Nice, to meet you

Voir les yeux fermés« Le monde aussi est pris entre deux pôles. Il y a ce monde-ci, visible, quotidien, profane, et un monde autre, habituellement invisible aux hommes ordinaires.

C’est le monde des dieux et de leurs émissaires, des esprits de toutes sortes – célestes ou chthoniens, pathogènes ou bienveillants… des maîtres des animaux ou des végétaux, des ancêtres, des morts…

C’est le monde que décrivent et explorent les mythes, le monde du “sacré”.

Et ce monde-autre est anthropomorphisé : il est une projection de ce monde-ci.»

Ces mots de Michel Perrin figure dans un ouvrage qui me tentait depuis bien des années, Voir les yeux fermés, auquel j’avais consacré une note en 2009.

Image11

Il y a des moments dans la vie où l’on sait qu’on suit le bon chemin car tout se met à aller dans le même sens. C’est précisément ce qui s’est passé la semaine dernière lorsque nous sommes allés à Nice. D’abord, je suis partie avec le dernier livre de Patricia Darré sous le coude, Les lumières de l’invisible, acheté presque par hasard en allant récupérer des bouquins chez Cultura quelques jours avant, livre très intéressant au demeurant sur les synchronicités en particulier. En chemin pour Nice, une grosse envie de pipi de nos passagers ont fait que nous nous sommes arrêtés dans une station service et là, paf ! je tombe nez à nez avec le seul exemplaire restant de Voir les yeux fermés. Vous pensez bien que j’ai sauté sur l’occasion. 12 € au lieu de 60 € c’est un cadeau du ciel. On n’hésite pas. Ensuite nous sommes arrivés à l’hôtel choisi pour son incroyable rapport qualité/prix (80 €pour 4 personnes – petits déj. inclus on croit rêver) via Groupon qui se trouvait situé, comme de juste, à 600 m du futur lieu de travail de Gwlad. Là, on commence à se dire qu’on est carrément sur la bonne voie. Du coup, sereine, je me dis que tout va se mettre en place tout seul, suffit de suivre le courant. Et ce fût ainsi toute la journée : on a eu un temps superbe, le rendez-vous de Gwladys s’est déroulé à merveille, son futur patron est un type formidable en plus d’être doué et, en fin de journée, je reçois un appel des Etats-Unis d’une amie me proposant un studio à deux pas de son boulot pour dépanner le temps qu’elle trouve un petit chez elle. N’est-ce pas incroyable tout ça ? Et pendant que nous attendions Gwladys, le sacré, les passages entre le visible et l’invisible n’ont cessé de se manifester, le tout dans un univers bleu Anli, comme j’aime !

20150305_090812b

« Il n’existe aucun mot, aucune expression, en tzutujil, qui permette de dire: je vais quitter ma maison. Tout ce que cette langue peut vous autoriser à faire, c’est quitter un endroit qui n’est pas votre maison, pour rentrer chez vous. […] L’action d’aller n’existe pas, elle fait partie de l’action de revenir. Quoi que vous puissiez faire, vous prenez toujours la direction de votre foyer. »

Martin Prechtel, Les Secret du Jaguar.

20150305_091511b

20150305_091140b

20150305_091042

20150305_091242

20150305_091301

Image1

Après l’église Ste Jeanne d’Arc située tout juste derrière la pâtisserie, nos pas nous ont menés jusqu’à la cathédrale orthodoxe russe en travaux. C’était assez incroyable de nous retrouver à échanger de vagues mots en russe, à Nice, après avoir savouré les fresques haïtiennes quelques minutes plus tôt.

20150305_095755

20150305_095426

20150305_100507

Après, notre tour du monde du sacré a continué dans l’hémisphère sud quand nous avons croisé la route de la superbe galerie Lapita qui mériterait une note à elle seule.

20150305_121626b

Image2

Après, nous avons fait une petite pause repas et continué notre promenade dans les rues bariolées.

20150305_125740

20150305_140553

20150305_113415b

Image3

Nice, ville de Jacques Dorsan, pionnier de l’astrologie sidérale en France, avec qui j’ai eu la chance d’échanger une correspondance dans les années 90. Nice, ville d’enfance de Michel Pantazescu, astrologue, disparu trop tôt.

20150305_113448

« Les dieux, eux, étaient occupés à se déguiser en arbres et en animaux, la forme sous laquelle nous les voyons toujours quand nous parcourons les étendues sauvages. »

Martin Prechtel, Les Secret du Jaguar.

20150305_111201

20150305_110523b

20150305_111202

20150305_110501b

20150305_163718

20150305_110220b

20150305_145057

20150305_105904

20150305_102224

20150305_175124

Au pied de ce superbe immeuble, une inscription nous attendait, gravée dans la pierre, sur le trottoir. Aucun doute, nous sommes bien chez nous :

20150305_180947

A très bientôt Nice.

I love you !

20150305_113850b

Très belle journée à tous,

Anti

5 Replies to “Nice, to meet you”

  1. valentine

    1000 et une raison de plus pour retourner à Nice. Une journée comme on les aime. Merci pour la saveur de ce partage 🙂

  2. Anna Galore

    Quelle note fantastique, riche, captivante, profonde, sensible, intelligente, bref entièrement à ton image !
    Tu as vu les yeux fermés bien des choses qui échappent à la plupart des gens et, mieux encore, tu les as magnifiquement décrites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.