La magie n'est jamais loin

PB020108.JPGHier matin, c’était décidé, on allait profiter de notre dernière demi-journée ensemble pour visiter des trucs. C’était sans compter sur cette damnée couette qui n’a pas voulu nous lâcher si facilement que ça. Pourtant, on avait réussi à descendre prendre le petit dèj à une heure presque normale (10h et quelques). Mais voilà, en remontant dans la chambre, pouf, l’hypnose couettotrope a encore frappé.

Un peu avant 13h, quand même, on a fini par s’arracher. On voulait voir l’un des immeubles conçus par Hundertwasser, génial artiste multi-talentueux du début du 20e siècle. Anti va lui consacrer un article détaillé. Pour faire simple, disons que c’est un Gaudi autrichien, né à Vienne en 1928.

On a dû marcher très vite parce qu’il fallait absolument que je sois de retour à l’hôtel pour 14h, afin d’avoir le temps de me changer et de filer à mes premiers rendez-vous de travail (ah oui, tiens, mon travail). Mais ça valait le coup de speeder un peu, c’est vraiment à voir !

PB020111.JPGPendant que je bossais, Anti est allée fureter en ville pour une très belle balade, vers un autre site créé par Hundertwasser mais aussi sur les berges du canal du Danube. Vous en aurez de larges aperçus un peu plus tard.

La soirée s’est terminée, comme la veille, dans un lieu d’exception, le palais de Hofburg. Un peu plus d’un millier de convives se répartissaient dans diverses salles d’une dépendance immense.

Ca aurait pu être une soirée sans grand intérêt, à part le plaisir de la passer ensemble. Mais la magie n’est jamais loin quand on s’attend en permanence à la recevoir. Deux hommes ont demandé s’ils pouvaient s’assoir à la petite table que nous avions réussi à nous réserver. Il ne restait plus que ces deux places, en effet, et d’autres convives arrivaient encore par dizaines sans savoir où se mettre.

PB020117.JPGPB020121.JPGNous avons commencé par échanger quelques banalités jusqu’au moment où l’un des deux hommes, un monsieur plutôt âgé au regard vif, m’a demandé si je connaissais l’origine de mon nom. Je lui ai dit que j’en connaissais plusieurs de possible mais il a enchaîné aussitôt sur celle de langue arabe, dans laquelle mon patronyme signifie la joie suprême.

A partir de là, il nous a raconté des anecdotes de sa vie, toutes plus fascinantes et drôles les unes que les autres, depuis sa naissance au Soudan dans une famille copte jusqu’à ses nombreux voyages, en particulier en Asie. Un régal… En raison de son travail, il fait plusieurs le tour du monde chaque année, toujours dans le même sens : vers l’ouest. Ayant été considéré systématiquement comme un étranger pendant son enfance, il se sent chez lui partout et s’invente une grand-mère dans chaque pays où il s’arrête, pour expliquer à ses interlocuteurs à quel point il connait leur culture. Aux Asiatiques qui en doutent, il dit sans sourciller : « Regardez mes yeux ! » Ils n’ont rien de bridés mais ça marche.

Ce matin, ça ne rigole plus. Debout à 6h30. Il neige. Premier rendez-vous à 8h30, dernier à 18h30, avec juste une heure de break vers 13h pour grignoter quelque chose. Après tout, c’est pour ça que je suis à Vienne. Ou plutôt, c’est grâce à ça.

Très belle journée à vous

9 Replies to “La magie n'est jamais loin”

  1. anti Post author

    Coucou tout le monde ! Une très belle soirée de plus hier oui, merveilleusement animée par cet invité surprise.

    « Ce matin, ça ne rigole plus »

    Tu m’étonnes !

    D’abord, je me réveille après avoir fait un horrible cauchemar. Ensuite, je me dis « Un bon café me fera du bien » et je cherche la clef de la chambre pendant un bon moment avant de conclure que Anna avait du partir avec les deux. Tant pis, je descends avec une belle envie de fumer, surtout après avoir lu un de mes mails de mon futur boulot qui va peut-être être mon ex avant de commencer si la communication est aussi mauvaise… Donc, je vais fumer dehors sous la neige qui ne tient pas, malheureusement, et je vais pour rentrer dans l’hôtel : la porte ne s’ouvre pas… Ça continue.

