Manifestation anti-corrida 11 février 2012

manifestationanticorrid.jpg

« Une tradition qui n’est que souffrance et mort infligées à un être sensible ne peut perdurer »

Aujourd’hui à 15 h, devant l’assemblée nationale, c’est 180 organisations manifesteront de devant l’Assemblée Nationale vers le Trocadero pour l’abolition de la corrida.

A cette occasion, le HavardPost propose une rencontre avec Luce Lapin, porte-parole nationale du CRAC Europe (Comité Radicalement Anti Corrida).

1143564981.4245png
Photo D.R. Michel Pourny

Quel est le but de cette manifestation ?

Notre objectif est de demander le retrait de l’inscription de la corrida du patrimoine culturel français, que les responsables du lynchage des anticorrida qui manifestaient pacifiquement à Rodilhan le 8 octobre 2011 soient jugés et punis à la mesure de la violence dont ils ont fait preuve. Nous souhaitons également obtenir des candidats à la présidentielle que figure l’abolition de la corrida dans leur programme.

Pourquoi demandez-vous l’interdiction de la corrida ?

Il est insoutenable et inacceptable qu’au XXIe siècle la torture et la mise à mort d’un animal, en l’occurrence celle de six bovins par corrida, soient érigées en « spectacle », avec un public sanguinaire qui paie pour assister à ces exécutions.

Combien de corridas sont organisées en France ?

Officiellement, sans parler des entrainements, où des taureaux sont également sacrifiés, un peu moins de 150 par an.

La corrida draine-t-elle beaucoup d’argent ?

Elle draine l’argent… des contribuables, puisqu’elle n’existe que grâce aux subventions, municipales ou territoriales. Elle ne génère aucune économie intrinsèque. D’une façon générale, les corridas sont déficitaires. Un bon exemple : à Bayonne, un déficit de 400.000 euros pour la saison dernière.

Comprenez-vous ceux qui affirment que la corrida est une tradition et ne doit donc pas être supprimée ?

Une tradition qui n’est que souffrance et mort infligées à un être sensible ne peut en aucun cas perdurer comme étant digne de ce nom. Quand une tradition fait appel à des pulsions cruelles et morbides de la part des humains, une seule chose à faire : la supprimer.

De nombreux aficionados affirment que le taureau ne souffre pas. Qu’avez-vous à leur répondre ?

José Enrique Zaldivar, du collectif des vétérinaires opposés à la corrida, est intervenu le 4 mars 2010 au Parlement catalan espagnol. Son exposé démontre de façon incontestable que, du fait des lésions anatomiques, des altérations métaboliques et neuro-endocriniennes, la souffrance du taureau durant la corrida ne peut en aucune façon être remise en cause.

La tauromachie a été récemment inscrite au patrimoine immatériel français. Le combat ne se situe-t-il pas désormais avant tout au niveau européen ?

L’inscription n’a rien à voir avec l’Europe, mais avec le patrimoine mondial de l’Unesco, qui est l’objectif affiché des aficionados. Le 5 décembre 2011, le tribunal administratif de Paris a jugé le « caractère sérieux », donc recevable, de la QPC, question prioritaire de constitutionnalité, posée par le CRAC Europe et Droits des animaux dans la procédure qui les oppose au ministère de la Culture, et l’a renvoyée au Conseil d’État. Quand ce dernier aura rendu sa décision, le tribunal administratif se prononcera sur d’autres questions, notamment le détournement de pouvoir, le classement ayant été opéré par Philippe Belaval, directeur général du patrimoine au ministère de la Culture et de la Communication, mais aussi aficionado notoire, impliqué dans plusieurs associations de promotion de la corrida. Sur l’Europe, notre association s’intitule CRAC Europe, Comité Radicalement Anti Corrida Europe pour la protection de l’enfance, c’est-à-dire contre les écoles taurines, dans lesquelles on apprend à des enfants à tuer des veaux pour « s’exercer ». Nous avons des contacts réguliers avec les abolitionnistes espagnols et portugais, et, au-delà même de l’Europe, au niveau mondial, avec des pays d’Amérique du Sud.

Le lien Facebook de la manifestation
Le site du CRAC Europe
Lire tous nos articles consacrés à la corrida sur le blog
Savoir ce qu’est vraiment un taureau dit de combat : Fadjen

2005698433.jpg

anti

Source portrait de La Rédaction du HalvardPost

8 Replies to “Manifestation anti-corrida 11 février 2012”

  1. Anna Galore

    Nous ne pouvons pas être à Paris aujourd’hui mais serons de tout cœur aux côtés des manifestants contre l’abomination de la corrida.

