d’ailleurs. J’étais à quelques mètres et j’ai dit bien fort : « Le Coran interdit la torture des animaux pour le plaisir ». La dame s’est retournée vers moi avec un regard pas très aimable mais avant qu’elle puisse articuler un mot, un des gamins lui a dit : « C’est vrai, ça, madame. C’est mal, ce que vous faites aux taureaux. »

Elle est repartie furieuse.

Presque aussi furieuse que le chauffeur du bus qui a voulu cogner sur l’un de nous quand il a vu que qu’il prenait son bus en photo lorsqu’il est arrivé. Pourtant, c’était juste une photo de bus, sans qu’on distingue qui était dedans. Mais forcément, ça ne lui plaisait pas du tout qu’on s’aperçoive que « ses » gamins, ils n’étaient pas du tout du quartier. Que tout ça, c’était une grosse mise en scène, une manipulation.

Certains des enfants les plus jeunes qui étaient autour de nous nous ont demandé de leur expliquer un peu mieux ce que c’était, la corrida. Nous le leur avons dit et nous leur avons montré nos tracts sur lesquels figurent des photos de taureaux suppliciés, mais aussi de chevaux éventrés puisque les embrigadeurs avaient fait venir un cheval pour leur petit spectacle.

Ils étaient sidérés.

L’un des garçons a pris un tract et est parti le montrer à un groupe de fillettes qui sont ensuite venues vers moi pour essayer de comprendre l’incompréhensible : pourquoi ? Pourquoi des gens faisaient-ils ça à des taureaux et à des chevaux ? J’ai répondu que c’était pour le plaisir et que des gens payaient pour voir ça. Elles n’en revenaient pas.

105557b

D’autres ados nous ont rejoints. Les afiocs ont commencé à flipper – alors qu’on était vraiment loin d’eux. Une voiture de la police est arrivée, avec à bord un flic et une fliquette. Visiblement, pas n’importe qui puisque la fliquette a fait la bise aux organisateurs. Après leur avoir parlé un bon moment, elle est venue vers nous.

Elle voulait le nom d’un responsable – Nathalie a donné le sien. Elle voulait qu’on se calme – on était parfaitement calmes, on ne faisait rien du tout, à part se marrer parce que les gamins du quartier étaient du même côté que nous. C’est ce qu’on a fait remarquer à la dame.

Elle nous a dit que ça n’avait rien à voir, que c’était juste une rivalité entre bandes d’un quartier à un autre, qu’ils n’en avaient rien à faire de la corrida. Un gamin derrière elle a dit : « Hé, c’est pas vrai, madame ! Nous, on n’aime pas la corrida ! Alors, eux, il faut qu’ils partent ! »

Face à l'attroupement menaçants des jeunes du quartier, les aficionados ont paniqué

Les aficionados (à gauche) se sont sentis menacés par l’attitude agressive des militants du CRAC (au centre) et des jeunes du quartier (à droite). Du moins, c’est ce qu’ils vont raconter pour expliquer pourquoi ils ont paniqué.

Son collègue flic, visiblement nerveux, a passé un appel. Une seconde voiture de la police est arrivée deux minutes plus tard. D’autres ados se sont approchés d’une rue adjacente, pas du tout agressifs, juste curieux – ils étaient bien trop loin pour savoir ce qui se passait.

Les afiocs ont paniqué.

Tout-le-monde est remonté très vite dans le bus et ils ont filé, une heure avant la fin prévue de leur cirque.

La fuite précipitée, une heure avant la fin prévue

La fuite précipitée, une heure avant la fin prévue

Voilà, c’est ainsi qu’une bande de gamins a mis en déroute les aficionados panicos, qui ont soudain eu peur de leur propre paranoïa. Ou de leur incapacité à recruter qui que ce soit ?

On était… morts de rire, avouons-le. On a serré la main de tous les gamins qu’on pouvait pour les remercier. Ils étaient ravis et très fiers d’avoir chassé ces pitres rien qu’en montrant qu’ils ne marchaient pas dans leur arnaque et qu’il ne fallait pas les prendre pour des débiles.

