Göbekli Tepe, le temple d’Eden

Gobekli_Tepe.jpgAujourd’hui, je vous emmène au Paradis. Plus précisément au jardin d’Eden et plus précisément encore au temple qui trônait en son centre. Car, comme tous les mythes, celui de la Genèse s’appuie sur des faits réels.

Au début des années 60, en Anatolie au sud de la Turquie, une équipe d’archéologues remarqua des collines recouvertes de milliers de silex cassés, signe certain d’activité humaine. Mais faute de temps et de moyens, aucune fouille n’eut lieu et les collines retombèrent dans l’oubli.

Il fallut attendre 1994 pour qu’un berger kurde remarque des pierres aux formes étranges dépassant du sol poussiéreux, dont une longue de plusieurs mètres. L’information parvient aux oreilles des responsables du musée de la ville la plus proche, qui contactent le ministère qui en parle à l’Institut archéologique allemand à Istanbul. Cette fois, une expédition est montée, sous la direction de Klaus Schmidt, qui arrive avec son équipe sur le site de Göbekli Tepe, « la colline au nombril ».

« Aussitôt que je suis arrivé là et que j’ai vu les pierres, j’ai su que si je ne repartais pas tout de suite, je resterais là jusqu’à la fin de ma vie. » Quinze ans plus tard, il y est encore.

Le site est constitué de cercles de pierre taillée. Celles aperçues par le berger étaient en fait posées au sommet de mégalithes en forme de T de plusieurs mètres de haut. La plupart d’entre eux sont décorés de bas-reliefs représentant surtout des animaux. Des examens géomagnétiques montrent qu’il doit en exister près de 300 encore enfouis, en plus des 45 désormais dégagés des sables.

gobeklitepe_nov08_631.jpg

Là où tout, absolument tout, devient extraordinaire et unique, c’est lorsqu’on rentre dans les détails.

Les pierres ont été érigées il y a 12 000 ans, ce qui en fait le plus vieux site au monde jamais construit par l’Homme. Il date d’avant la poterie, d’avant l’écriture, d’avant l’agriculture et bouleverse tout ce qu’on savait jusque-là puisque à cette époque reculée, on pensait la Terre encore peuplée d’hommes des cavernes incapables de bâtir quoi que ce soit. A titre de comparaison, Stonehenge est âgé de 5000 ans et les pyramides de Gizeh ont 4500 ans.

GobeklitepeHeykel.jpgComment des hommes préhistoriques ont-ils pu concevoir quelque chose d’aussi sophistiqué et gigantesque que Göbekli Tepe ? Klaus Schmidt pense que, pour une raison encore inconnue, des bandes de chasseurs ont pris l’habitude de se rassembler là pendant des décennies, vivant sous des tentes en peau de bête et chassant le gibier local pour se nourrir. On a en effet retrouvé de nombreuses pointes de flèches sur le site.

Mais que des chasseurs-cueilleurs de la fin de l’Âge de Glace aient pu ériger un tel ensemble mégalithique a changé toute la vision de l’histoire de l’humanité qu’avaient les archéologues. Et pour commencer, l’hypothèse que l’agriculture aurait précédé toute érection de constructions importantes a volé en éclats. Göbekli Tepe montre en effet le contraire. A une époque pré-agricole, l’humanité a su créer un lieu de culte à l’architecture imposante.

Après quinze ans passés sur place, Klaus Schmidt va beaucoup plus loin. Pour lui, cela ne fait aucun doute : c’est Göbekli Tepe qui a inspiré le mythe du Jardin d’Eden. Plus précisément, les vestiges retrouvés sont, en quelque sorte, le temple d’Eden.

La Genèse, relue à travers ses yeux d’historien, raconte leur histoire sous une forme allégorique.

Au commencement, les chasseurs-cueilleurs vivaient dans l’innocence et une certaine opulence, se nourrissant de fruits cueillis dans les arbres et de poissons attrapés dans les rivières et consacrant le reste de leur temps aux plaisirs de la vie.

Ils suivaient probablement des rituels chamaniques et décidèrent d’ériger un temple pour les célébrer. Cela leur prit plusieurs dizaines, voire centaines d’années. Par la force des choses, ils s’étaient sédentarisés. Leur population croissant sur un terrain de chasse qui devenait trop petit pour satisfaire à leurs besoins, la facilité de la cueillette et de la chasse fut remplacée par la pénibilité de l’agriculture, avec ses contraintes quotidiennes incessantes. Pour la première fois, ils devaient travailler. C’en était fini du paradis.

Ils cultivèrent l’engrain, une forme ancienne du blé, qui poussait librement autour d’eux dans cette région alors très fertile et qui est devenue la première céréale exploitée par l’humanité. Leur nourriture devenant moins riche en protéines, les hommes devinrent plus faibles, moins résistants qu’ils ne l’étaient auparavant.

gobleki 1.jpgMais alors, pourquoi l’agriculture a-t-elle fini par s’imposer, si elle avait des effets immédiats si négatifs ? Parce qu’elle représentait l’unique possibilité de survie pour mener à son terme la construction du temple. L’organisation sociale nécessaire à la création des bâtiments a imposé une exploitation organisée du blé.

