Vanuatu (181)

401px-Vanuatu_blonde.jpgLe Vanuatu est un archipel de plus de 80 îles, pour la plupart volcaniques, à l’est de l’Australie et au nord de la Nouvelle-Zélande. Jusqu’à son indépendance en 1980, on appelait cette région du monde les Nouvelles-Hébrides.

Aux côtés des trois langues officielles qui y sont parlées – le français, l’anglais et le bichelamar – coexistent 108 langues vernaculaires océaniennes pour à peine 234 000 habitants, dont celui qui vient de télécharger au moins un de mes livres, ce qui fait de cet État le 181e dans ce cas.

La république du Vanuatu est une démocratie dont le président est élu au suffrage indirect pour cinq ans. Le premier ministre, chef du gouvernement, et ses ministres disposent du pouvoir exécutif. Le pouvoir législatif est exercé par une chambre unique de 52 membres renouvelée au suffrage universel direct tous les quatre ans. Le système judiciaire, indépendant, est basé sur les droits britannique et français.

Il n’y a aucun impôt sur le revenu, aucune retenue d’impôt à la source, aucun impôt sur les plus-values, aucun droit de succession et aucun contrôle des changes. Tout cela en fait un paradis fiscal et un pavillon de complaisance.

Le Vanuatu est connu pour ses dessins typiques tracés sur le sable. Ces compositions sont exécutées par des spécialistes initiés. Elles servent d’écriture : c’est un moyen de communication entre les membres de près de 80 groupes linguistiques différents et un moyen mnémotechnique pour transmettre des rituels, des connaissances mythologiques, des informations orales sur l’histoire locale, les techniques agricoles, l’artisanat ou encore la chorégraphie.

800px-Erakor_Beach,_Efate,_Vanuatu,_2_June_2006_-_Flickr_-_PhillipC.jpg

Infos et photos : Wikipedia

One Reply to “Vanuatu (181)”

  1. Anna Galore Post author

    Quelques mots sur cet enfant mélanésien blond… Pendant longtemps, on a cru que les cheveux blonds (5 à 10% de la population) chez ces personnes à peau très sombre étaient les résultats de métissages avec les premiers explorateurs blancs venus sur ces îles.

    Une étude récente a montré qu’il n’en était rien : il s’agit en fait d’une mutation génétique naturelle qui s’est produite il y a probablement très longtemps et qui n’a aucun lien avec une influence européenne. L’Océanie étant restée isolée du reste du monde jusqu’à une période relativement récente, cette mutation est restée strictement localisée dans cette partie du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *