Centrafrique, 140e pays

La République Centrafricaine, également appelée la Centrafrique, vient de devenir le 140e pays à télécharger mes livres. La ou les personnes concernées sont également venues jeter un coup d’œil sur notre blog, en faisant le 100e pays à nous visiter.

189792712.jpgIl s’agit d’un pays dans une situation difficile à plus d’un titre : une personne sur six est atteinte par le VIH-Sida, le braconnage pour l’ivoire des éléphants fait des ravages, plusieurs coups d’état et massacres ont ensanglanté la région depuis près d’un demi-siècle.

Un des pires tyrans du continent y a régné de 1966 à 1979 : Jean-Bedel Bokassa, autoproclamé empereur, avec un très beau reportage pour l’encenser dans Paris-Match, qui n’a jamais reculé devant le ridicule pourvu qu’il y ait des jolies photos en couleur à la clé. Pour se remettre les idées en place, il faut par contre voir absolument Echos d’un sombre empire, le documentaire effrayant que lui a consacré Werner Herzog.

Les deux ressources principales du pays sont le bois (en particulier l’hévéa pour le latex) et les diamants (500 000 carats par an), comme s’en souvient sans aucun doute Giscard d’Estaing, « ami » de Bokassa, ce qui a contribué à son échec en 1981.

Inutile de dire que l’activité économique ne profite qu’à une poignée. La plupart des services publics, sous-financés, sont d’une vétusté croissante, entraînant de nombreuses coupures d’électricité, d’eau ou de téléphone.

L’ethnie majoritaire est constituée de Bantous, qu’on trouve également dans les pays voisins du Congo et du Cameroun.

8 Replies to “Centrafrique, 140e pays”

  1. ramses Post author

    « Les diamants », c’était gentillet, à côté de l' »affaire Elf » ! Il paraît que Bokassa les fourrait d’autorité dans les poches de ses invités ! Les tyrans se sont multipliés depuis, en Afrique, en toute impunité.

  2. anti Post author

    « Il y a une vraie incohérence entre accueillir ou recevoir un tyran (quel qu’il soit) et se dire pays des droits de l’homme. »

    Au contraire, à mes yeux, agir de la sorte est une vraie noblesse, c’est une véritable belle preuve de son application :

    « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » Tous. Au delà de ce qu’ils sont devenus. Ils sont essentiellement, en leur essence, égaux.

    Par ailleurs, accueillir ce genre de dictateur, permet d’éviter qu’ils soient tous seuls dans leur coin à faire ce qu’ils veulent. C’est à mon avis, à long terme, la seule et unique manière en dehors de la guerre, de faire sortir un pays d’une dictature.

    Les droits de l’homme, c’est la liberté d’opinion au sens propre. Il n’est pas question de savoir si on accepte ou pas cette autre opinion. C’est s’être battu pour qu’elle puisse être exprimée. Comme le dit cette si belle citation faussement attribuée à Voltaire :

    « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire »

    etc, etc. Pour ma part, les droits de l’homme c’est énorme, et plus, beaucoup plus que ce qu’en fait une presse gauchiste qui se voudrait bien pensante comme on l’entend trop souvent.

    Pour rappel : les droits de l’homme : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_des_droits_de_l%27homme_et_du_citoyen_de_1789
    XVIIIe siècle, hiver 1789, ne sont pas nés dans la douceur.

    Ah ! Félicitations Anna !

    anti

  3. anti Post author

    Ah ben voilà. Sur la fin, j’te suis. Il me semble très important d’être vigilants et explicites, tous, sur des sujets aussi malmenés.

    anti

  4. anti Post author

    Et bonjour à la mystérieuse personne de centre Afrique qui vient d’arriver sur le blog :

    Central African Republic arrived on « Centrafrique, 140e pays : Anna Galore Le blog »

    anti

  5. ramses Post author

    Arf, les liens du Monde ne fonctionnent jamais… Voici le copié-collé de cette info révoltante :

    « Une journaliste soudanaise se prépare à recevoir 40 coups de fouet mercredi pour avoir mis une tenue « indécente », près de trois semaines après la flagellation de 10 femmes pour la même raison.

    Loubna Ahmed al-Hussein, qui écrit pour le journal de gauche Al-Sahafa et travaille pour la Mission des Nations unies au Soudan (Unmis), avait été interpellée début juillet à Khartoum alors qu’elle portait un pantalon.

    « J’ai reçu un coup de téléphone des autorités disant que je devais comparaître à 10H00 (07H00 GMT) mercredi devant le juge », a dit Mme Hussein mardi à l’AFP.

    « Il est important que les gens sachent ce qui se passe », a-t-elle ajouté, invitant les journalistes à être présents lors de sa comparution devant la cour et sa flagellation.

    « Ils vont me fouetter 40 fois et m’imposer une amende de 250 livres soudanaises », soit 100 USD, a-t-elle poursuivi.

    La journaliste avait raconté à l’AFP qu’elle se trouvait dans un restaurant le 3 juillet lorsque la police y avait fait irruption, ordonnant à 13 femmes portant des pantalons de les suivre au poste.

    Dix des 13 femmes avaient été convoquées par la police deux jours plus tard et fouettées dix fois chacune selon Mme Hussein.

    Parmi elles figurent des Soudanaises du Sud semi-autonome, majoritairement chrétien ou animiste, où la charia (loi islamique) n’est pas en vigueur.

    AFP 28.07.09 | 14h45

    Convocation par téléphone pour aller se faire fouetter… On croit rêver !

    Rappelons qu’Omar El Bechir est sous le coup d’un mandat d’arrêt international délivré à la demande de la CPI, devant laquelle il doit rendre des comptes pour les massacres au Darfour.

  6. ramses Post author

    Une pensée pour Loubna, c’était aujourd’hui à 7h GMT…

    J’espère qu’un jour Omar El Bechir paiera pour tout cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.