Corrida, les embrigadeurs d’enfants

Une association d’aficionados, créée en 1989, agit depuis trois ans à Nîmes avec l’appui de la mairie pour tenter d’embrigader les enfants dès leur plus jeune âge et leur donner envie plus tard d’aller voir des corridas. Il s’agit de l’Association Française des Aficionados Practicos (AFAP). La façon dont ils s’y prennent est de contacter les comités de quartier afin d’organiser ce qu’ils présentent comme une « animation ».

action crac clos 2

Il y a une semaine, Hervé Galtier, le président de l’AFAP, avait droit à une grande interview dans le Midi Libre pour faire sa propagande. Il expliquait qu’il s’agissait d’une « approche très ludique » de sensibilisation des petits et des grands au maniement de la cape, le tout dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale (CUCS).

Une vieille technique de manipulation mafieuse

Le message officiel est limpide : les aficionados sont des gentils puisqu’ils font du social dans les quartiers pauvres. Il s’agit là d’une technique bien connue que les moins recommandables des organisations utilisent pour se donner une image de bienfaiteurs de l’humanité.

La mafia la pratique depuis toujours dans les milieux modestes des territoires qu’elle contrôle, par exemple en Sicile ou dans le sud de l’Italie. Les narcotrafiquants font de même avec les paysans colombiens. Un autre exemple est celui des intégristes islamistes dans les pays arabes qui se font passer pour des humanistes au grand cœur en aidant les familles pauvres alors que leur seul but réel est d’acheter un large soutien populaire.

Pour la protection de l’enfance

Rappelons que le nom complet de notre association anti-corrida est CRAC Europe Pour la Protection de l’Enfance. Justement, là, c’étaient les enfants qui étaient la cible explicite de ces dangereux manipulateurs que sont les aficionados.

DSCN2225b

Samedi, les prétendus animateurs étaient dans le quartier Clos d’Orville à Nîmes. Notre amie Nathalie Valentin, déléguée du CRAC pour le Gard, y était aussi avec un groupe de militants.  Elle a raconté avec talent leur intervention sur le site du CRAC.

« Bien évidemment il est volontairement caché à ces enfants l’envers du décor : des taureaux hurlant de douleur ou cherchant à fuir, des coups d’épées répétées etc… On leur fait croire que le taureau, c’est le méchant animal qui fonce, qui est dangereux. A la fin de cette initiation à la mascarade, un « diplôme » d’aficionados practicos sera remis à chaque enfant… histoire de les amadouer.

Nous étions donc là pour informer parents (surtout) et enfants. Il n’y avait pas foule ! Nous avons des retours positifs de parents qui ont pris le temps de discuter avec nous et que nous n’avions pas besoin de convaincre plus que ça. Ils sont partis, nous encourageant à continuer ce combat. »

Agir, informer, dénoncer

Il a été demandé aux anti-corridas de rester à une trentaine de mètres. Cela n’a pas empêché des enfants de venir leur parler et certains de dire  « On est pour vous ! ». Bien entendu, ils étaient aussitôt rappelés à l’ordre par un superviseur afioc qui veillait au grain. Et puisqu’il fallait respecter cette distance de sécurité, nos amis du CRAC n’ont pas eu d’autre choix que de parler très fort « pour informer et dénoncer ».

Il est à noter que la police, présente, a laissé les militants s’exprimer en toute liberté. Nous avons cette chance à Nîmes de pouvoir compter sur le professionnalisme des policiers, comme ils nous l’avaient déjà montré dans des circonstances extrêmement tendues lors du happening qui s’était tenu près de la statue de Nimeño 2 en septembre 2011.

action crac clos dorville

Lorsque nos amis sont revenus vers leurs voitures garées plus loin, ils sont tombés sur un panneau réjouissant, probablement écrit par un résident du quartier :

« C’est une honte de montrer à des enfants comment torturer un animal ! Apprenez leur plutôt à aimer et respecter la nature et la vie sans violence ».

Nîmes a beau être une ville emblématique pour les aficionados, il ne faut jamais oublier que plus de 60% de ses habitants sont opposés aux corridas. Les tortionnaires de taureaux n’ont pas fini de nous trouver sur leur route. On ne les lâchera jamais.

Bravo à Nathalie et à ceux qui l’accompagnaient !

Très belle journée à vous

Photos : CRAC Europe, sauf celle de Nathalie et Jean-Pierre à Alès qui est de moi.

4 Replies to “Corrida, les embrigadeurs d’enfants”

  1. Nathalie

    Excellent ! Merci Anna !
    Et Merci à Didier Bonnet, Frédéric Massot et Ann (désolée je ne me souviens plus de son nom de famille) de leur présence.

  2. soleil vert

    Bravo à vous ! le visuel, les panneaux, c’est très important. Les afiocs sont aux abois, et leur pêche aux adeptes dans les milieux défavorisés est bien symptomatique. Géner des abrutis est somme toute assez agréable, on y prend même du plaisir (si, si !!), ce qui compense de la gravité de la cause.
    Pour les blesser un peu, il faut bien que des femmes, notamment, leur soulignent le côté sexuel inconscient qu’ils recherchent par compensation. Je ne suis pas du tout psy, mais je suis de plus en plus convaincu que ça ne marche pas rond sous la ceinture chez eux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.