Non à EDVIGE

Je viens de lire une synthèse plus qu’intéressante concernant le fichier EDVIGE sur le blog de Catherine qui était passée ici relayer le message de « Matin Brun ».

A lire absolument : EDVIGE non merci

276854294.jpg

Pour obtenir l’abandon du fichier EDVIGE instituant le fichage systématique et généralisé, dès l’âge de 13 ans, par la police des délinquants hypothétiques et des militants syndicaux, politiques, associatifs et religieux : NON À EDVIGE

Et aussi, un article sur Cristina paru dans Marianna.

Au moment même où je rédige cette note, j’apprends que Alliot-Marie est priée par Fillon de revoir de fond en comble le fichier Edvige, en commençant par saisir la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) sur ce nouveau décret. C’est quand même dingue cette histoire ! En gros, toute personne présumée à risque devait être fichée, c’est-à-dire au fond, tout le monde. Ca fait froid dans le dos.

À suivre tout de même. Vigilance et Persévérance.

« Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent », George Orwell.

anti

37 Replies to “Non à EDVIGE”

  1. Anna Galore

    Le vrai visage d’une certaine droite… Après le coup du fichage ADN, ils ont simplement essayé d’aller un cran plus loin en plein milieu des vacances d’été. Heureusement qu’il y a eu les états d’âme publics d’Hervé Morin début septembre, vite repris par d’autres politiques très visibles y compris dans les rangs de la droite.

    La phrase d’Orwell est redoutablement vraie.

  2. sampang

    ah bah je me demandais quand le sujet arriverait jusqu ici… parce que la pétition… y’a au moins une bonne semaine qu elle est signée par chez nous 😉

  3. Anna Galore

    C’est vrai qu’il y a plein d’autres sujets de ce genre que nous ne reprenons pas forcément sur le blog, on ne peut pas parler de tout, heinG 🙂

  4. Catherine

    Merci pour le lien ! Je me dis qu’écrire cet article n’était peut etre pas si inutile finalement ! Merci du relai !

    Jacques Attali a écrit : « la meilleure façon de tuer une démocratie est de lui permettre de mettre en place les outils dont un totalitarisme pourra se servir pour se débarrasser d’elle. » Voilà ma crainte !

    Pétition signée pour moi aussi ! Tant pis, je serais peut etre fichée…

  5. anti

    Bien sûr que c’était utile de l’écrire !!! Catherine, il faut absolument que tu vois, si ça n’est déjà fait, le film de Franck Capra : « La vie est belle ». Anna et moi l’avons revu hier soir et c’était absolument formidable de voir combien la vie de chacun est primordiale pour toutes les autres. J’ajouterai l’avis aussi.

    Tu peux le trouver facilement en DVD.

    La citation de Attali est géniale.

    anti

  6. Adele Riner

    Eh Eh… Moi aussi je suis doublement fichée, j’ai déjà signé la pétition, et rejoint le groupe sur Facebook…

  7. anti

    Si tu es anglophone, tu peux aussi le voir sur Google Vidéo :

    video.google.fr/videosearch?q=travers%C3%A9e%20bac&ie=UTF-8&oe=utf-8&client=firefox-a&rls=org.mozilla:fr:official&um=1&sa=N&tab=wv#q=Capra%20it’s%20a%20wonderful%20life&emb=0

    anti, avec plaisir (j’fais gaffe, y’a Sampang dans les parages alors…)

  8. sampang

    Mdrrrrrrrrrr

    pendant les vacances avec mon petit fils on a appris à dire  » avec plaisir et pourquoi on le disait « … L_arbre lui demande de ranger ses voitures et quand il a terminé lui dit « merci de l avoir fait » et moi je regarde mon ptit gars à mon tour… il me fixe, fait la moue et me répond « bah là… pas avec plaisir mamie ! »

  9. Anna Galore

    Moi, les RG (et leurs successeurs) ont ma fiche depuis la fin des années 60. J’avais appris par une copine, secrétaire dans la Police, que j’étais fichée en tant que dangereuse maoïste (je ne l’ai jamais été) et également activiste trostkiste (ben, non plus), tout ça parce que j’avais créé un éphémère journal mural anarcho-baba dans mon lycée, ce que la proviseure n’avait pas aimé du tout. A quoi ça tient, une carrière de révolutionnaire…

  10. anti

    C’est que maintenant, elle s’entraîne plus régulièrement la Anna. Forcément, ça maintient la forme.

