A deux pas de Pandora

Le film Avatar se situe sur Pandora, l’une des multiples lunes imaginaires d’une planète géante fictive orbitant autour d’un soleil qui est lui bien réel et à peu près de la même taille que le nôtre, l’étoile Alpha Centauri B. Cela vaut aux Nav’i une voûte céleste d’une beauté exceptionnelle, surtout au crépuscule.

pandora.jpg

Il existe dans la même constellation du Centaure, une seconde étoile nommée Alpha Centauri A et une troisième beaucoup plus petite, Proxima Centauri, pas très loin toutes proportions gardées. Ce sont les plus proches de notre bon vieux système solaire. Alpha Centauri B se trouve à « seulement » 4,4 années-lumière de chez nous, ce qui fait quand même 44 mille milliards de kilomètres.

En d’autres termes, si nous étions capables de nous déplacer à la vitesse de la lumière (ce qui est physiquement impossible) il nous faudrait 4,4 années pour nous y rendre. A l’heure actuelle, le minimum qu’on mettrait, c’est 40 000 ans pour un aller simple, sans compter les arrêts aux stations-service pour refaire le plein.

alpha centauri.jpg

Des astronomes viennent d’annoncer la découverte d’une exoplanète orbitant autour d’Alpha Centauri B. Voilà qui titille l’imagination, même si elle n’a aucune chance de ressembler de près ou de loin à Pandora.

L’exoplanète en question est en effet certainement un enfer incompatible avec la vie. Pourquoi ? Parce qu’elle est beaucoup trop proche de son soleil, ce qui fait qu’il y règne une température de l’ordre de 1200°. Aucune atmosphère ne peut exister avec des conditions pareilles et donc aucune forme de vie.

Pour vous donner une idée du point auquel elle frôle son étoile, rappelons que notre Terre tourne à 150 millions de kilomètres du Soleil et Mercure à 58 millions, alors que l’exoplanète découverte se trouve à seulement 6 millions de kilomètres d’Alpha Centauri B. Elle en fait un tour complet en à peine plus de trois jours.

lepetitprince_slide_2.jpgUne année de trois jours, ça me rappelle Le Petit Prince. Il vit sur une planète si petite qu’il peut voir le soleil se coucher en permanence rien qu’en déplaçant sa chaise de quelques mètres à chaque fois qu’il disparait. L’exoplanète du Centaure est bien plus grosse, quasiment la même taille que la Terre ou que Pandora.

Est-il possible que gravite, un peu plus loin autour d’Alpha Centauri B, une autre planète plus semblable à la nôtre ? Rien n’empêche de le penser. Depuis quelques années que les astronomes s’intéressent à la recherche des exoplanètes, ils en ont découvert plus de 750. Ils ont la certitude que les systèmes planétaires sont plutôt fréquents autour des étoiles, ce qui veut dire que des milliards de planètes rocheuses comme la Terre gravitent quelque part dans notre galaxie et des milliards de milliards de plus dans la totalité de notre univers. Les détecter n’est plus qu’une question de temps et d’amélioration des techniques d’observation mises en œuvre.

Avec de tels chiffres, la probabilité que plusieurs milliers d’entre ces mondes lointains hébergent des formes de vie est très élevée. En revanche, les contraintes de la physique et les distances phénoménales qui nous séparent des autres soleils, même ceux du Centaure qui sont les plus proches d’entre eux, font que les atteindre est tout simplement impossible et le restera probablement à jamais. C’est peut-être aussi bien pour ces formes de vie-là comme pour nous.

Rien ne nous empêche, en revanche, d’imaginer en toute sécurité ce qui se passerait si un jour nous pouvions voyager aussi loin… Par exemple, en revoyant Avatar ou, bientôt, ses suites en cours de production.

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.