Stand avec vue

Notre première journée aux Pyramides du Livre à la Grande-Motte s’est très bien passée, malgré une baisse d’affluence du public à cette manifestation par rapport aux années précédentes. La venue de Charles Aznavour était censée servir de locomotive pour les 150 autres auteurs présents mais le chanteur se l’est jouée diva en ne restant que le temps strictement nécessaire pour dédicacer et vendre son petit stock de livres avant de se barrer sans se mêler au commun des mortels.

DSCN9912b.jpg

Sur notre stand, après une matinée au ralenti, les choses ont vraiment démarré à partir de 15h, autrement dit comme l’an dernier. Nous étions quatre auteurs présents : Robert Notenboom, Clovis Perrin, Claude Montjaux et moi-même. Nous avons tous les quatre vendus nos ouvrages. A cela se sont rajoutés quelques exemplaires de Lucienne, dont un à une dame se prénommant… Lucienne.

L’ambiance était fort joyeuse et la chaleur estivale. D’ailleurs, Anti et moi avons fait un petit tour à la plage pour tremper nos pieds, histoire de prendre un peu l’air, malgré notre stand avec vue sur la mer. L’article dans le Midi Libre a eu un impact certain : plusieurs personnes sont venues nous voir en relation directe avec sa parution.

DSCN9911b.jpg

Vers 14h30, Robert, Clovis et Anti sont partis sur un grand bateau pour une balade d’une heure pendant laquelle Robert a refait sa conférence sur la langue française agrémentée de lectures de poésies – Anti vous racontera ça dans une autre note dès qu’elle aura le temps de l’assembler. Pendant leur périple, je gardais le stand avec les Montjaux.

De retour à Nîmes, nous avons lancé un bon poulet pommes de terre. Gwlad est arrivée peu après avec Houssam – eux aussi étaient à la mer mais pour profiter de la plage au Grau du Roi – précédés de peu de Mouayadi et Anli. Notre maison étant aussi ouverte et accueillante que l’est ce blog, qui n’en est après tout que la prolongation dans le cybermonde, Anti a aussitôt lancé un repas-bis pour les ados qui sont allés manger sur la terrasse pendant que nous nous installions à la grande table en chêne du séjour.

DSCN9913b.jpg

Avant de passer à table, Anti a présenté Anli à Robert en lui disant « C’est lui qui a écrit le livre de poésies que je t’ai offert ». Anli était aux anges ! Rendez-vous compte, après avoir lu un livre qu’il avait vraiment aimé sans que ce soit un prof qui le lui impose, il rencontrait son auteur. Pour lui, c’était magique.

Très belle journée à vous

4 Replies to “Stand avec vue”

  1. valentine Post author

    Quel emplacement de rêve pour une palette d’auteurs qui n’ont pas dû engendrer la mélancolie!

    Que la journée soit belle et la moisson prolifique 🙂

  2. Zaza Post author

    Mais dit donc il a une belle chevelure notre pinson qui se dit déplumé mdr et quelle vue !

  3. anti Post author

    « Quel emplacement de rêve pour une palette d’auteurs qui n’ont pas dû engendrer la mélancolie! »

    Eh oui ! C’est peu de le dire !

    « Mais dit donc il a une belle chevelure notre pinson qui se dit déplumé »

    En effet, c’est à s’y méprendre, d’ailleurs, ça n’a pas manqué d’arriver. Une amie de blog de Pinson est arrivée et a commencé à discuter avec l’autre Robert, le déplumé 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.