    Bon, ben… euh ! Salut !

    anti, ggggggggggnnnnnnnnnnniiiiiiiiooooooooooonnnnnnnnnnn.

  11. anti

    Je poste ici ce petit texte reçu de la part de Bali (tu passes quand tu veux mon frère !) :

    Tant qu’on peut encore en rire….!

    Subject: Edvige

    Dans un avenir proche ?

    COMMANDER une PIZZA en 2015

    – Standardiste : ‘Speed Pizza, bonjour.’

    – Client : ‘Bonjour, je souhaite passer une commande.’

    – ‘Puis-je avoir votre NIDN, monsieur ?’

    – ‘Mon numéro d’identification national, oui, un instant, voilà, c’est le 6102049998-45-54610.’

    – ‘Merci Mr. Jacques Lavoie. Donc, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durand est le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile le 06 06 05 05 01. Mais vous appelez d’un autre numéro qui correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu’il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant AZ25/JkPp+88**

    – ‘Bon, je le fais, mais d’où sortez-vous toutes ces informations ?’

    – ‘Nous sommes branchés sur le système, Monsieur.’

    – (Soupir) ‘Ah bon ! Alors, je voudrais deux pizzas mexicaines…’

    – ‘Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur.’

    – ‘Comment ça ?’

    – ‘Votre contrat d’assurance maladie vous interdit un choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d’hypertension et d’un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue, la société qui l’assure risque d’appliquer une surprime.’

    – ‘Aïe ! Qu’est-ce que vous me proposez alors ?’

    – ‘Vous pouvez essayer notre pizza allégée au yaourt de soja. Je suis sûre que vous l’adorerez.’

    – ‘Qu’est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?’

    – ‘Vous avez consulté les « Recettes gourmandes au soja » à la bibliothèque de votre comité d’ entreprise la semaine dernière, Monsieur. Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le net, en utilisant le moteur http://www.moogle.fr avec comme mots clés « soja » et « alimentation ». D’où ma suggestion.’

    – ‘Bon d’accord. Donnez-m-en deux, format familial.’

    – ‘Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex LP et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprozac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient selon la législation 150mg de Phénylseptine par 100g de pate, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes 37 secondes. La législation nous interdit donc de vous livrer, sauf autorisation émise par notre service conseil-juridique. Par contre nous avons l ‘agrément pour vous livrer immédiatement le modèle mini.’

    – ‘Bon, va pour le modèle mini. Je vous donne mon numéro de carte de crédit.’

    – ‘Je suis désolée, Monsieur, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C’est ce qu’indique le credicard-satellis-tracer’

    – ‘J’irai chercher du liquide au distributeur avant que le livreur n’arrive.’

    – ‘Ca ne marchera pas non plus, Monsieur, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire.’

    – ‘Ce n’est pas vos oignons. Contentez-vous de m’envoyer les pizzas. J’aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?’

    – ‘Compte tenu des délais liés aux contrôles de qualité, elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique.’

    – ‘Comment diable pouvez-vous savoir que j’ai un scooter?’

    – ‘Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l’avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu’il a passé le contrôle technique hier et qu’il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs j’attire votre attention sur les risques liés à votre taux d’alcoolémie. Vous avez, en effet réglé trois cocktails « afroblack » au Tropical Bar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n’êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat.’

    – ‘ @#%/$@&µ£¤?#!’

    – ‘Je vous conseille de rester poli, Monsieur. Je vous informe que notre standard est doté d’un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d’insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2006 pour outrage à agent.’

    – (Sans voix)

    – ‘Autre chose, Monsieur ?’