    Vivement que cette horreur disparaisse à jamais !

  2. Sylvia R.

    Bravo et merci à tous ceux qui ont fait le déplacement à Paris.

    Mais comment peut on aimer la corrida avec mise à mort ???? Comment est ce possible de manquer de sensibilité à ce point ?

    Fadjen est carrément classe, ça réconforte de savoir que celui là ils ne l’auront pas !

  3. anti

    Grosse et belle émotion en lisant ceci :

    Succès confirmé pour la plus grande manifestation anticorrida jamais organisée.

    4000 personnes rassemblées le 11 février 2012 à Paris malgré le froid pour interpeler les candidats à l’élection présidentielle et leur dire « CORRIDA BASTA! »

    Un cortège haut en couleur pour dénoncer la violence de la tauromachie.

    Parti de l’Assemblée Nationale, le cortège s’étendait sur plus de 500 mètres, scandant les slogans aux passants et médias venus couvrir l’événement. Certains manifestants étaient déguisés en députés : ceux qui prônent la cruauté, revêtus de collants roses comme les aiment les tauréreaux (toréros), brandissaient des images de taureaux mutilés. D’autres, figurant les 111 députés abolitionnistes, avaient l’honneur de présenter les images de taureaux heureux dans leurs champs.

    Jusqu’au Trocadéro, la démonstration de force n’a pas faibli, atteignant une intensité particulière devant le QG de François Hollande, candidat à la position mollassonne vis à vis de la cruauté tauromachique et qui s’est entouré de personnages particulièrement favorables à la cruauté des arènes (Valls, Viard…).

    A ce jour, un seul parti s’est clairement positionné favorablement pour l’abolition. Son candidat était d’ailleurs présent dans le cortège et s’est exprimé sur le podium.

    Une fin en apothéose est venue conclure cette manifestation avec la formation de CORRIDA ABOLITION en lettres lumineuses devant la tour Eiffel.

    Un grand bravo aux organisateurs. Désormais aucun candidat ne pourra dire qu’il ne savait pas. Et tant pis pour ceux qui n’auraient pas pris la mesure du mouvement abolitionniste.

    2012, les taureaux ont choisi leur(s) candidat(s) !

  4. Terrevive

    Belle manifestation ! belle mobilisation !

    Que les taureaux vivent en paix !

    « A ce jour, un seul parti s’est clairement positionné favorablement pour l’abolition. Son candidat était d’ailleurs présent dans le cortège et s’est exprimé sur le podium. »
    C’est qui ?

  5. Terrevive

    J’ai la réponse dans ta note du 15 octobre 2011 :

    « Seuls les mouvements écologistes, dont Europe Écologie Les Verts, ont une position clairement anti-corrida déclarée. « 

  6. sylvana

    Ce qui est très énervant, c’est que les médias dans leur grande majorité, ont fait une rétention d’information. Ce qui fait dire des journaux pro-taurins (Corrida si) que la manifestation que l’on prévoyait grandiose a été un vrai flop, avec 400 personnes, ce qui est archi-faux, la vidéo (version longue le prouve). Comment peut-on mentir à ce point là ? Heureusement qu’internet existe ce qui permet de rétablir un peu l’équilibre. Je suis déçue de cette profession de journaliste qui manque d’objectivité. Lorsqu’ qu’ils ont décidé d’inscrire la corrida à l’inventaire du patrimoine de l’Unesco, cela a fait la une de tous les médias. Là 5000 à 7000 personnes défilent contre l’inscription de cet IGNOMINIE et les médias se taisent à l’unisson. C’est à nous à diffuser l’info à leur place. L’association (A.E.I) de Jean -Marc Governatori est le seul mouvement vert à s’être proclamé clairement contre la corrida, avec Corinne Lepage.

  7. anti

    Rien à ajouter. Cela ne prouve qu’une chose : notre poids. Il n’y a que ce que l’on craint que l’on veut réduire au silence. Vive internet !

    Par ailleurs, la mairie de Nîmes freine des quatre fers pour ce qui est de la manifestation du 24 mars, les associations son toujours en attente d’autorisation. Cela étant, je pense qu’il y aura là aussi un paquet de monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.