Le mundillo aux abois

Je vous en ai parlé dans un commentaire il y a deux jours mais ça mérite d’y revenir. Le 23 janvier, le quotidien Sud-Ouest relatait cette déclaration de Guillaume François, avocat de l’Union des villes taurines de France (UVTF). Selon lui, des conseillers de Manuel Valls lui avaient assuré qu’ils allaient envoyer des directives aux préfets pour faire interdire les manifestations anticorridas aux abords des arènes.

Une info surprenante quand on sait que les manifs sont parfaitement encadrées par la loi en France et que seuls les troubles à l’ordre public (comme le vandalisme ou les violences urbaines) peuvent conduire à des mesures restrictives ou des interdictions.

Muriel Fusi, déléguée du CRAC Europe pour l’Île-de-France, a voulu en avoir le cœur net. Elle a carrément posé la question à Valls lors d’une galette des rois organisée par le PS à Asnières.

Valls a formellement démenti que de telles directives existaient. Il n’était même pas au courant.

valls midi libreElle a reposé sa question autrement et il a confirmé que tout ça était du vent.

L’avocat des aficionados a donc fait de l’intox en racontant ce qu’il a dit dans la presse.

Ou alors, il a carrément menti, comme cela est souvent le cas chez eux – comme, par exemple, quand ils ont monté une fausse liste de psychiatres qui se disaient procorrida (alors que la plupart de ceux qui figuraient sur la liste étaient anticorridas et ne savaient même pas que cette liste existait) ou quand ils ont fait voter des morts pour soutenir le maintien de la corrida en Catalogne espagnole (en vain puisque la corrida y a été abolie).

Dans une interview donnée au Midi Libre, Jean-Pierre Garrigues s’est fait un plaisir de faire connaître le démenti de Valls qui est pourtant un aficionado passionné (et a donc dû d’autant plus l’avoir de travers). Et il a conclu que tout cela était « une nouvelle manipulation du mundillo aux abois ».

DSCN2453b

Mais qu’ils sont tartes, ces afiocs… Non seulement leur passe-temps morbide est une barbarie indéfendable mais il faut qu’ils se comportent en permanence comme des idiots en croyant que leurs mensonges vont faire illusion. C’est mal connaitre Internet qui permet les répliques ultra-rapides à haute diffusion à chaque fois que quelqu’un affirme n’importe quoi.

Ils se croient peut-être toujours à l’époque de Franco, quand la propagande pro-corrida était la Voix Officielle ?

torero fascismo

Sans parler de leur maladresse pure et simple.

L’autre jour, après le fameux conseil municipal où Roustan a annoncé que la mairie ne donnerait plus un euro pour les corridas, le Midi Libre a organisé un sondage pour ou contre les corridas à Alès.

sondage corrida alès

Comme les « contre » dépassaient les 70%, les afiocs se sont plaints que c’était faussé parce que les anticorridas s’étaient mobilisés en masse.

Ah bon ? Mais alors, ils reconnaissent que les aficionados étaient, eux, complètement démobilisés ? Quand je vous dis qu’ils sont tartes…

Très belle journée à vous

3 Replies to “Le mundillo aux abois”

  1. Michèle Breut

    superbe article: documenté, référencé, argumenté et dans un style qui est un vrai régal par sa clarté et son humour. Quand on passe du temps à lire les amphigouris des afiocs (pour les démasquer puisque besoin est en France), cette lecture est salutaire, c’est un bain de jouvence pour l’esprit fatigué par de mauvaises lectures. Merci l’auteur pour votre plume engagée!
    C’est bien de conclure qu’ils sont « tartes » si tant est qu’il est vrai qu’on aime mieux être méchant que ridicule, surtout ces sadiques.

  2. anti

    Mdrrr ! Ils n’en loupent pas une ! Dès que l’occasion se présente à eux de se ridiculiser, ils se vautrent dedans ! C’est incroyable tout de même ! Excellent article Anna, j’en oublierais presque ma migraine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.