2015, ça chauffe sévère

Une rubrique qui existait sur notre ancien blog : l’état du climat, année après année. Il s’agit de rassembler mois par mois les événements météorologiques qui sortent de l’ordinaire, ce qui donne une impression globale de l’évolution du climat. De même que les années précédentes – mais en pire – 2015 montre une tendance claire à un dérèglement global de plus en plus marqué.

Janvier : Gigantesque incendie en Australie. Vague de froid en Allemagne et de chaleur dans le sud de la France. Inondations dévastatrices en Malaisie et Thaïlande en raison d’une superposition d’effet MJO (Madden Julian Oscillation, un phénomène qui accentue les précipitations sur une partie du globe tout en les réduisant dans l’autre) et de la mousson.

Février : Très sévère vague de froid fin janvier début février en Espagne. Sécheresse chronique en pleine aggravation aux USA, au Mexique et en Amérique du Sud. Plusieurs affluents de l’Amazone sont à sec. Explosion de maladies chroniques des reins au Nicaragua, liée aux vagues de chaleur dues au changement climatique. En raison de la perte de pression liée à la fonte continue de ses glaciers, l’Islande voit ses altitudes remonter. Inondations record en Albanie en raison de précipitations hors normes. Double cyclone sur la côte Est de l’Australie, dont l’un de catégorie 5 avec des vents à près de 300 km/h et l’autre de catégorie 4 plus au nord. Record de froid sans précédent dans certaines régions des USA.

Mars : Inondations dans le nord de l’Espagne suite à de fortes pluies. L’un des « pires cyclones de l’histoire du Pacifique » selon l’Unicef déferle sur le Vanuatu. La porte-parole parle de « terreur absolue » devant la violence dévastatrice de ce cyclone de catégorie 5, dont les vents atteignent 350 km/h, ce qui est sans précédent. Le réchauffement climatique est ouvertement mis en cause et Jean Jouzel du GIEC pense qu’on ne peut plus parler de catastrophe naturelle mais de catastrophe créée par l’homme. La sècheresse qui dure depuis des années sur la côte Ouest de l’Amérique du Nord fait que pour la première depuis que les relevés météo existent, un très grand nombre de lieux habituellement enneigés à cette période de l’année n’ont pas vu un seul flocon. La NASA publie une étude estimant que la sécheresse risque de durer une quarantaine d’années. Inondations au Chili en Atacama, la région la plus aride du globe. Sur la cote Est, dans le golfe du Saint-Laurent, accumulation de glace sans précédent pour cette période de l’année à cause du vent venu du large, avec une banquise faisant jusqu’à 8 mètres d’épaisseur. Record de chaleur en Antarctique (17,5°C), c’est l’une des régions du globe qui se réchauffe le plus (4 fois plus vite qu’ailleurs depuis 115 ans).

DSC03377p

Avril : tempête Niklas sur l’Europe avec des vents allant jusqu’à 190 km/h. Les inondations au Chili ont été aggravées par la fonte des neiges de la Cordillère sous l’effet des pluies abondantes. Une tempête plonge l’Australie dans le chaos. Vers la mi-avril en France, les températures sont de 4 à 9°C au-dessus des normales saisonnières, de l’ordre d’un début juin. Les relevés du premier trimestre révèlent qu’il s’agit du plus chaud jamais connu.

Mai : Plusieurs dizaines de tornades violentes ravagent quatre états américains en quelques heures. Pendant 800 000 ans, le taux de CO2 n’a jamais dépassé 300 ppm. Il est désormais au-dessus de 400 et continue à croître. Son augmentation a été de 25% depuis 1958 et de 40% depuis le début de l’ère industrielle. Lors d’une tempête violente dans les Vosges, une tornade se forme et cause d’importants dégâts. Record absolu de chaleur en Europe pour un mois de mai. Une vague de chaleur exceptionnelle (5° au-dessus des normales saisonnières) tue plusieurs milliers de personnes en Inde. Pluies diluviennes et tornades multiples au Texas. Au niveau planétaire, tous les records de chaleur sont battus

Juin : Vague de chaleur caniculaire en France. L’Alaska connait 391 incendies dans le mois, dus à la sécheresse et à la chaleur. Canicule sans précédent au Pakistan, températures autour de 45°, plus de mille morts. Vague de froid inhabituelle dans le Nord de l’Europe. Juin 2015 est le mois de juin le plus chaud jamais enregistré. Il en est de même pour le premier semestre de l’année.

