Chez Ré

Hier, après manger, Anti m’a demandé :

– Si on allait se promener quelque part ?
– On pourrait aller en haut du mont Ventoux ? Le temps est idéal pour ça.

Il faisait en effet très beau et chaud. Or, en haut du Ventoux, comme son nom l’indique, il fait toujours venteux et c’est à la fois fort et glacial. Donc, l’été c’est parfait, un petit pull suffit. Et bien sûr, la vue de là-haut est imprenable. On peut même voir jusqu’à la mer quand l’air est bien sec.

– Non, je n’ai pas trop envie. Et si on allait chez Ré ?
– Super bonne idée !

DSCN8633b.jpg

Ré, notre Réginelle, on l’adore. On ne peut pas la voir aussi souvent qu’on le voudrait parce qu’elle habite à une heure de route de chez nous, dans un petit village des Cévennes. Depuis quelques années, elle ne va plus du tout sur internet, après en avoir été longtemps une des belles âmes. Ses derniers mots mis en ligne sont probablement sur ce blog. Ensuite, notre relation s’est poursuivie hors du réseau.

Il était déjà 15h30 et il fallait qu’on soit de retour à 19h pour accueillir Enzo – il va passer trois semaines avec nous. Quand on a téléphoné à Ré pour vérifier qu’elle était là, cette dernière a répondu : « Vous n’allez quand même pas faire toute cette route juste pour un café ? » Pour un café, non, mais pour passer un moment avec elle, oh oui alors.

DSCN8646b.jpg

Anti a pris avec elle plein de livres qu’elle a édités ces derniers mois et aussi une surprise pour Ré : un livre qu’elle adore plus que tout et qu’elle a prêté une fois de trop, à une proche vivant dans le nord de la France, qui s’est révélée indélicate puisqu’elle ne le lui a jamais rendu malgré plusieurs relances restées sans réponse. Il s’agit de Les garennes de Watership Down, de Richard George Adams, devenu introuvable dans son édition originale, du moins à un prix abordable… sauf par Anti qui en a déniché un en février dernier.

Ré était émue aux larmes en découvrant son cadeau. Nous avons pris le café et mangé des gâteaux sous les parasols, devant sa nouvelle cuisine d’extérieur bricolée avec quelques parpaings, du lambris et un toit ondulé là où il n’y avait qu’un recoin de jardin laissé à l’abandon.

DSCN8637b.jpg

Nous avons promis de revenir très vite la voir, cette fois en restant plus longtemps pour profiter de sa compagnie et de celle de ses chats. Le plus jeune s’appelle Lucky Luke, parce que lorsqu’il voit son ombre, il essaie de l’attraper par surprise. Disons qu’il y arrive presque. En revanche, il parvient parfaitement à embêter Monsieur Chat lorsque celui-ci veut faire la sieste sur sa chaise longue préférée.

Très belle journée à vous

DSCN8656b.jpg
Un chat peut en cacher un autre…. ou alors, il est très très étiré

2 Replies to “Chez Ré”

  1. Zaza Post author

    J’ai eu Ré au tel hier, heureuse de l’avoir entendue et que mes livres plaisent à une de ses amies polonaise, cela me fait chaud au coeur.

  2. anti Post author

    Hé ! Hé ! Même pendant le week-end l’éditrice en moi ne peut s’empêcher de parler de ses auteurs 😉 Je t’appelle dans la matinée pour les commandes.

    Ré est vraiment un amour ! Cela m’a fait vraiment plaisir de la retrouver hier. Et quel bonheur de lui faire plaisir ! Elle était vraiment heureuse de retrouver le livre chéri de son enfance, dans l’édition d’origine.

    Et puis, comme beaucoup de personnes sur le blog, c’est une amoureuse de la nature et des chats alors…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.