Sur la piste des dragons

Les dragons sont des animaux mythiques, chimères de serpent et d’oiseau. Le mystère le plus étonnant réside, à mes yeux, dans la précision avec laquelle ils sont représentés de façon identique depuis des millénaires partout autour de la Terre. S’ils sont le fruit de l’imagination d’hommes de cultures très différentes, comment une telle universalité est-elle possible? Cette question n’a de sens, bien sûr, que si l’on se limite aux représentations les plus anciennes des dragons. A partir du Moyen Age, leur diffusion et leur homogénéité s’expliquent en effet par simple « contamination » de proche en proche, d’une peuplade à une autre. Mais avant?

Ci-dessous, deux gravures, incroyablement semblables, qui ont toutes les deux plusieurs milliers d’années et sont séparées de milliers de kilomètres.

Celle de gauche est un dragon traditionnel chinois qui remonte à plus de 5000 ans. Celle de droite représente Quetzalcoatl, elle a été trouvée au Mexique et date de bien avant l’arrivée des conquistadors.

Cet exemple est loin d’être unique. En voici un autre, tout aussi fascinant:

A gauche, la palette de Narmer. Elle a 5200 ans et elle est ornée des plus anciens hiéroglyphes jamais retrouvés. Narmer est le pharaon égyptien, proche du roi Scorpion, qui a unifié les deux royaumes d’Egypte (le Nord et le Sud).

A droite, la pierre de Morby, une pierre que l’on peut voir à Uppsala en Suède. Elle a été découverte au bord d’un lac d’origine météoritique à 250 km au nord de Stockholm. Les caractères runiques gravés sur la pierre datent d’environ 1500 ans. Une seule certitude: la pierre de Morby ne peut pas être l’oeuvre d’un faussaire contemporain qui aurait vu la palette de Narmer après sa découverte. Cette dernière a été exhumée en 1898. La pierre de Morby a été découverte en 1850.

Les mêmes animaux étranges, mi-quadrupède, mi-serpent, figurent sur les deux objets. On dirait des dinosaures mais ils avaient disparu depuis plus de soixante millions d’années quand l’homme est apparu.

Une multitude d’autres exemples pourrait être énumérée. Est-il possible que des milliers d’hommes autour de la Terre, sans aucun moyen de communiquer entre eux, aient dessiné la même créature de la même façon si cette créature est purement le fruit de leur imagination? Ou ont-ils tout simplement représenté ce qu’ils ont vu?

Les dragons ont-ils vraiment existé? Aucun ossement qui le prouverait n’a jamais été retrouvé. Pour le moment? La question peut se poser quand on sait qu’une nouvelle variété d’êtres humains préhistoriques a été découverte il y a à peine quelques mois dans l’une des régions du globe les plus fouillées par les archéologues, la Syrie (autrefois partie de la Mésopotamie) en accord avec l’un des versets les plus mystérieux de la Genèse, celui relatif au peuple de Nod (cette découverte extraordinaire m’a inspiré l’un des chapitres de « La femme primordiale »). Si on découvre encore aujourd’hui des espèces humaines jusque-là inconnues ou mythiques, pourquoi pas, un jour, des dragons…

«  »Quand vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, même improbable, doit être la vérité. » (Arthur Conan Doyle)

16 Replies to “Sur la piste des dragons”

  1. sampang Post author

    alors c est cela la mémoire ancestrale ? 😉
    et puisque nos chakras sont les antennes qui nous mettent en contact avec le reste de l Univers… ils étaient donc vachement plus doués que nous pour communiquer !
    je disais encore ce midi  » avec le net on ne fait plus aucun effort ( pour ma part heinG ;)), j imprime un plan et je l oublie mais que cela ne tienne, si je ne sais plus comment aller dans un endroit je prends mon portable et ça le fait »… Nous allons vers la facilité des machines au lieu d aller dans la facilité de nous même…

  2. voiedorée Post author

    Les dragons ne sont pas à mon avis des animaux mythiques, ils ont peuplés la planète bien avant nous et sont considérés par certains peuples commes de Dieux.
    Aujourd’hui il existe une science rattachée à l’étude des dragons (je crois draconia). Il semble que la disparition des dragons soit due à leur passage dans une dimension supérieure à un certain moment de l’histoire mais qu’il sont encore présents et communiquent encore avec certains.

  3. Boudufle Post author

    ça fait tout drôle voiedorée de te lire, c’est à deux mots près ce que disait mon père… »Il semble que la disparition des dragons soit due à leur passage dans une dimension supérieure à un certain moment de l’histoire mais qu’il sont encore présents et communiquent encore avec certains. »

  4. voiedorée Post author

    La Vérité est immuable.

    Ce qu’il faut savoir également des dragons c’est leur amitié pour les humains.
    La plupart des contes, la mythologie enrègle générale, contrairement à ce que certains croient recèle souvent une grande part de vérité.

