Interdire la corrida, nos lettres sont parties

Anti vous a parlé il y a quelques jours de l’opération « enveloppes rouges et blanches à l’Élysée » qui consiste à demander au nouveau président de la République la suppression de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal sur la torture animale, alinéa qui autorise les corridas et les combats de coqs dans certaines régions de France.

En ce qui nous concerne, dès notre retour à Nîmes, nous avons imprimé et envoyé nos contributions à cette action.

corrida

Rappel : le but est d’inonder l’Élysée de lettres (enveloppes rouges) et du formulaire « Référendum-Pétition » (enveloppes blanches). Les enveloppes n’ont pas besoin d’être affranchies, alors n’hésitez pas à multiplier les envois.

corrida

Ensemble, agissons pour faire abolir la corrida partout en France !

Edit :

Toute la famille s’est mobilisée, même le kéké a signé :

img6635y.jpg

3 Replies to “Interdire la corrida, nos lettres sont parties”

  1. anti Post author

    Yeap ! Et je viens d’ajouter la photo reçue de la part de Kéké qui a signé lui aussi 😉 Bravo à tous ! On finira bien par obtenir le retrait de cet alinea car rien, absolument rien, tradition ou pas, ne peut justifier la torture sur un être vivant.

  2. anti Post author

    La corrida : pour ou contre, passionnément France Culture :

    Du sang, de la volupté et de la mort, le titre du livre célèbre de Maurice Barrès paru au tournant du XIXe et du XXe siècle, ouvrage d’un voyageur fasciné en particulier par les rudes paysages espagnols, ce titre pourrait servir d’intitulé pour notre émission de ce matin. Nous allons en effet y parler de la tauromachie et il n’est guère de spectacle qui mêle de si près ces trois composantes propres à susciter toutes les passions. Et Dieu sait que les passions se bousculent autour de la corrida qui voit s’affronter sans répit, de très longue date, les aficionados qui y célèbrent, dans la continuité d’une longue tradition méridionale, une certaine beauté de la violence maîtrisée par des rituels lumineux et d’autre part celle des défenseurs des animaux qu’indignent les souffrances infligées aux taureaux au service de plaisirs dénoncés comme cruels et en somme barbares. Il n’est guère de saison qui ne voit ressurgir ce face à face, et celle que nous traversons ne fait pas exception. L’opération lancée le 11 juin dernier l’a bien montré, une opération dénommée « enveloppes rouges et blanches à l’Elysée » et consistant à exiger du nouveau président de la République la suppression de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du code pénal, article autorisant les corridas dans certaines régions de France lorsque peut-être invoquée, je cite, une « tradition locale ininterrompue ». L’Histoire au service d’une spécificité régionale de cette dimension dans notre République jacobine, voilà bien qui est fait pour stimuler notre curiosité. Et afin de la satisfaire, du côté du sang, de la volupté et de la mort, rien de mieux que de faire fond sur la science d’Eric Baratay, professeur à l’Université de Lyon, spécialiste de l’histoire des relations qu’ont entretenues au long des âges les hommes et les animaux. Jean-Noël Jeanneney.

    http://www.franceculture.fr/emission-concordance-des-temps-la-corrida-pour-ou-contre-passionnement-2012-07-14

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.