    – ‘Non, rien. Ah si, n’oubliez pas les deux litres de Coca gratuit avec les pizzas, conformément à votre pub.’

    – ‘Je suis désolée, Monsieur, mais une clause d’exclusion de notre publicité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Mais à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat Juris-Help, le contrat de protection et d’assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. Vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2003 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l’achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d’une boîte de 15 préservatifs et d’un flacon de lubrifiant à usage intime, cela pourrait vous être utile. D’ailleurs, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 euros de réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez notre filiale, Speed Pharma.

    Merci d’avoir fait appel à Speed Pizza.’

    anti

  12. Anna Galore

    En fait, je l’ai déjà posté dans la section Humour (Blog à blagues) il y a une semaine.

    Je viens de te le copier-coller par dessus la version envoyée par Bali.

    🙂

  13. sampang

    je suis pliée… qu est-ce que ça va donner quand ils vont s apercevoir qu il y a plein de flics qui ont signé la pétition ?!
    y’en a qui vont en avoir plein leur grade … 😉

  14. anti

    C’est chouette d’ailleurs cet élan de la part des policiers dont tu parles. Si ça pouvait faire réfléchir en haut lieu, ce serait parfait.

    anti

  15. anti

    « Merci du tuyau, je corrigerai. »

    Forcément, si tu corriges et le truc et ton commentaire après coup, le mien qui suit ne veut plus rien dire. Mais bon, au final, on s’en fout.

    anti

  16. Anna Galore

    Oui, sorry angel sorrry so, c’est parce que je n’ai pas pensé immédiatement à faire le copier-coller (pour t’éviter de le faire). Mais comme tu dis, au final, peu importe 🙂

  17. Anna Galore

    Le fichier Edvige change de nom et de formule
    ZDNet.fr | 24.09.2008

    Le gouvernement tente de regagner la confiance des Français concernant son projet Edvige, en lui attribuant une nouvelle dénomination. Il faudra désormais l’appeler EDVIRSP, pour « Exploitation documentaire et valorisation de l’information relative à la sécurité publique ». Auparavant, le signe signifiait : « Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale ». Le gouvernement intègre donc désormais la notion de « sécurité publique ».

    L’un des problèmes soulevés par la première version du projet était justement le fichage des citoyens « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui jouent un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». Sans rapport donc avec la sécurité publique. A présent, le texte limite le fichage aux personnes dont « l’activité individuelle ou collective indique qu’elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique ».

    Avec EDVIRSP, le gouvernement assure également que « l’orientation sexuelle supposée » ou « l’état de santé » ne figureront pas dans les annotions des renseignements généraux. Enfin, le fichage des mineurs à partir de 13 ans est maintenu, mais les données devront être effacées au-delà du dix-huitième anniversaire. Sauf si un élément nouveau devait apparaître entre 16 et 18 ans, auquel cas les éléments seraient conservés jusqu’à 21 ans. Pour les majeurs, les données collectées seront conservées cinq ans maximum.

    Une première copie du nouveau texte du projet a été transmise à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), pour qu’elle donne son avis.

  18. anti

    C’est chouette ces infos qui arrivent, qui circulent, qui… trop cool 😉

    Meric Catherine. Je vais lire ça avec attention.

    anti

  19. Anna Galore

    Quand la police veut ficher les fonctionnaires non chrétiens

    Source: Libération, 12h20.

    L’enquête hiérarchique demandée mercredi par Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, pour comprendre comment la police du Rhône a pu demander au conseil régional Rhône-Alpes des renseignement sur ses « agents de confession autre que chrétienne », devrait donner des premiers résultats dans la journée. Selon nos information, l’expéditeur du mail, serait immédiatement sanctionné. La requête était tellement ahurissante que la collectivité avait d’abord cru à une blague. Elle a vérifié. C’était malheureusement vrai. Pierre B., de la sous-direction de l’information générale (Sdig), créée en remplacement des renseignements généraux et de la DST, avait envoyé cette question, que Michèle Alliot-Marie a qualifié d’« inadmissible » et « totalement déplacée »…

