13 Replies to “Nick Vujicic”

  1. anti

    La purée m’attend (mère indigne !) mais cette vidéo me fait penser à un documentaire de « envoyé spécial » diffusé il y a très longtemps montrant cette jeune femme infirme, sans membre ou avec des membres nains, ayant choisi de fonder une famille qui s’en occupait comme tout un chacun… c’était… merveilleux ! Fallait la voir faire les lits (superposés). Y’a des moments comme ça, j’ai un peu honte de me plaindre…

    anti

  2. Adele Riner

    J’avoue que je n’adhère pas trop au contenu religieux de ses propos (dans son site), mais je conçois qu’avec ce handicap la foi inconditionnelle est une des source de sa force. Et j’ai eu les larmes aux yeux en regardant la vidéo, pour la puissance du message d’espoir que cet homme s’estime devoir partager.

  3. Emma

    Salut Anna,
    J’ai jamais pris le temps de te répondre avant, merci pour ton coup de projo sur notre blog. Le tien est bien bien top. Je n’ai pas toujours une connexion suffisante pour m’attarder sur Internet mais je fouinerais ton site à l’occasion. En fait je voudrais trop savoir comment dégommer la présentation de expedia pour passer en pleine page. Je rêve de changer de fournisseur de blog tellement ils me gonflent avec leur présentation minuscule. Ils ont même mis de la pub sur mon blog sans me demander ! Alors si un jour tu as du temps à perdre on aura qu’à causer. tu as mon mail avec ce message.
    A la prochaine et continue !
    Emma

  4. Anna Galore

    Hey ! Salut toi ! Grand plaisir de te voir passer ici !

    Je t’envoie les infos par mail pour la mise en page grand écran d’ici demain.

    Pour la pub imposée, je crois qu’elle est ajoutée automatiquement si tu as défini ton blog en indiquant un lieu de destination particulier – ce qui n’est pas le cas de celui-ci, donc pas de pub en dehors du bidule clignotant d’Expedia.

    Au plaisir !

  5. ramses

    Un jeune Américain de 24 ans, qui m’est très proche, souffre d’une anomalie génétique depuis sa naissance. Son espérance de vie est très courte, mais il a décidé de vivre ses dernières années par ses propres moyens. Il a entrepris en novembre dernier la traversée des Etats-Unis dans un véhicule spécialement aménagé, pour aller vivre en Californie. Il est féru d’informatique et de vidéo et a créé un blog, dans lequel il fait part de ses aventures au jour le jour. Il a été interviewé par le Washington Post et s’est fait de nombreux amis. Son blog est une leçon de courage :

    http://www.mikeywheels.com/2008/11/happy-thanksgiving-well-belated-at-this.html

    Pour ceux qui ne maîtrisent pas parfaitement l’américain (j’ai moi-même quelques difficultés à le comprendre !), allez quand même jeter un coup d’oeil à ses vidéos, elles sont souvent étonnantes.

  6. Aurélie

    Ces images touchent la conscience, nous rappellent qu’il ne faudrait pas se plaindre ou se morfondre.
    Tous ceux qui suscitent ce sentiment chez nous sont des exemples de courage et d’espoir pour nos pensées les plus noires.
    Un grand merci a Jess, qui m’a fait parvenir cette vidéo que j’ai ensuite transmise à Céline.
    Aurélie

  7. anti

    « Un grand merci a Jess, qui m’a fait parvenir cette vidéo que j’ai ensuite transmise à Céline. »

    … qui me l’a transmise et qui se transmet encore grâce à ce merveilleux outil qu’est internet.

    Merci à toi en tant que maillon de cette grande chaîne et merci d’être passée ici déposer un mot !

    anti

  8. anti

    Je suis très touchée par vos mots. Quel bel article vous avez fait avec votre « Hommage à la femme algérienne » !

    Merci de votre passage !

    Au plaisir de vous lire,

    anti

  9. Raphaël Zacharie de IZARRA

    CONFUSION ENTRE COURAGE ET SIMPLE NECESSITE

    Quel courage ? Tout ce qui vit aspire à continuer à vivre, le bien-portant comme le débile, le fort comme le faible, l’humain comme la vermine, la plante comme la chair.

    Cet infirme n’a pas d’autre solution que de faire ce qu’il fait. Où est son courage ? Il ne fait qu’emprunter l’irrépressible pente de la nécessité.

    Celui qui touche le fond est toujours courageux. Il n’a pas d’autre choix que de l’être, par la force des choses. En cela il ne fait qu’obéir à la nécessité de la nature comme un chien blessé qui instinctivement cherche à ne pas crever. A partir de là, où est son mérite ?

    Le reste n’est que larmoiements puérils et sensiblerie féminine dégoulinante de sucre sentimental.

    Le plus insupportable, ce n’est pas l’indécente mise en spectacle des effets de l’infirmité mais les larmoiements des jeunes et émotives spectatrices.

    Sensiblerie typiquement américaine.

    Détestable !

    En outre la mise en scène -par définition artificielle- de cet infirme est déplacée, indécente. Cet enrobage théâtral de sa débilité physique est une forme de manipulation des sensibilités, un exercice pervers de récupération psychologico-mentale des esprits de tous les imbéciles émus.

    Ce genre d’exhibition publique de l’infirmité est typiquement dans l’esprit des Yankees. C’est du fast-food moral, bref quelque chose de parfaitement écoeurant.

    La vraie charité, l’authentique pitié envers les êtres ne se manifeste pas devant des caméras de télévision. La vraie pitié, la pure fraternité envers ses semblables n’est pas dirigée exclusivement et ponctuellement vers ce qu’un directeur de théâtre ou un journaliste de télévision désigne au public.

    Les vrais sentiments de compassion sont universels, inconditionnels.

    L’authentique compassion s’adresse aussi bien aux êtres normaux qu’aux débiles. Elle ne se fixe pas sottement sur une infirmité spectaculaire, sur une tare rare ou sur un phénomène médical -quasiment de cirque en ce qui concerne le sujet de la vidéo- mais englobe tout l’être.

    Être né dans un corps de misère n’est pas nécessairement synonyme de beauté intérieure. La déchéance du corps n’a rien à voir avec la qualité de l’âme. Il n’y a aucun rapport entre une infirmité et la beauté de l’âme. Un être qui a un corps débile est aussi faillible que n’importe quel autre être humain. Obtenir aussi facilement la compassion de ses semblables par le seul pouvoir de l’apparence physique tient de la pure malhonnêteté, de l’imposture morale. Je le répète, c’est là une forme odieuse de manipulation des sensibilités. Une sorte de chantage sur la misère du corps.

    Quand on souffre d’une infirmité aussi spectaculaire, il est tellement aisé de remporter les suffrages d’un public préparé par une mise en scène étudiée… Qui n’est ni plus ni moins une mise en condition émotive. Les mêmes qui, conditionnées par la mise en scène, s’émeuvent devant les caméras pour cet handicapé n’adresseraient même pas un regard au clochard dans la rue… Émotivité sélective !

    La vraie beauté du coeur est pudique et non exhibitionniste, l’émotion sincère est profonde et non superficielle.

    Ici ce n’est pas une « leçon de vie » mais un numéro de cirque déguisé en leçon d’humanité, du voyeurisme qui ne dit pas son nom. Nous sommes en Amérique…

    Raphaël Zacharie de IZARRA

  10. anti

    C’est un point de vue. Argh ! Je voulais parler aussi de ton article sur la beauté… Le temps bordel ! Le temps !

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.