La censure iranienne débordée par YouTube et Twitter

Encore une émouvante démonstration de la puissance d’Internet comme anti-pouvoir au service de tous, les émeutes en cours en Iran pour cause de fraude électorale massive sont largement relayées par YouTube et Twitter, ce qui permet aux médias d’avoir un accès en temps réel à tout ce qui se passe là-bas.

184188596.jpgLe site de partage de vidéos YouTube, bloqué par les autorités iraniennes à la veille de l’élection présidentielle, restait accessible aux vidéos d’internautes contestant la victoire proclamée par le président sortant Mahmoud Ahmadinejad.

Des images de qualité moyenne, visiblement tournées à la hâte, ont continué à être téléchargées sur le site pendant la journée de mardi. Parmi elles, certaines montrent des personnes battues par des policiers ou encore les dégâts causés par l’armée pendant un raid dans un dortoir de l’université de Téhéran. Plusieurs vidéos montrent également un homme, présenté comme un manifestant, abattu pendant le grand rassemblement de lundi dans les rues de la capitale.

Des images d’actualités des manifestations sont associées à des commentaires personnels ainsi qu’à des images des rassemblements de solidarité organisés à Paris et dans d’autres villes du monde.

« Liberté pour le peuple d’Iran, Ne perdez pas espoir », écrit notamment un internaute sur un forum. « Luttez pour la liberté », ajoute-t-il. Le message est signé: « De la part de vos amis de New York ».

Des vidéos titrées « Emeutes dans les rues de Téhéran après les élections et « Des policiers pris à partie par la foule » avaient chacune enregistré 300.000 connections mardi soir.

YouTube et le très populaire site de socialisation Facebook comptent parmi les sites sur lesquels est contestée la validité du processus électoral iranien et bloqués par les autorités du pays.

YouTube a indiqué que sa politique était de ne pas diffuser les vidéos montrant des scènes de violences mais qu’il était toutefois de son devoir de laisser en ligne les images de manifestations parce qu’elle ont valeur de document.

« Nous nous efforçons de laisser en ligne un maximum d’images car, en les diffusant, YouTube est dans son rôle: un forum global dédié à la libre expression », a déclaré à l’AFP Scott Rubin, un porte-parole du site.

Et Twitter continue, avec un coup de pouce de Washington

Washington a demandé au site de socialisation Twitter de reporter une opération de maintenance entraînant une interruption de ses services pour permettre aux opposants iraniens de continuer à l’utiliser, a révélé mardi un responsable du département d’Etat.

Le ministère américain des Affaires étrangères est entré en contact « au cours du week-end » avec les responsables du site de micro-blogs pour « leur faire remarquer qu’il s’agissait d’un important moyen de communication, pas pour nous, mais en Iran même », a déclaré ce responsable ayant requis l’anonymat.

Il a souligné que Twitter, qui permet de communiquer de courts messages par internet, était l’un des derniers à fonctionner après que le gouvernement iranien a fermé de nombreux sites internet et journaux et limité ou suspendu l’usage des textos par téléphone portable.

Source : AFP
Photo : Reuters

2 Replies to “La censure iranienne débordée par YouTube et Twitter”

  1. anti Post author

    « Près du Jour de Purification, il y aura des toiles d’araignées tissées d’un bout à l’autre du ciel. » (Prophétie Hopi)

    La toile se tisse autour du monde et enferme les dictateurs de tout poil dans leurs propres filets.

    C’est une très bonne nouvelle.

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.