    La direction des ressources humaines du conseil régional a reçu le 16 septembre par mail cette question émanant de la police du Rhône. « Auriez-vous l’amabilité de m’indiquer si parmi votre personnel, vous avez des agents de confession autre que chrétienne. Dans l’affirmative pouvez vous me dire si certains d’entre eux ont demandé des aménagements d’horaires ou de service pour pratiquer leur religion. »

    Les services de la région, « abasourdis », ont pris attache avec la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône, pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un canular. Mais non. « C’était bien une demande officielle ! », indique la région. La Sdig a prétexté une étude faite à la demande de l’Association des maires de France. Prétexte troublant car les services de police n’ont pas spécialement vocation à travailler pour une association, et celle-ci dément par ailleurs.

    Selon la région Rhône-Alpes, d’autres collectivités auraient été sondées. Pour Jean-Jack Queyranne, président socialiste de la région, « cette demande remet au goût du jour le fichier Edvige, dont certaines prescriptions seraient abandonnées dans le projet de décret annoncé par le gouvernement le 18 septembre dernier ».

    Dans une lettre à la ministre de l’Intérieur, il s’interroge : « Alors que le nouveau projet de décret est à l’étude, les Renseignements Généraux constituent leurs fichiers, mais sous couvert de quel texte de loi ? Par ailleurs, est-il nécessaire de rappeler que cette demande, qui stigmatise une religion par rapport à une autre, porte gravement atteinte aux principes de non-discrimination ? »

    La ministre, qui n’avait pas encore reçu sa lettre mercredi, « a immédiatement saisi le directeur général de la police nationale pour diligenter une enquête hiérarchique interne dont les résultats doivent lui parvenir dans un délai très bref qui ne doit pas dépasser vingt-quatre heures ». Son cabinet ajoute : « Il est totalement inadmissible d’adresser ainsi à une collectivité locale une question de la sorte, sur un sujet qui n’a pas sa place dans les activités d’un Service départemental d’information générale ».

    Michèle Alliot-Marie, qui a découvert l’affaire dans une dépêche de l’AFP reprenant le communiqué de presse du conseil régional, ajoute qu’elle « ne manquera pas de tirer toutes les conséquences qui s’imposeraient au vu des résultats de l’enquête hiérarchique interne, d’ici à vingt-quatre heures au plus tard ».

    Olivier BERTRAND

  20. anti

    Quand je lis ça, je me demande qu’est-ce qui a motivé une telle demande ? C’est dingue ? Ca voulait servir à quoi ces infos. Brrrr ! On dirait Vichy… Z’auriez pas des juifs, des homos, des tsiganes, des… etc.

    anti

  21. Catherine

    J’ai mal au ventre de lire ça ! C’est vraiment inquiètant ! Et je ne peux m’empêcher de penser que cette enquête n’est qu’un paravent ! Dommage pour celui qui a fait le premier écrit… Il risque de prendre en lieu et place des vrais responsables… Mais j’imagine que ceci est une autre histoire !

  22. Anna Galore

    Ca me fait penser à un coup de sonde pour voir.

    Queyranne a été interviewé sur France-Info (ça va sûrement repasser en boucle toute la journée). Il disait qu’il avait été lui-même ministre de l’Interieur et qu’il ne pouvait pas imaginer qu’un fonctionnaire de police agisse de son propre chef sans avoir d’instructions précises de sa hiérarchie.