    Ensuite, la serveuse ne me voit à table jusqu’à ce que j’aille me planter devant elle, confuse. Après, je vais chercher une autre clef et là, c’est la porte de l’ascenseur qui reste à moitié ouverte (ou à moitié fermé, c’est selon) avec moi dedans, bien sûr ! Bon, avec ma force herculéenne, je me sauve ! Je prends un autre ascenseur et là, la clef ne marche pas. Je redescends, refais faire le codage, remonte et là, je ne suis pas au bon étage… J’arrive enfin dans ma chambre et me demande si c’est une bonne idée de sortir vu la tournure que prennent les choses ce matin… Bon, en même temps, ça me donnera des idées de notes pour plus tard !

    Annnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnaaaaaaaaaaaaaaaa ? Reviens vite ! Je fais rien que des bêtises quand t’es pas là.

    Bonne journée à tous, et à plus tard pour de nouvelles aventures !

    anti, la patata au paturel !

  2. Anna Galore Post author

    Eh ben ? Eh ben ? Anti, reste dans la chambre et ne bouge plus !!! Je viens de finir la première série de rdv, je passe à la seconde dans cinq minutes. A presque tout de suite !

    Anna, un ange gardien vous manque et tout est dépeuplé

  3. anti Post author

    Euh… Je suis sortie quand même… et… euh…

    D’abord, il neigeait toujours, il a d’ailleurs neigé toute la journée. Ensuite, j’ai croisé le corps d’un corbeau mort juste à côté de mon pied. Décapité net le bestiau. Pis après, je regardais le trottoir histoire de garder la tête un peu au sec et je vois dessiné un corps, comme dans les films après un meurtre et pis, après avoir bien profité quand même, je suis rentrée à l’hôtel où il y avait 3 voitures de police. Soit. Je monte à la chambre, le couloir était blindé de policiers avec de gentils toutous.

    Voilà. Une journée sans toi !!!

    Revieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnsssssssssssssssssssss !

    anti, ni loi.

  4. ramses Post author

    Anti, si Anna a embarqué les 2 clefs, c’est pas pour rien ! Rassure-moi, les policiers ne t’ont pas embarquée, au moins ?

    Pour en revenir à cette soirée, j’ai été aussi impressionné par les coptes égyptiens… Ils parlent 3 ou 4 langues couramment et sont très cultivés (en général, ils ont étudié en français chez les jésuites…) Revers de la médaille, ils pensent tous être sortis de la cuisse de Jupiter…

  5. anti Post author

    « Rassure-moi, les policiers ne t’ont pas embarquée, au moins ? »

    Mdrrrr Ramses ! Même pas ! Incroyable mais vrai !

    « Ils parlent 3 ou 4 langues couramment  »

    C’est marrant que tu parles de ça. Quand je repensais à cette soirée, je pensais à ça : autour de cette table, nous parlons 4 langues : français, anglais, allemand, arabe même si ce n’est pas couramment. C’est chouette.

    anti

  6. Anna Galore Post author

    Anti ? Il y a un mec baraqué qui garde le couloir près de l’ascenseur avec un talkie-walkie. Méfie-toi en allant prendre le petit-dèj.

    En fait, je pense qu’il doit y avoir une personnalité politique quelque part au même étage que nous, ça expliquerait les flics dans et autour de l’hôtel depuis hier.

    Par contre, pour le corbeau, je n’ai toujours pas de piste.

    Anna, à Vienne que pourra

  7. anti Post author

    En fait, je penche plutôt pour une équipe de foot vu les beaux garçons en culottes courtes que je viens de croiser… Je comprends mieux le coup des clefs, coquine !!!

    Allez ! Hop ! Un p’tit tour de chambre (rien à voir avec la phrase précédente ;-)) et check out ! Direction la pluie nîmoise !

    A plus tard !

    anti

  8. ramses Post author

    D’ici qu’on voie Anti dans la scène finale de « Men in Black 3 », coursée par les footballeurs en culottes courtes à travers les couloirs du palace viennois… Une réplique qui restera dans les mémoires : « You, bastard, I lost my key ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.