Le tipi de Réginelle

Après la pyramide du Louvre, le tipi de Réginelle ! Ré vient de me faire parvenir deux photos de sa nuit d’hier, dont celle du fameux tipi en toile de parachute. Rien qu’en la voyant (la photo, pas Ré), on sent qu’il devait faire très froid, en effet ! Même le tipi est bleu ! Je reproduis ci-dessous son compte-rendu de sa folle virée.

1680268909.JPGAlors oui, je suis indemne… ou presque… faut voir mes pieds : BLEUS ! Non non non, pas de froid… quoique, froids, ils l’étaient. Deux blocs de glace au petit matin… bien avant que paraisse Aurore aux doigts de rose (je relis l’Odyssée en ce moment, ceci explique cela). Non, disais-je donc : mes pieds sont bleus parce que mes chaussures, trempées de rosée, ont déteint… Ben ouais… on fait ce qu’on peut. Certains ont du sang bleu (les ceusses qui sont « de » machin truc chose), moi, c’est les pieds !

Le tipi, c’était génial ! Nous sommes arrivés au lieu auparavant élu par mes deux comparses vers 17h30… et c’est vers 19h30 que le tipi s’est enfin dressé. Il a fallu tout ce temps pour arriver à atteindre la branche à laquelle il devait se suspendre. Bon courage Camille, pour les prochaines fois. Quoique, avec de l’entrainement… n’est ce pas ?

Et puis… ben, et puis, tout n’a été que ravissement. (ne sautez pas de joie trop vite, quand même !)

Un feu à l’intérieur, la chaleur envahissant l’espace et gonflant la soie légère, et voila que le tipi s’est transformé en montgolfière ! Mais non… nous ne nous sommes pas envolés ! ffffffffffffffff… il y avait des piquets pour fixer la base au sol…

Et puis, il y a eu les pommes de terre sous la braise (enfin, plutôt SUR la braise), fondantes sous leur carapace de peau durcie (ben vi… suis pas une spécialiste et le feu était un peu fort… mais bon, hein… ), des saucisses grillées au-dessus des flammes, de la tomme de Lozère, fondue au bout des piques… Et une chaleur plus encore que lénifiante ! mmmmmmmmm…

et nous avons chanté ! Heu… ben oui, quoi… sans chansons, un feu de camp, c’est plus un feu de camp, non mais !

Entre nous, les jeunes, ils n’ont plus de résistance. Ils n’ont tenu que jusqu’à deux heures, alors j’ai dû faire comme eux et me résigner à me glisser sous la couette… Enfin, LES couettes et LES couvertures.

Et c’est là que le ravissement s’est dilué… en même temps que les braises baissaient !

117520935.jpgRamsès, en effet, Berlusconi s’est encore distingué. Parce que vers 5 heures, ce matin, j’ai compris comment des SDF pouvaient mourir de froid. Les couvertures n’y font rien, on a beau s’y ensevelir, s’y recroqueviller, c’est par le sol que le froid attaque et s’insinue en nous jusqu’à la moelle des os. En dépit du matelas gonflable (oui, ils ont absolument tenu à ce que j’en use… sans doute à cause de mon « grand âge »), en dépit du tapis imperméable pour m’isoler du sol… dès le feu assoupi, le froid gagne et s’impose. Et bon sang, qu’il fait froid encore la nuit, par ici !
J’ai résisté une heure… et j’ai fini par me lever, enfiler mes chaussures, deux vestes, et je suis partie à la rencontre du lever du jour, histoire de réchauffer un peu ma carcasse engourdie.

Au final, quand même, AUCUN regret ! Des instants magnifiques et au bout de l’aventure une rencontre symathique avec le propriétaire du terrain. Ben vi… y en avait un. Qui nous a informés, mine de rien, (ironique serait plus juste) que nous avions dressé le tipi en pleine zone inondable, même si, heureusement, il n’y a pas de gros risques en ce moment. Ouaips…

Bon… je vais pas vous la faire plus longue… (qui me connait, sait combien je peux être bavarde)… je vais simplement envoyer une photo du tipi à Anna, juste pour vous montrer comment c’est ingénieux. Un parachute d’une cinquantaine d’euros, un peu d’huille de coude et on obtient un abri extra (avec feu de camp, sinon c’est plutôt léger) pour 4/5 personnes !

Voilààààààààààààà ! Et je recommence n’importe quand (juste avec deux ou trois paires de chaussettes en plus !)

Réginelle

13 Replies to “Le tipi de Réginelle”

  1. reginelle Post author

    wahouuuuu ! Merci Anna !

    Lol… je précise que le Tipi est dû à l’ingéniosité de Camille, jeune homme de 25 ans… Qui a repris la route ce midi vers le Luberon…

  2. reginelle Post author

    oui oui, je te jure que oui, Zaza…
    c’est plus grand qu’il ne semble sur la photo
    y a un diamètre de 6 mètres au sol
    maintenant, si on met en tas… ben… on pourrait en faire entrer davantage, c’est sûr… mais… je crains que cela ne choque les « bonnes âmes »… mdrrrrrrrrrrrr

  3. lison Post author

    Est-ce qu’il y avait une cheminée dans ce truc, pour faire sortir la boucane?

    Ça y est, Réginelle, je te nomme Grande Squaw du tipi…tu as passé l’épreuve avec grande distinction. Yo!!!

  4. ramses Post author

    Bonjour Reginelle,

    Tout s’est bien passé, heureusement, mais comme dit boud, un feu à l’intérieur d’une toile de parachute me semble très dangereux… Et ça ne m’étonne pas que tu aies eu froid, en cette saison… Enfin, repose toi bien, tu l’as bien mérité !

  5. reginelle Post author

    mdrrrrr…

    je rassure tout le monde… la toile des parachutes est ignifugée, de plus le feu est fait au centre du Tipi, sur une zone désherbée et limitée par un cercle de pierres. Le haut du tipi est ouvert, avec une sorte de « chapeau » supsendu au-dessus de ladite ouverture pour préserver de la pluie. A la base du tipi, deux ouvertures se font face et assurent « l’appel d’air » nécessaire pour faire « cheminée »…

    Et ça marche ! La seule précaution indispensable, c’est de n’aller se coucher que lorsque les braises sont « apaisées »… Le vrai risque ce n’est pas pour la toile mais pour ce qui se trouve au sol, sac de couchage, vêtements etc… qui eux sont vulnérables aux étincelles.

    Pour le repos : là, j’ai assuré : Je n’ai rien fait de la journée d’hier… sinon passer sur le blog. Mais ça, ne n’est pas fatiguant du tout ! lol !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.