Surgie vers le haut

Le tableau le plus célèbre de Sandro Botticelli est certainement La naissance de Vénus, titre apocryphe apparu plusieurs siècles après la mort du peintre. On y voit la déesse de l’amour sortir de la mer, portée par un immense coquillage et accueillie par d’autres créatures mythiques. Pourquoi sort-elle de l’eau ? Parce que, dans la mythologie, le titan Cronos (alias Saturne, le père de Zeus, à ne pas confondre avec Chronos, le dieu primordial du Temps)  se dispute avec son père Ouranos, le Ciel, et lui arrache ses attributs virils qu’il jette à la mer. De l’écume naît Aphrodite, fille du Ciel et de la Mer, que les Romains nommeront Vénus.

venus botticelli

Botticelli s’est probablement inspiré d’une fresque murale de Pompéi, aujourd’hui disparue mais dont une reproduction fidèle existe toujours. Vénus y est représentée nue, allongée sur une conque, métaphore par sa forme de son sexe, synonyme à la fois de sensualité (elle a une pose lascive) et de fertilité (puisqu’elle en naît). On l’appelle Vénus anadyomène, d’un mot grec qui signifie « surgie vers le haut ». C’est d’ailleurs ce même titre que Botticelli avait donné à son tableau.

Aphrodite_Anadyomene

Vénus est la déesse de l’amour et de la beauté. Elle a de nombreux attributs communs aux différents avatars de la Femme Primordiale, que l’on retrouve sous des noms variés d’un mythe à un autre : Ishtar, Astarté, Inanna et, bien sûr, Aphrodite. Chez les Romains, elle est la mère de Cupidon, la femme de Vulcain, l’amante de Mars. Les alchimistes y voient le symbole du cuivre parce qu’elle est, selon eux, née à Chypre qui se dit Kupros en grec, d’où cuprum en latin (le cuivre). 

venus munchhausen

Dans le merveilleux film onirique de Terry Gilliam Les aventures du baron de Münchhausen, la jeune épouse du rustre Vulcain, jouée par Uma Thurman alors âgée de 18 ans, reconstitue le tableau de Botticelli en jaillissant d’une fontaine au fond du volcan où viennent de tomber le baron et ses compagnons, chutant depuis la Lune où ils étaient arrivés portés par un ballon fabriqué avec des culottes longues de femmes.

Je pense à ce tableau de Botticelli à chaque fois que je vois Anti sortir de la mer, de son bain ou de son lit, anadyomène sublime et ultime déesse.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce qu’aujourd’hui c’est l’anniversaire de Sandro Botticelli, qui fête ses 570 ans en ce jour qui fut pendant longtemps choisi comme étant le premier de l’année et qui annonce le retour du printemps.

Très belle journée à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.