Internet censuré pour les journalistes aux JO de Pékin

La Chine revient sur sa promesse de ne pas censurer l’internet durant les JO
30/07/2008 08h25

Comme les 253 millions d’internautes chinois, les journalistes étrangers, accrédités pour les JO de Pékin, n’auront qu’une version censurée de l’internet, contrairement aux promesses des autorités.

Cette décision, confirmée mercredi à seulement dix jours de l’événement (8-24 août), a déclenché une polémique.

Journalistes et responsables olympiques se sont indignés que l’engagement d’assouplir le contrôle de la Toile pendant les Jeux ne soit pas tenu.

Les pages et sites concernant le mouvement spirituel Falungong, interdit en Chine, et d’autres sites non précisés, resteront verrouillés pour les plus de 5.000 journalistes travaillant au principal centre de presse des JO à Pékin (MPC, Main press center), a indiqué à l’AFP le porte-parole du comité d’organisation, Sun Weide.

Depuis le MPC, l’AFP a pu constater l’impossibilité d’accéder à des sites dissidents, pro-tibétains ou ceux d’organisation de défense des droits de l’homme, comme Amnesty International ou Reporters sans frontières.

Lors d’un entretien exclusif avec l’AFP il y a deux semaines, le président du CIO Jacques Rogge s’était pourtant félicité de la liberté accordée à la presse étrangère.

« Pour la première fois, les médias étrangers pourront faire des reportages librement, les transmettre librement en Chine. Il n’y aura pas de censure sur internet », avait-il assuré.

Mais Sun Weide a douché ces espoirs en affirmant mercredi que la promesse des autorités était seulement d’autoriser « suffisamment » d’accès à internet pour travailler, mais pas un accès illimité.

10 Replies to “Internet censuré pour les journalistes aux JO de Pékin”

  1. Anna Post author

    Le plus pathétique, c’est que les journalistes ont l’air surpris…

    Je vous ai évité la fin de la dépêche AFP, dans laquelle différents responsables du CIO annoncent qu’ils vont réagir (en haussant le sourcil d’un air désapprobateur? en lançant une manif dans les couloirs de leur hôtel?)

  2. anti Post author

    Voui. Entendu l’info hier aussi. Pas de surprise, une vraie cohérence même… Si la censure s’arrêtait là, ce serait presque bien. J’imagine que les contenus des articles expédiés seront passés au crible.

    Ca fait un peu peur quand même ces J.O. en Chine, peur que ça ne se termine en bain de sang.

    anti, pourtant pas pessimiste de nature.

  3. Anna Post author

    Sans surprise, les autorités chinoises ont confirmé ensuite leur décision sous le motif que ces sites interdits (RSF, Amnesty, etc) le sont parce qu’ils ne respectent pas la législation chinoise.

    Ah ben oui, ça c’est sûr, ces infâmes délinquants pratiquent la liberté de penser au nez et à la barbe de tous, vous vous rendez compte?!

  4. anti Post author

    Binh, un ami réfugié vietnamien, me faisait la remarque quand j’étais ado : « Mais vous ne vous rendez pas compte de la chance que vous avez vous les européens de pouvoir dire ce que vous voulez. « les guignols » par exemple, c’est inimaginable chez moi. Tu dis un mot de travers du président… mais t’es mort ! Emprisonné puis probablement exécuté ». GLOUPS ! Et je vous passe les passages sur la liberté de religion, la conversion de la monnaie, la liberté de déplacement etc.

    Je repense souvent à nos discussions qui étaient d’une infinie richesse philosophique.

    anti, chanceuse oui.

  5. Adele Riner Post author

    Mon Marichéri – je ne vous l’avais pas dit – est journaliste, et il part demain pour Pékin pour une durée d’un mois. Malgré ces restrictions et toutes les censures qu’il a déjà rencontrées (il bosse à la télé), il reste optimiste et adopte l’attitude « on verra bien ».
    Une fois qu’il sera là-bas, je pourrai vous dire ce qu’il en est vraiment sur place. Une chose est sûre, nous sommes tous les deux consternés par le climat de ces JO.

  6. anti Post author

    Eh bien voilà qui est parfait ! Des infos en direct live de premier choix, intéressant.

    Pour ce qui est de la consternation, je te crois sur parole.

    anti

  7. Adele Riner Post author

    Chose promise, chose due. Marichéri m’a envoyé son premier mail, intitulé « salade pékinoise ». Vu les précautions linguistiques, la censure doit être sévère, et moi je suis morte de rire. Je vous le livre sans décodage et en intégrale, comprenne qui pourra !

    « ca y est, j’ai accès à Internet !!! sans doute que les bourres locaux voudront entraver queque chose à cque jécris mais jleur souhaite des migraines, voire un nervoussebreakdonne !!! donc stp rappelle toi audiard et san antonio pourqu’on puisse tchatcher comme si on était seulabre… donc aujourd’hui, premier vrai contact avec les hôtes de ces lieux: sitapatonbadge t mort. sitatonbadgemaisdesmedocs t mort aussi. sitatonbadgemaispademedoc t con, tuvapasser la journee aux chiottes !!! c fou mais c vrai qu’il yena qui se shootent à l’upsa ou au coupe-chiasse : fo juste pas abuser.
    les JO c le respect avant tout, on participe et on ferme son clapet. heureusement qu’on est des pros, des scribouillards d’élite, des journaleux qui tirent au sublime avec une vraie envie d’aller au fond de la mine : bref, pas de points d’honneur en perspective, la zonzon locale, c plus chaud que le four a pain de moussais au siècle dernier.
    je développerai mais j’attends de voir comment ça va vraiment se passer. en attendant, je voudrais bien vous écrire des alexandrins, pour vous dire que « le ciel est aussi bleu que le fond de mon coeur » surtout quand on fait péter les nuages à la sauce iodée (c très courant dans le coin), mais qu’il y manque des petits cumulus avec de jolies têtes blondes et des yeux bleus, dans lesquelles j’aime passer mes doigts en y faisant quelques anglaises. »

    A plus tard pour les news !
    AdeLulu la Nantaise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.