  5. voiedorée Post author

    Les Dragons et la DraconiaLes Idées Reçues

    Les dragons sont des créatures souvent bien méconnues des hommes et dont les croyances, qui ne sont que croyances, sont erronées et bien des fois nourries de haine et d’intolérance à l’égard de ces Êtres Sublimes… Le dragon est souvent présenté comme une image du mal, une personnification du « Malin » dans des traditions occidentales ayant baigné dans une influence judéo-chrétienne. En Asie ils sont souvent perçus plus positivement. Globalement les dragons sont en proie à un défaut tout à fait détestable et qui témoigne d’une bien triste superficialité et d’un manque de profondeur des hommes : les préjugés. Il en fut de même pour certaines autres créatures notamment lycanthropiques ou vampiriques, ça n’est pas parce que certains sont des troubles fêtes que tout les autres le sont…

    La première attitude à observer pour qui veut être un mage ou un sage est celle de l’amour et au travers l’amour, la tolérance, le discernement et l’ouverture à l’inconnu sans chercher à le détruire à cause de la crainte, de la peur… Souvenez-vous d’une règle cruciale en magie draconique (et avec toutes autres entités) : donnez, vous recevrez… Il ne s’agit pas d’un pacte similaire à ceux que certains « mages » effectuent avec des entités démoniaques du bas astral. Cet échange est un échange de respect et d’amour dont le but est l’harmonie et l’accomplissement d’une évolution spirituelle. Les dragons ne vous apporteront leur aide que dans ces conditions et ne serviront jamais un être arrogant ou irrespectueux à leur égard et à l’égard du monde. Être humble, sincère et honnête sont de qualités indispensables pour le mage ou le daraco sincère.

    Ce que sont les Être Draconiques

    Les Dragons sont, à l’instar des hommes ou des anges, des créatures à part entière résidant sur un plan d’existence élevé astralement. L’image que l’on se fait d’eux à travers la mythologie et les légendes n’est pas tout à fait erronée concernant leur apparence. Même si actuellement l’étroitesse d’esprit et la bassesse spirituelle globale de l’humanité les a poussé à se reclure sagement pour éviter les huées et les offenses, ils restent néanmoins présents plus que jamais. Il existe beaucoup de types de dragons différents, sujet qui sera traité ultérieurement.

    Ce pour quoi ils œuvrent

    Les Dragons sont des créatures que l’on peut comparer aux anges sur plusieurs points : ce sont des êtres formidables et très avancés sur le plan spirituel. Si certains les prennent pour des bêtes sauvages ou des montures ils se trompent, bien souvent face à eux les hommes sont plus les bêtes sauvages et les montures. Leur puissance n’est sûrement pas à négliger car leurs capacités innées tant « physiques » que spirituelles surpassent de très loin celle de la moyenne humaine. Les Dragons globalement ont une mission, même si elle fluctue d’un être à un autre, ils œuvre globalement pour la Source et assurent dans l’univers un équilibrage des plus parfait, des énergies primordiales et élémentales du monde. Ils préservent l’harmonie de l’univers, comme leur qualité élémental en témoigne (dragons feu, air, terre, air). La plupart sont aussi bien souvent affiliés à un être en phase d’évolution, en voie d’évolution. Même si certains de ces dragons protecteurs n’ont pas une âme aussi évoluée spirituellement que leurs congénères les plus nobles, ils restent globalement plus avancés, sagaces et savants. Les dragons sont aussi des gardiens du savoir universel. Converser avec eux peut permettre au daraco, le mage draconique, de pouvoir apprendre et évoluer grâce à ces amis de surcroît fidèles.

  6. Anna Galore Post author

    Je ne te suivrai pas aussi loin, Voiedorée. Je pense, pour ma part, que les mythes sur les dragons reflètent l’existence d’animaux proches des dinosaures qui auraient vécu à une époque reculée mais suffisamment proche pour qu’ils aient pu côtoyer des hommes et rester ensuite dans leur mémoire collective.

    A mon avis, tout le reste est purement symbolique (le fait qu’ils crachent le feu, par exemple).

  7. Slayeras Post author

    Je serais aussi plus de l’avis d’Anna, mon côté rationnel sans doute… Mais c’est vrai, quand on regarde des gravures, le dragon, ressemble, quand même à certaines espèces de dinosaures.

    Le fait qu’ils crachent du feu, n’est qu’un mythe. Cela dit, faut bien avouer, que je ne suis pas une experte en dragon ! Donc je peux me tromper.

  8. Anna Galore Post author

    Bon vol !

    Si vous voulez voir des dragons actuels, cherchez « komodo » sur Google. Vous verrez des photos de varans qui atteignent 3 mètres de long. Leurs ancêtres d’il y a 40000 ans vivaient en Australie au moment où l’Homme y est arrivé et mesuraient jusqu’à 10 mètres de long et 2 à 3 mètres de haut – de quoi marquer durablement les mémoires, d’autant qu’ils étaient carnivores.

  9. anti Post author

    Il va falloir que j’imprime tout ça pour lire tranqillement.

    Je viens de découvrir un très joli mot qui me fait sourire du dedans comme du dehors là :

    L’ANAGOGIE : L’anagogie est un niveau interprétatif qui vise l’essence des choses ou les réalités ultimes.

    Platon appelait cela les Idées. On peut aussi les appeler archétypes.

    Ce ne sont pas des réalités à croire, mais à comprendre par un travail de groupe, chacun se laissant aller à ses associations d’idées, puis le groupe cherchant l’interprétation susceptible de rendre compte de la totalité des idées formulées (Méthode J.F. Froger et Michel Mouret).

    anti, Anna Gorgée.

  10. Anna Galore Post author

    Salut Rodolphe,

    Ben on est ici, comme tu peux voir 🙂

    Au plaisir de t’y croiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.