Les peuples de l’Omo

Un ami m’a envoyé un superbe diaporama sur les peuples de l’Omo photographiés par Hans Silvester.

Aux confins de l’Ethiopie, à des siècles de la modernité, Hans Silvester a photographié pendant six ans des tribus où hommes, femmes, enfants, vieillards, sont des génies d’un art ancestral.

A leurs pieds, le fleuve de l’Omo, à cheval sur un triangle Ethiopie-Soudan-Kenya, la grande vallée du Rift qui se sépare lentement de l’Afrique, une région volcanique qui fournit une immense palette de pigments, ocre rouge, kaolin blanc, vert cuivré, jaune lumineux ou gris de cendres.

Ils ont le génie de la peinture, et leur corps de deux mètres de haut est une immense toile.

La force de leur art tient en trois mots : les doigts, la vitesse et la liberté.

Ils dessinent mains ouvertes, du bout des ongles, parfois avec un bout de bois, un roseau, une tige écrasée. Des gestes vifs, rapides, spontanés, au-delà de l’enfance, ce mouvement essentiel que recherchent les grands maîtres contemporains quand ils ont beaucoup appris et tentent de tout oublier.

Seulement le désir de se décorer, de séduire, d’être beau, un jeu et un plaisir permanent. Il leur suffit de plonger les doigts dans la glaise et, en deux minutes, sur la poitrine, les seins, le pubis, les jambes, ne naît rien moins qu’un Miro, un Picasso, un Pollock, un Tàpies, un Klee…

Plein d’autres photos plus belles les unes que les autres à cette adresse:

Les peuples de l’Omo

3 Replies to “Les peuples de l’Omo”

  1. reginelle Post author

    MAGNIFIQUE… j’en reviens et c’est tout émerveillement…
    Combien j’aime ces « peuples » et que je les voudrais hors de portée de notre soi-disant société « évoluée ».

  2. anti Post author

    Alors là !!! Plein de choses ! Evidemment, la Beauté et son culte qu’on retrouve chez les Mayas, les Nubas et autres tribus un peu partout dans le monde, bien au-delà d’un simple matérialisme.

    Ensuite, la vallée de l’Omo, berceau de l’humanité que je découvre :

    « Elles traversent un véritable kaléidoscope ethnique où Surma, Dizi, Bodi, Omo Mursi, Mogudji, Karo, Nyangatom, Dassanech parlent différentes langues.

    Peintures des corps et coiffures les distinguent. L’Omo est aussi un des berceaux de l’humanité, où l’anthropologue Yves Coppens a découvert en 1975 les restes d’humanoïdes vieux de trois millions d’années. La rencontre des tribus les plus primitives fait de cette expédition un voyage exceptionnel dans une ambiance de premier matin du monde… »

    extrait de http://www.voyage-ethiopie.fr/la_riviere_omo_79.html site sur lequel on peut voir une photo qui m’a beaucoup surprise car dans certaines tribus, ils portent un plateau sur la lèvre inférieure comme chez les indiens Kayapos en Amazonie.

    anti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.