Ensuite, le petit groupe de militants du CRAC est aller prendre un café au bistrot du coin, le Diplomate pour les connaisseurs. En partant, Nathalie a fait un grand geste d’au revoir aux gamins qui lui ont tous rendu son salut avec des sourires adorables.

La prochaine séance d’embrigadement est prévue dans quelques semaines, toujours dans un quartier pauvre, bien sûr. Le chauffeur de bus irascible nous a promis que si on venait, lui et ses copains nous feraient repartir à quatre pattes, du moins si on arrivait encore à marcher.

De dos, en blouson marron, une vieille connaissance de Rodilhan

De dos, en blouson marron, une vieille connaissance de Rodilhan

Il faut dire qu’un de ses copains qui était là est l’un des agresseurs identifiés du lynchage de Rodilhan, alors ils savent de quoi ils parlent. Ils sont charmants, ces gens-là, non ?

30 Replies to “Les aficionados panicos se font virer par des gamins anticorrida”

  1. sylvana

    Je me suis levée très triste ce matin, (ma chienne Mégane n’est pas bien depuis 3 jours, elle est âgée, et je pense que cela ne va pas s’arranger) mais quel bonheur votre billet !
    L’espoir et la joie ont repris le dessus, Bravo à ces petits gamins de quartier ! Mais je suis très surprise de cette violence psychologique faite aux afiocs! C’est inhumain !
    Prévoyez des « gros bras » pour la prochaine altercation, ce serait dommage qu’ils finissent à l’hosto massacrés par des gamins ! Mais je suis rassurée pour eux, le ridicule n’ a jamais tué personne. Mdrrrr…………!!!:)
    En tous cas Bravo à l’équipe du CRAC, et Bravo les gamins !!!

  2. Anna Galore Post author

    Ah oui alors ! Tu ne peux pas savoir comme on était tous heureux quand on a vu que les gamins étaient farouchement anticorrida. Et tellement mimis, tous, avec leurs grands sourires (enfin, pour nous les sourires, parce que pour les autres débiles, c’était différent). Le recteur de la mosquée est resté presque tout le temps avec nous, sa présence était une caution ouverte à notre action.

  3. Anna Galore Post author

    Merci ! J’adore quand les afiocs se ridiculisent et, de ce côté-là, ils sont souvent au rendez-vous.

    Des gamins comme ça, on en redemande ! Ça donne foi en l’avenir, au moins pour notre combat 🙂

  4. Dalile Rebelle

    Dans la prochaine édition du journal « Sud Ouest » on pourra lire : « LES ANTI-CORRIDA FONT APPEL AUX ENFANTS DES QUARTIERS DEFAVORISES POUR SE DEFENDRE ». Faudra faire attention qu’ils n’utilisent pas des photos de jeunes en colère pour illustrer ce titre mensonger !!!
    En tout cas moi, ça me fait poiler ce soufflé qui est tombé bien trop vite !!!
    Bravo à vous

  5. sophie

    génial!! et oui, les gamins sont toujours plus réfléchis qu’on ne le pense. quelle bande de rapace ces affiocs. embrigadement, secte. merci à vous d’avoir été là! faut être partout dans leur ombre. pas les lacher. jusqu’à ce qu’une cirrhose ou une attaque cérébrale les ai tous emporté..

  6. Anna Galore Post author

    « Faudra faire attention qu’ils n’utilisent pas des photos de jeunes en colère »

    Absolument ! D’où l’importance de rendre publics les comptes-rendus de chacune de nos actions, photos comprises.

    « embrigadement, secte »

    C’est tout-à-fait les mêmes approches, en effet. Comptez sur nous pour ne pas les lâcher.

  7. Sylvia R

    Hou la honte. 2 voitures de flics ! Et pourquoi pas l’armée ? Quelle belle bande de racaille, ça fait pitié.
    Bravo aux enfants, grande classe.

  8. Anna Galore Post author

    Ben oui, forcément, les flics, ils ont été appelés par les afiocs qui sentaient venir une émeute, que dis-je, une intifada. Tous ces gamins hauts comme trois pommes étaient menaçants, c’était évident. La preuve, c’est qu’ils se marraient avec nous mais pas avec eux. Quelle racaille !