C’est leur foi qui a conduit les chasseurs-cueilleurs à devenir des éleveurs-cultivateurs. C’est leur religion qui a donné naissance à l’agriculture. Et ce qui confirme la vision de Schmidt, c’est que l’agriculture est effectivement apparue il y a 10 000 ans en Anatolie. Faire le lien avec le temple monumental lui parait donc sensé.

Un faisceau de faits convergents appuie l’hypothèse de Schmidt que Göbleki Tepe est bien le lieu qui a inspiré les auteurs de la Genèse.

– La Bible précise qu’Eden était « à l’orient d’Ashour » (à l’ouest de l’Assyrie), c’est le cas de Göbleki.
– Eden était entouré de quatre fleuves : le Tigre, l’Euphrate, le Pishôn et le Guihôn. Göbleki se situe entre le Tigre et l’Euphrate et des vues satellites ont révélé les traces de deux autres lits de rivières disparues.
– Un autre livre de l’Ancien Testament parle des « fils d’Eden qui étaient en Thelasar », une ville syrienne proche de Göbleki Tepe.
– Des textes assyriens très anciens font mention de « Beth Eden » (la maison d’Eden). Ce lieu est à quelques dizaines de kilomètres au nord de Göbleki Tepe.
– Le mot « eden » signifie « steppe », le type de végétation qui entoure Göbleki Tepe.

Göbekli Tepe semble donc bien être le temple au coeur de l’Eden, bâti par nos ancêtres qui vivaient un âge d’or lorsqu’ils se contentaient de tendre le bras pour cueillir des fruits ou pécher des poissons, ce qui leur laissait amplement le temps de développer l’art, l’architecture et des rituels complexes, avant de passer par nécessité à l’agriculture qui ruina à jamais leur vie paradisiaque.

« Et l’Éternel Dieu le chassa du jardin d’Éden, pour qu’il cultivât la terre, d’où il avait été pris. »

gobekli_tepe-596x360.jpgRappelons aussi que la fonte massive des glaciers de la dernière ère glaciaire s’est produite il y a environ dix mille ans et a provoqué une montée des eaux de 140 mètres, ce qui a donné lieu au mythe du Déluge – commun aux Mésopotamiens et à la Bible – en transformant un lac au nord de la Turquie en l’actuelle mer Noire, pas très loin du mont Ararat.

Oui, tout dans cette région semble avoir été le théâtre des premiers versets de la Bible.

Et l’histoire va encore plus loin. Göbekli Tepe ne raconte pas seulement la sédentarisation, l’invention du travail et celle de l’agriculture, mais aussi la première catastrophe écologique causée par l’homme de l’histoire. Pour cultiver le plus possible de terres, les gens qui vivaient là détruisirent les forêts, trop et trop vite. Cela entraîna en quelques siècles un changement climatique et un appauvrissement des sols qui mena à la désertification de toute la région.

Il y a 8000 ans, tout le site fut recouvert de sable. Pas par une catastrophe naturelle, mais par des humains, volontairement, pour le faire disparaître. Peut-être en eurent-ils honte, ou se sentirent-ils maudits des dieux pour avoir transformé à jamais cet endroit qu’on nommait le Croissant Fertile en désert stérile.

Alors que nous sommes entrés dans une nouvelle ère de turbulence écologique, les vestiges de Göbekli Tepe nous rappellent le premier Eden que nous avons détruit.

Sources : Wikipedia, Mail Online
Photos : Berthold Steinhilber (1), Wikipedia et auteurs non identifiés pour les autres

11 Replies to “Göbekli Tepe, le temple d’Eden”

  1. Netsah Post author

    Fascinant o.o On sait que toutes les religions, comme tous les mythes d’ailleurs, se basent sur des faits réels et des lieux réels, mais quand on les retrouve c’est très intéressant. C’est là qu’on comprend qu’un mythe, ou une légende, n’est pas du fantastique, mais une métaphore d’une ancienne vérité.

  2. Terrevive Post author

    Retrouver l’origine des mythes est quelque chose de passionnant.

    Göbleki Tepe est donc plus ancien que les monuments mégalithiques de Malte qui sont déjà très anciens et de Tiahuanaco ?

    Pour Tiahuanaco les controverses sont nombreuses et à l’heure actuelle on n’est pas encore arrivé à donner une date précise tellement cette cité paraît éloignée dans le temps.

    Le sphinx aussi est très ancien : d’avant les pyramides et d’avant le déluge.

    J’adore remonter le temps au travers de ces cités et lire ou voir tout ce qui tourne autour.