  23. sampang

    il a l imagination peu débordante alors 😉
    qui qu il soit… instructions ou non de sa hierarchie… il n est pas tenu d obeir à de tels ordres ! ça dépasse le cadre de sa fonction et surtout de son obeissance face à de tels demandes… ça n a pu être fait que de façon individuelle…

     » Dommage pour celui qui a fait le premier écrit… Il risque de prendre en lieu et place des vrais responsables…  » il est aussi responsable que n importe qui d autre… qu il le suggère ou le fasse… si cela est fait dans un soucis de délation

    Oui, au risque de choquer de par l emploi qu ils occupent, il y a des fonctionnaires de Police racistes. Pas pire qu un contrôleur de train qui l était et qui sous prétexte que la borne Socrate ne fonctionnait pas m a regardée droit dans les yeux en me disant  » moi ici vous ne monterez pas ! et m a refusée l accès au train… à 23h30. Pas plus q un obstétricien arabe et raciste qui te laisse pourrir après un accouchement et qui quand tu reviens le voir après avoir eu une ablation d une trompe te regarde et te dit en rigolant  » mais vous avez de la chance… vous avez eu deux enfants, la moyenne nationale est de 1,8 ! »
    On focalise sur une profession en particulier c est tout, non des moindres certes, mais le racisme peut avoir des dizaines d autres professions.

    Anti… la France a voté… et ce qui a fait élire notre Président actuel tient au fait qu il voulait renvoyer les étrangers chez eux ! au nom de la sécurité … bah ce qui suit serait cohérent !

    « Auriez-vous l’amabilité de m’indiquer si parmi votre personnel, vous avez des agents de confession autre que chrétienne. Dans l’affirmative pouvez vous me dire si certains d’entre eux ont demandé des aménagements d’horaires ou de service pour pratiquer leur religion. »
    On peut le prendre de la façon qui nous convient le mieux, c est à dire : crier au scandale parce que acte raciste; ou alors ( mais on oubliera cette note parce que c est arrangeant peut -être…) faire cette demande comme moi même j aurai pu la faire par rapport aux équipes que je gérais parce que quelqu un qui ne mange pas, tu lui évites des taches trop lourdes ou pénibles dans la durée, c est tout. Sans aucune autre arrière pensée…

  24. anti

    Pour le coup du vote, ça, c’est clair. Quand on est pas responsable de ses actes ou non acte, c’est pas la peine de venir pigner.

    Pour la conclusion, ce serait trop bien mais j’ai du mal a y croire j’avoue. Remarque, il pourra toujours utiliser cet argument à son conseil de discipline. T’es un ange toi 😉

    anti

  25. Catherine

    C’est vrai ! On n’est pas obligé d’obéir à sa hiérarchie quand les demandes vont contre ses propres convictions…

    Et oui aussi, la demande peut très bien passer pour nécessaire pour voir des aménagements de postes… Des services de renseignements, je doute, mais… pourquoi pas !

    Je suis sans doute encore trop naive..

  26. Anna Galore

    La nouvelle mouture du décret sur le fichier Edvige exclut le recueil de données concernant la santé ou la vie sexuelle et maintient le fichage des mineurs dès 13 ans avec un « droit à l’oubli » non automatique à leur majorité, selon le texte dont l’AFP a eu copie samedi.

    Comme l’avait annoncé le gouvernement jeudi, ce projet de décret est également expurgé de son passage sur le fichage des personnalités qui exercent un mandat ou jouent un rôle institutionnel, économique, social ou religieux « significatif ».

    Le texte a été déposé vendredi soir à la Commission nationale informatique et liberté (Cnil) qui devrait faire ses remarques d’ici un mois.

    Avant sa publication, le nouveau décret devra encore être examiné pour avis par le Conseil d’Etat, ce qui pourrait ne prendre que quelques jours si le gouvernement le demande.

    La nouvelle mouture, qui contient 12 articles, limite comme prévu la possibilité de fichage aux personnes « dont l’activité individuelle ou collective indique qu’elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique ».

    Egalement concernées, les personnes faisant l’objet d’enquêtes administratives pour déterminer si leur comportement est compatible avec l’exercice de certaines fonctions ou missions prévues par l’article 17-1 de la loi du 21 janvier 1995: il s’agit par exemple d’emplois liés à la sécurité, à la défense ou à la réglementation des jeux, paris et courses.

    Dans ces cas, « ces données peuvent être conservées pour une durée maximale de cinq ans à compter de leur enregistrement ou de la cessation des fonctions ou des missions au titre desquelles l’enquête a été menée ».