    Oui, bravo aux enfants, c’était une très belle matinée en leur compagnie 🙂

  9. Marie LF

    Bravo les filles, superbe action!! Je pensais… et si vous placardiez des affiches ds les entrées des immeubles ou ds les boites aux lettres pour informer, avertir par avance la venue d’afiocs tentant d’embrigader la jeunesse ds les quartiers défavorisés, telle une secte? Une idée comme ça 😉

  10. lesley smith

    je count bien de etre a ALES le 11 et 12 MAI je suis dans le lot dep 46 !! je pense on a un car k part de TOULOUSE Mais moi et beaucoupe de amies veux bien un moyen de vien just pour un jour ! nous avons tous les loulous !! MOI j ai 10 chats et 4 chien tres agee !mais ci on vien pour les 2 jours on peux dormire ou ???

  11. Anna Galore Post author

    Elle est bonne, celle-là. Les seuls qui ont foutu la merde (pour reprendre votre expression fleurie), ce sont les embrigadeurs qui ont débarqué dans ce quartier où personne ne leur avait demandé de venir. Ils ont tenté d’accrocher les gamins avec leur propagande mais ils se sont fait envoyer paitre parce qu’ils n’intéressaient personne.

    Les gamins ne faisaient rien de mal et n’étaient même pas menaçants, ils restaient à distance, les photos sont là pour le prouver. Alors n’inversez pas tout, même si la vérité ne vous convient pas.

  12. Temple

    Merci Anna. Tous les moyens sont bons à ces individus pour attirer les gamins dans leurs filets puisqu’ils ils avaient même annoncé une collation à la fin de la séance (lu sur tierrastaurinas). Avec leur cynisme habituel, ils sont maintenant capables de vous reprocher d’avoir fait obstacle à une action humanitaire !

  13. Manu

    Bien vu les amis-ies 🙂
    Vous allez provoquer une grosse vague de déprimes , de maux de crâne et autres diarrhées incontrôlables chez les pervers psychopathes mal assumés 🙂
    Ces bas de plafond ricardisés utilisent des méthodes de sectes pour tenter pathétiquement de renouveler leur fin de race vieillissante aux relents de régime franquiste , d’embrigader une relève pour remplacer leur viocs bedonnants , bas de plafond , le pif nouge et l’ haleine rendue explosive car fortement chargée en substances alcoolisées 😉
    Cependant , vous auriez pû leur « emprunter  » provisoirement leur mini bus ( avec clim ) pour nos prochains co-voiturages dans les Sud aux prochaines actions et happenings chez les afiocs pannicos ou/et perversos-psychpathos-alcoolos lol 🙂
    A bientôt , rendez vous à Alès…

  14. sylvana

    « Ca vous amuse de foutre la merde ? »

    Oh ! Oui ! Tant qu’on est pas dans le meurtre et la torture et qu’on peut surtout empêcher les afiocs d’en commettre, perso j’adore ça !!! En plus c’est bon pour leur âme (pour peu qu’ils en aient une).

  15. Mario BACM

    Bravo à toute l’équipe et aux gamins de la cité investie par les afiocs. J’ai une seule question sous forme de concours.
    Après les handicapés, après les taulards et les gamins des banlieues de Nîmes, quelle va être leur prochaine cible?
    les maternités? les maisons de retraite? ou les asiles psychiatriques?
    Votez sur lesafiocssontperdus.fr.

  16. Marie

    Bravo à vous les amis ,sans cesse sur le front ,contre cette barbarie ,et l’embrigadement des enfants !!!!

  17. Odette

    La police qui n’ose pas mettre un pied dans les quartiers pauvres, même s’ils sont une vingtaine, et là 2 malheureuses voitures de police qui se risquent, une preuve de plus que les aficios sont des individus dangereux (sauf envers la police bien sûr), pour que celle-ci se déplace sans crainte !!

  18. Michèle Breut

    Très bien joué: humour et courage, oui oui il faut du courage pour voir les afiocs de près tellement ils sont immondes.
    Une question, avez-vous prévu de vous rendre, joyeuse bande d’humanistes, à la prochaine réunion ‘pédagogique’ des afiocs sadico practico? Si oui, pourquoi pas demander l’assistance de la gendarmerie?