  3. Anna Galore Post author

    « Göbleki Tepe est donc plus ancien que les monuments mégalithiques de Malte qui sont déjà très anciens et de Tiahuanaco ? »

    Je crois qu’il nous reste encore beaucoup à découvrir, quand on voit que ce site exceptionnel a été repéré par hasard par un berger il y a à peine une quinzaine d’années.

    Il y a effectivement des indices qui montrent que les premières constructions de Tiahuanaco remonteraient elles aussi à 10 ou 12000 ans, donc contemporaines de Göbleki Tepe, une synchronicité qui est fascinante vu la distance infranchissable qui sépare ces deux lieux. Tout se passe comme si certaines évolutions de la pensée humaine (ici, le besoin d’édifier des temples) se produisent en même temps partout autour du globe.

  4. Anna Galore Post author

    Pour le Sphinx, la plupart des égyptologues le date de -2500, donc il y a 4500 ans.

    L’hypothèse selon laquelle il serait bien plus ancien que les pyramides est basée sur son orientation de 14° par rapport à l’est qui serait exactement de 0° s’il avait été édifié plusieurs milliers d’années auparavant, mais aucune datation de l’édifice proprement dit ne le confirme.

  5. anti Post author

    Quand tu m’as parlé de ce site hier soir, l’histoire ne m’était pas inconnue, et pour cause, je l’avais mentionné déjà en 2009 sur « Les Temples Mégalithiques de Malte » :

    http://www.annagaloreleblog.com/archive/2009/09/15/les-temples-megalithiques-de-malte.html

    « Le plus ancien temple de pierre jamais découvert (datation estimée entre – 11500 et -10000 avant notre ère) est te temple turc Göbekli Tepe ( « la montagne du Nombril ») situé au sud-est de l’Anatolie, région de l’actuelle Turquie, près de la frontière avec la Syrie ; avec photos, vidéo (malheureusement disparue depuis) : Gobekli Tepe . Jardin d’Eden ? et article passionnant d’imaginascience :

    http://www.imaginascience.com/actualites/accueil_actualites.php?action=fullnews&showcomments=1&id=405#haut

    Cela étant, remettre ce site au goût du jour est une excellente idée et c’est très bien fait.

    Edit : Vidéo retrouvée !!! Géniale.

    http://www.dailymotion.com/video/xdb68v_les-religions-de-la-prehistoire-1-3_webcam

  6. Terrevive Post author

    A part la position des étoiles, le sphinx présente des ondulations, des cavités naturelles et des fissures profondes verticales qui laissent penser que le calcaire a été érodé par les précipitations.
    Certains archéologues ne sont donc pas de l’avis officiel des égyptologues.

    Au niveau de la planète, avec les moyens modernes, c’est fantastique comme tout se met en action pour remonter l’histoire : fabuleux !

  7. anti Post author

    D’ailleurs, à l’époque tu avais été fascinée par cette découverte :

    « Quant à celui qui a été retrouvé en Turquie, il est tout simplement renversant – c’est incroyable de voir ces pierres énormes superbement ajustées ainsi que la précision graphique des gravures sur un édifice élevé il y a 13 000 ans, donc bien avant la date habituelle où on situe la sédentarisation de l’Homme. »

  8. Anna Galore Post author

    Oui, tout à fait ! Et hier, après avoir croisé par hasard la route d’une vidéo qui parlait des recherches autour de ce site ce qui m’a donné envie d’en faire une note, j’ai retrouvé également ta note de 2009 mais comme elle était centrée sur les mégalithes de Malte, j’ai eu envie de revenir sur Göbekli proprement dit.

    Et malgré ma fascination déjà à l’époque, j’étais loin d’avoir intégré toutes les déductions que Schmidt a tirées de ses recherches et du lien avec le Jardin d’Eden. L’article d’Imaginascience, passionnant en effet, est une traduction de l’article original en anglais de Tom Knox sur Mail Online que je mets en lien à la fin de ma note.

    Knox est un auteur de thrillers basés sur des faits ou des mythes anciens (tiens, tiens, ça me rappelle quelqu’un !) et en 2008 ou 2009, il est allé rencontrer Klaus Schmidt sur le site. Il en a tiré un livre, The Genesis Secret (Le secret de la Genèse).

  9. Anna Galore Post author

    Pour le Sphinx, oui, j’ai lu aussi ce que les archéologues ont observé sur l’érosion des pierres et le lien qu’ils ont fait avec une période pluvieuse qui aurait eu lieu en -4000 mais des climatologues disent qu’elle aurait pu se terminer en -2500, ce qui laisserait au Sphinx un âge comparable à celui des pyramides, même si légèrement antérieur.

    Cela étant, entièrement d’accord avec ta conclusion :

    « avec les moyens modernes, c’est fantastique comme tout se met en action pour remonter l’histoire : fabuleux ! »

  10. valentine Post author

    « Alors que nous sommes entrés dans une nouvelle ère de turbulence écologique, les vestiges de Göbekli Tepe nous rappellent le premier Eden que nous avons détruit »

    Pas difficile d’imaginer la suite……….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.