    Pour les mineurs de 13 ans et plus, les données « ne peuvent être conservées au-delà du dix-huitième anniversaire », sauf si le mineur fait l’objet d’un nouvel enregistrement entre 16 et 18 ans. Dans ce cas, les données pourront être conservées jusqu’à ses 21 ans.

    Si les informations ayant trait à la santé ou la vie sexuelle des personnes sont exclues, le fichier pourra contenir les données « à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes ».

    Enfin, le nouveau texte parle d' »exploitation documentaire » et de « valorisation de l’information relative à la sécurité publique » et non plus d' »exploitation documentaire et valorisation de l’information générale », d’où était issu l’acronyme Edvige.

    Martin Bureau

    © 2008 AFP

  27. Anna Galore

    (Libération, 17 octobre)

    Le collectif Non à Edvige ! n’en démord pas. Selon ses représentants, le successeur d’Edvige, Edvirsp (Exploitation documentaire et valorisation de l’information relative à la sécurité publique) ne serait jamais que la nouvelle version édulcorée d’un même fichier. Une soixantaine de manifestations se sont tenues, hier, jour de la sainte Edwige, partout en France, la majorité devant des préfectures pour déposer une fausse fiche Edvirsp.

    Où en est-on avec ces fichiers ?
    Le projet de décret qui doit instituer Edvirsp est en cours d’examen à la Cnil, la Commission nationale de l’informatique et des libertés. Elle doit émettre un avis (probablement fin octobre ou début novembre) mais il n’est que consultatif. D’ores et déjà, Alex Türk, son président, s’était déclaré plutôt satisfait des changements. Le texte doit ensuite passer rapidement devant le Conseil d’Etat. Le décret devrait pouvoir être publié au Journal officiel d’ici à la fin de l’année si le gouvernement le souhaite. En réaction, le collectif «envisage» d’organiser, «début 2009, des états généraux sur les fichiers ou les libertés publiques», annonce Jean-Claude Vitran, de la Ligue des droits de l’homme (LDH).

    La députée (PS) Delphine Batho a, quant à elle, demandé une nouvelle fois, hier, la tenue d’un «débat parlementaire débouchant sur une loi» pour encadrer les fichiers de renseignements.

    Que change Edvirsp à Edvige ?
    Principale évolution, «la vie sexuelle et l’état de santé» ont été exclus du fichier, explique Philippe Castel (Fédération syndicale unitaire, FSU). C’est le point qui avait fait bondir les associations gays et lesbiennes, notamment. Par ailleurs, les demandes de consultations des fiches seront mieux encadrées. Pendant deux ans, on pourra savoir quel agent est venu consulter un dossier. Ensuite, le fichier des personnalités a disparu au profit d’un répertoire administratif tenu par les préfets de région et réduit à la portion congrue. Pour finir, un «droit à l’oubli» a été introduit pour les mineurs de 13 ans et plus. Les données seront effacées au-delà de 18 ans, sauf «si un élément nouveau» intervient dans les deux ans avant la majorité. Auquel cas, on attend 21 ans.

    Qu’est-ce qui pose toujours problème ?
    Le fichage des mineurs, précisément. C’était l’un des éléments qui avait catalysé la contestation. «On se souvient que Nicolas Sarkozy voulait ficher les enfants dès 3 ans. Qu’est-ce qui va se passer ? Dans deux ans, on fichera à 6 ans ?» s’interroge Jean-Claude Vitran (LDH). Autre intransigeance, on pourrait ficher les «origines raciales ou ethniques». Enfin, la notion de «susceptible de troubler l’ordre public» a été supprimée et remplacée par «les personnes [pouvant] porter atteinte à la sécurité intérieure». Une petite concession sémantique. D’une manière générale, à l’image de Philippe Castel (FSU), le collectif a le sentiment qu’«on prend 25 claques au lieu de 30.»

  28. catherine

    Merci pour ces infos ! Je n’étais malheureusement pas là hier pour manifester !
    Encadrer ces fichiers par une loi me parait etre une bonne idée… Protéger nos liberté…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.