DSC08984p

Juillet : Suite de la canicule en France, jusqu’à 51 départements en alerte orange avec des pointes à 40°. Les températures sont en moyenne de 7° au-dessus des normales saisonnières. Chutes de grêlons gros comme des balles de tennis au nord-est de la France. Tornades puissantes et chutes de grêle à l’est de l’Italie, touchant en particulier Venise. Très violent typhon sur la Chine. Près de 40 incendies ravagent l’Alberta, province à l’ouest du Canada, alors qu’à l’est on relève des températures glaciaires et une pluie quasi-ininterrompue. Importants incendies de forêt en Espagne et en France. Violents orages en Malaisie et dans le centre de l’Europe. Dans la seconde moitié du mois, une soixantaine de départements français sont placés en état de sécheresse. Le 22 juillet, il pleut à Toulouse en deux heures autant qu’en six semaines habituellement. La fonte accélérée d’un glacier au Kazakhstan provoque des inondations meurtrières. Au niveau planétaire, il s’agit du mois de juillet le plus chaud jamais enregistré.

Août : Invasion de sauterelles dans le sud-ouest de la Russie en raison des trop fortes chaleurs. Une tempête violente avec tornade fait des dizaines de blessés à Florence (Italie). Sécheresse inégalée au Botswana depuis près de trente ans. Des dizaines d’incendies ravagent la Californie. En Iran, températures proches de 50°. Le lac Erié est envahi par des algues vertes pour la seconde année consécutive, ainsi que plusieurs autres régions du monde, du Brésil à la Chine en passant par l’Australie. Forte tempête au Chili, avec des vagues de plus de 10 mètres dans la région de Valparaiso. La ville de Los Angeles fait couvrir ses réserves d’eau potable de millions de balles en plastique noir pour limiter l’évaporation. Comme chaque année depuis 2011, les plages des Antilles sont envahies d’algues sargasses brunes et malodorantes dont la prolifération est directement causée par le réchauffement climatique. Multiplication d’incendies incontrôlés en Sibérie du fait de la sécheresse, dégageant d’importantes quantités de gaz à effets de serre en raison de la nature des sols. Tempête « tropicale » sur le sud-ouest de la France, avec de très fortes précipitations et des rafales jusqu’à 153 km/h. Record de pluie dans le Languedoc (six fois plus que les normales à Montpellier, deux fois plus à Nîmes).

Septembre : Pluies torrentielles au Japon et en Sicile, provoquant des inondations graves. Libération de virus préhistoriques géants inconnus à la suite du dégel du permafrost en Sibérie. Renforcement majeur d’un phénomène El Niño dans le Pacifique tropical, avec des conséquences climatiques violentes à prévoir dans les mois à venir. Orage d’une violence rare dans le nord-est de l’Allemagne avec grêle destructrice et sol blanc de glace. Quatrième année consécutive de sécheresse en Californie. Huit grands incendies sévissent en Californie, trois dans l’Oregon et dix dans l’Etat de Washington (ouest), qui connaît sa pire année jamais enregistrée en termes de virulence des feux. Près de 20.000 pompiers luttent à travers le pays contre 33 grands feux, notamment dans l’Idaho (nord-ouest), le Montana (nord-ouest), le Wyoming (nord) et l’Utah (ouest). En raison de la chaleur trop élevée du golfe de Gascogne, la tempête tropicale Henry remonte jusqu’au large de la Bretagne avec pour conséquences une tornade de 45 minutes en Charentes-maritimes et des précipitations abondantes accompagnées de vents violents jusqu’à Lyon où de nombreux arbres sont arrachés.

