Réchauffement climatique, les photos cachées par Bush

Barack Obama vient de déclassifier des images satellite militaires prises au-dessus de l’Arctique depuis une dizaine d’années. Elles montrent que le réchauffement climatique n’est pas une lubie d’écolo-extrémistes mais une réalité dramatique. George W. Bush, l’un des plus farouches négationnistes de cette réalité, s’était opposé à les rendre publiques durant les huit années qu’il a passées à la Maison-Blanche.

Environ 1000 photos ont été divulguées. En voici deux particulièrement impressionnantes. Elles montrent la côte nord de l’Alaska au niveau du port de Barrow. Sur la première prise en juillet 2006, on voit la banquise proche du rivage. Sur la seconde, prise en juillet 2007, il ne reste plus une trace de glace. Et il ne s’est pas agi d’un été exceptionnel puisqu’en 2008, la situation était semblable à 2007.

Environ 1 million de kilomètres carrés de banquise ont disparu ces dernières années. Le problème est plus grave qu’il n’y parait, puisque cela induit une accumulation d’autres dangers. Les animaux qui utilisent la banquise comme terrain de chasse, comme les ours polaires, disparaissent, victimes de famine. La glace reflète les radiations du soleil et sa disparition provoque une accélération du réchauffement au niveau de la planète toute entière.

Pendant l’administration Bush, les crédits affectés à la NASA ont été systématiquement réduits pour les projets d’observation climatique. Le lancement d’un satellite en février dernier, qui avait pour mission de mesurer les émissions de CO2 partout autour de la Terre, a échoué en s’écrasant trois minutes après son décollage. Faute de budget, aucune solution de remplacement n’est prévue avant plusieurs années, malgré une injection de 170 millions de dollars par Obama – il en manque encore 390 millions pour faire quoi que ce soit d’utile en 2010. Et les satellites actuels arrivent en fin de vie. Par contre, le Japon a réussi la mise sur orbite d’un satellite analogue mais deux fois moins précis.

L’urgence est pourtant avérée. Le phénomène météorologique surnommé El Niño semble prendre cette année une ampleur exceptionnelle, qui se traduit par des vagues de chaleur, des pluis diluviennes et des inondations partout autour du monde. Les températures relevées en juin à la surface des mers et de terres sont en deuxième position des plus hautes jamais observées de l’histoire. Le record n’est pourtant pas vieux. Il date de 1998.

D’après un article paru dans The Guardian hier

9 Replies to “Réchauffement climatique, les photos cachées par Bush”

  1. ramses Post author

    Cette situation est malheureusement irréversible… Le mieux que l’on puisse faire, c’est ralentir ou peut-être stopper une disparition totale de la banquise.

  2. anti Post author

    Jean ? Bonjour. Je viens de faire un rapide tour chez vous, il y a tant à lire que je me permets de vous demander un résumé de ce que vous croyez ?

    anti

  3. J'YCroisPas Post author

    Ce n’est pas mon site. Mais voici ce que j’en retire :

    Il est probable que l’essentiel du réchauffement climatique soit lié à l’activité solaire, laquelle varie selon des cycles de 11 ans pour les plus courts, mais eux mêmes ne sont as de même intensité et varient selon des cycles beaucoup plus longs pour lesquels les données ne sont pas aussi nombreuses.

    L’atmosphère terrestre aurait connu des périodes avec une plus forte concentration en CO2 et des températures plus basses ( qu’aujourd’hui ).

    Qu’on doive réduire notre consommation d’énergies fossiles, c’est une évidence, pour économiser les réserves pour les applications pour lesquelles elles sont indispensables, pour réduire la pollution ( notamment urbaine ). Qu’on doive développer des énergies alternatives aussi ( à condition que la mise initiale ne soit pas disproportionnée au résultat, genre bio carburants qui consomment surfaces agricoles, engrais, pesticides, et un part trés importante de sa propre production. )

    Ce qui me gêne dans la phobie du CO2, c’est qu’elle sert de prétexte à tout et n’importe quoi ( les appétits des états pour une nouvelle taxe, et celle des grosses compagnies industrielles pour fourguer tout un tas de nouvelles technologies pas toujours au point, pour remplacer un parc d’équipements matures ), et qu’elle ne traite pas des pollutions peut-être plus graves ( métaux lourds, déchets nucléaires, posons divers, etc… ) qui nous menacent sans doute encore plus et à plus court terme.

    En tout cas, même avec ses défauts (il est, a mon avis, très fouillis ), le site http://www.pensee-unique.fr mérite d’être visité si le sujet vous intéresse, et que vous souhaitiez connaître un point de vue argumenté, même s’il est iconoclaste, et qu’il demande un effort intellectuel supérieur à celui demandé par les mass-médias.

  4. anti Post author

    C’est un avis. Que je ne partage pas 😉

    Un grand merci au passage à onlineradio.fr qui a repris l’article de Anna, article qui intéresse (si j’en crois Fidjit) par le monde qui arrive depuis ce matin sur ce sujet.

    anti

  5. J'YCroisPas Post author

    L’avenir nous dira qui avait raison ( si nous vivons assez vieux ). Qui croyait Galilée en 1610 ?

    Quelques liens si vous le permettez pour l’édification des foules :
    http://climate.gi.alaska.edu/history/Arctic.html
    http://bluemarbleclimate.wordpress.com/2008/07/23/barrow-alaska/
    http://adsabs.harvard.edu/abs/2005AGUFMGC13B1247K

    Au vu de ces textes et photos, je n’affirme pas qu’il y a manipulation, mais qu’elle est possible. Juste possible.

    Merci en tout cas de m’avoir permis de venir jouer le trublion sur votre blog, et d’avoir ouvert une nouvelle fenêtre sur le monde virtuel :

    Je m’en vais de ce pas consulter vos livres. C’est bien là le moins que je vous doive.

    Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.