Un détour chez les vautours

Dscf1888b

Ce masque aux allures mexicaines croisé dès notre arrivée au cœur du village de Navacelles était-il un présage ? Quoi qu’il en soit, après notre magnifique errance sur les GR de la région, nous nous sommes retrouvés aux premières loges pour assister à un magnifiques ballet de vautours, animal totem s’il en est.

dscf1914o.jpg
Vautour fauve – Navacelles avril 2012

Avec la pluie qui commençait à tomber et le froid ambiant, il a été difficile de prendre de bonnes photos, mais le plaisir de les voir voler si près de nous était intense !

Pour la petite histoire, la réintroduction des vautours sur le territoire du Parc des Cévennes date d’une trentaine d’années. D’après les spécialistes cités par le site internet du parc, cette réintroduction est un succès complet avec le retour de plusieurs espèces :

Dscf1933b

– Le vautour fauve (Gyps fulvus) : reconnaissable à son long cou garni d’un duvet blanc et ras, qui émerge d’une collerette de plumes blanches. Il niche en colonies, dans les falaises, et en particulier les gorges des grands Causses.

– Le vautour moine (Aegypius monachus) a une envergure impressionnante (entre 2m65 et 2m85), mais est plus léger. Il niche à la cime des arbres, entre 3 et 20m du sol. Il est moins sociable que le vautour fauve.

– Le vautour percnoptère (Nephron percnopterus) est de plus petite taille et reconnaissable à la peau jaune de sa face. Il passe l’hiver en Afrique subtropicale et dans le Sahel et se reproduit dans les zones montagneuses d’Europe.

Dscf1932b
Le poids moyen d’un vautour fauve est de 8 kilos et son envergure maximale de 2,65 mètres. Il vit de 25 à 35 ans (en captivité, jusqu’à 40 ans). Sa longueur varie de 95 à 110 cm. Ah quand même ! (Merci Wikipédia).

Voilà qui me donne très envie d’aller visiter La Maison des vautours (Ecomusée du Causses et des gorges) 😉

 

Pour voir de très belles photos de vautours, vous pouvez regarder sur le site du parc des Cévennes, en cliquant là.

anti

Photos anti, sauf pour la dernière Alain Lagrave.

2 Replies to “Un détour chez les vautours”

  1. Anna Galore

    Ah quand même, trente ans déjà qu’ils y bossent, à la réintroduction des vautours ! Quel boulot et quel résultat magnifique ! C’était vraiment extraordinaire de voir ces oiseaux immenses nous survoler et faire des cercles dans le ciel.

    Et ces gros pépères qui prenaient le frais à flanc de falaise, trop beaux !

    Quant au masque mexicain dans ce village minuscule des Cévennes, là, c’était une vraie surprise 🙂

  2. Anti Post author

    La Goupil Connexion oeuvre aussi à la protection et à la ré-intégration du vautour dans notre région :

    http://goupilconnexion.org/Les-vautours-mediterraneens

    « Pour favoriser le retour et la sauvegarde des vautours méditerranéens, Goupil Connexion collabore avec les éleveurs pour installer des placettes d’équarrissage naturel ou placette d’alimentation afin de renouer avec un recyclage biologique. Les éleveurs déposent les cadavres d’animaux d’élevage dans un enclos protégé afin que les vautours et autres oiseaux charognards puissent s’en nourrir et les dégrader. Cette action de proximité à faible coût a un impact positif double sur l’environnement : elle permet la sauvegarde des vautours et limite les pollutions dues aux transports d’animaux morts vers les équarrisseurs industriels et aux poussières produites par l’incinération. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.