DSC08996p

Octobre : Tornade près de Marseille et très graves intempéries dans le Var et les Alpes de Haute-Provence, provoquant des inondations sans précédent qui dévastent certaines communes et détruisent le Marineland d’Antibes eu tuant plusieurs animaux marins qui y étaient captifs. Une catastrophe analogue d’encore plus grande ampleur se produit au Venezuela, où tout un pan de montagne s’effondre à cause d’averses diluviennes. Bilan de la canicule en France en été 2015 : 3300 morts. Gigantesques feux de forêt à Sumatra et Bornéo. Ouragan sur le Mexique avec des vents soufflant jusqu’à 305 km/h. Une nouvelle étude prévoit que les pics de chaleur dans le golfe Persique rendront cette région incompatible avec la vie humaine d’ici la fin du siècle. L’équivalent de 7 ans de pluies est tombé en 12 h sur le désert d’Atacama, lieu le plus aride de la Terre, faisait jaillir un immense tapis de 200 variétés de plantes fleuries.

Novembre : Pluies diluviennes et violentes inondations en Géorgie, au Kenya, au Cameroun, en Martinique, aux Maldives, au Qatar, aux Emirats Arabes Unis et en Arabie Saoudite. Cyclone au Yémen causant d’énormes dégâts. Guadeloupe en état de catastrophe naturelle en raison de la sécheresse. En France, la première semaine de novembre se solde par +6° par rapport aux normales de saison et la seconde voit de nombreux records de chaleur battus dans le nord. Plus de la moitié des antilopes vivant en Asie Centrale meurent en quelques semaines à cause d’une bactérie devenue létale par suite du réchauffement climatique. Une dépression tropicale cause des inondations meurtrières dans l’Est de l’Inde pendant quatre semaines. Plus de 200 000 personnes doivent être évacuées en raison de pluies sans précédent. Fortes chutes de grêle dans le Sud du Brésil et le Nord de l’Argentine. Publication d’un rapport sur la « méga-sécheresse » qui frappe le centre du Chili depuis 2010 sans discontinuer. En Californie, l’érosion des sols est exacerbée par les incendies incessants.

Décembre : Fortes pluies et inondations dans l’ouest de la Grande-Bretagne puis dans le nord, ainsi qu’à Singapour et en Polynésie. Violents orages sur une large partie du Brésil. Le 24 décembre, record de chaleur (22°C) à New York pour cette période de l’année et neige à Las Vegas. Cyclone de catégorie 4 sur les Philippines. Violents orages, tornades et chutes de grêle en Nouvelle-Zélande. Chutes de grêle au Swaziland, dans la région de Buenos Aires, au sud du brésil et au nord de l’Uruguay. Pluies diluviennes en Israël. Tempête supercellulaire au dessus de Sydney, provocant des tornades qui détruisent une partie des habitations. Fin décembre, gigantesque tempête inattendue avec nombreuses tornades sur tout l’Est des USA, 70 millions de personnes menacées. En Ariège, incendie de 900 hectares de forêt en raison de la sécheresse. La Russie se réchauffe 2,5 fois plus vite que le reste de la planète, ce qui va conduire à encore plus de catastrophes climatiques. Tempêtes de neige sans précédent depuis le nord du Mexique jusqu’au sud du Canada sur la côte ouest. Records de chaleur sans précédent en Arctique pour l’année 2015. Températures au-dessus de 0° au pôle Nord (40 à 50° au-dessus des normales saisonnières).

Les mois de septembre, octobre, novembre et décembre ont été ajoutés au fur et à mesure.

DSC04229p

One Reply to “2015, ça chauffe sévère”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.