  19. Anna Galore Post author

    Bien sûr qu’on y sera ! On est bien décidés à ne pas les laisser dévoyer des enfants avec leur propagande mortifère.

    Et la prochaine fois, il serait plus prudent en effet de demander aux forces de l’ordre de veiller sur nous. Cela dit, il est coutumier chez les aficionados de faire ce genre de tentative d’intimidation mais quand on se retrouve ensuite là où le prétendu affrontement doit se produire, ils sont mystérieusement absents. Ce sont des lâches avec les animaux, ils le sont aussi avec les humains. Ils ne cognent qu’à 30 contre un ou alors sur des militants entravés et assis par terre. Et ils osent demander qu’on les respecte…

    « voir les afiocs de près tellement ils sont immondes »

    Oui, je pensais exactement cela en les voyant à quelques mètres et même à portée de main à certains moments. Je m’imaginais ces gens-là, qui se revendiquent « practicos » (donc pratiquants) en train de se régaler à torturer des veaux dans leurs fêtes privées, celles dont parle Jean-Pierre dans l’interview que je cite plus haut. Je vous assure que ça motive encore plus à les mettre en déroute.

  20. Sophie So

    Merci pour cet excellent résumé. C’est toujours un plaisir que de vous lire Anna. Etant moi même issue d’une famille musulmane je n’ai jamais douté de cet échec. Ces gamins ne sont pas instruits pour la plupart et les afiocs ridiculos ont confondu instruction et intelligence. Intelligents ils le sont.
    La corrida ne prendra jamais chez les musulmans. Inch’Allah !

  21. Ghislaine Lecocq

    Encore une superbe action anti corrida, menée de main de Maitre sur le terrain!
    Aprés le criant bide remporté par les assassinos pédophilo practicos
    ça donne envie de distribuer des tee shirts aux jeunes des autres banlieues portant le logo « la corrida ne passera pas par moi! »
    Merci pour vos actions et votre blog toujours aussi raffraichissant en ces tristes périodes de procés « internes » et de reprises de saison des corridas!

  22. Anna Galore Post author

    Merci Ghislaine et bon courage pour la suite, on est avec vous !

    C’est une très bonne idée, les t-shirts. Certains des gamins nous ont demandé samedi s’ils pouvaient avoir les mêmes que nous, ils les trouvaient géniaux. Il faudrait peut-être en faire faire à leur taille et leur distribuer quand on va sur ce genre d’action.

  23. Catherine Caminade

    Que de préjugés balayés dans ce récit. Je suis touchée de voir que ces jeunes ne cautionnent pas la barbarie. Bravo pour votre action et tenez-nous au courant avant la prochaine, quelques bras de plus seraient peut-être nécessaires…

  24. Anna Galore Post author

    Ce serait bien, en effet 😉

    La prochaine fois, ce sera le 6 avril. Si vous voulez y participer, le mieux est de contacter directement Nathalie Valentin sur Facebook, ou éventuellement moi par le blog (je lui transmettrai).

  25. Alystelle

    Hihi trop forts les gamins ! Lors de différents tractages j’avais aussi remarqué que les gamins des cités n’ont que faire des corridas, mais alors la fuite des afiocs c’est tordant 😉

  26. Anaïs

    Merci beaucoup pour ce super reportage, j’en reviens pas !
    C’est une honte de la part des afiocs ! Ils se ridiculisent ces pauvres cons !
    Ils ne se doutent pas une seconde que les gens de ce quartier, s’ils sont majoritairement musulmans, ne connaissent et/ou ne sont pas intéressés par la corrida de part leur religion ? quelle bande d’enfoirés !
    Mais c’est vrai en fait ce sont des pervers ! Comme un pédophile qui attire un enfant avec un bonbon, c’est carrément pervers !
    Ils essaient de rapatrier du monde dans leur milieu de dégénérés… ça me dégoute profondément !

    Un immense bravo pour la superbe écriture qui m’aura bien fait rire et pour la mobilisation des militants du CRAC !!! BRAAAVOOOOOO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.