Et pour l’abattage rituel, vous faites quoi ?

S’il y a une question qu’on nous pose sans cesse, lorsqu’on est anticorrida, c’est bien celle-là : « Et pour l’abattage rituel, vous faites quoi ? ». La plupart du temps, il s’agit d’un passant qui nous voit dans la rue pendant une action quelconque (manif, tractage, stand) et à chaque fois, on sent bien que non seulement il est absolument convaincu d’être le premier au monde à avoir pensé à ça, mais qu’en plus, il est certain qu’il va nous mettre en difficulté pour on ne sait quelle raison mystérieuse (sur le mode « il y a plus important à faire que de combattre la corrida »).

J’y ai eu droit dimanche pendant l’une des manifestations anticorrida où j’étais et lundi, rebelote mais cette fois au téléphone – un monsieur que je ne connaissais pas m’a appelé uniquement pour me parler de ça, après avoir trouvé mon numéro de téléphone sur le site du CRAC Europe. Comme à chaque fois, j’ai répondu (comme nous le faisons tous) qu’à titre personnel, je n’étais pas qu’anticorrida, j’étais également contre l’abattage rituel et j’ai même ajouté que j’étais contre l’abattage tout court. Le monsieur m’a dit : « Oui, bon, vous, d’accord, mais avec votre association anticorrida, là, vous faites quoi contre ça ? »

J’ai expliqué calmement au monsieur que, comme son nom l’indique, notre association anticorrida s’occupe de faire des actions anticorrida. Chacun, à titre personnel, a ensuite son opinion sur tout un tas d’autre sujets et agit comme il le veut. Il y a d’autres associations qui s’occupent d’autres causes, et pour les actions contre l’abattage rituel, il devrait plutôt appeler par exemple la fondation Brigitte Bardot, l’OABA ou L214.

Ça ne lui convenait pas, il insistait encore. En fait, ce qui l’embêtait, c’est qu’on puisse être anticorrida, si vous voulez mon avis. Alors, je lui ai finalement dit ceci :

« Notre association anticorrida, elle ne s’occupe pas de tous les sujets et de tous les problèmes du monde, elle s’occupe d’anticorrida et donc elle fait des actions anticorrida [désolé pour les répétitions, mais le monsieur avait vraiment du mal à bien comprendre cette description on ne peut plus évidente]. Ni la faim dans le monde, ni la lutte contre le cancer, juste la corrida. Alors pourquoi voulez-vous à tout prix me demander ce qu’on fait contre l’abattage rituel ? Est-ce que vous demanderiez à Amnesty international s’ils font quelque chose contre l’abattage rituel ? Est-ce que vous le demanderiez à Greenpeace ? Est-ce que vous le demanderiez à une association d’enfants malades ? Est-ce que vous le demanderiez à un club de pétanque ? »

DSC02166p

Le scandale des joueurs de pétanque qui ne font rien contre l’abattage rituel pendant la manifestation anticorrida de Rieumes en juin 2015

Le monsieur m’a coupé : « Désolé de vous avoir dérangé ». Pas content du tout. Et il a raccroché.

Après coup, je me suis dit que j’aurais dû lui conseiller d’appeler plutôt des aficionados. Eux, c’est leur passe-temps favori, l’abattage rituel. Ils en font même un spectacle. Ils auraient expliqué au monsieur qu’ils adorent ça, faire saigner un animal pendant vingt minutes jusqu’à ce qu’il succombe. Et ils auraient ajouté que les traditions, on n’y touche pas. Je me demande ce qu’il en aurait pensé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.