L’enquête sur le CRAC a été demandée par Valls en personne

Ce n’est pas une surprise, plutôt une confirmation : l’enquête lancée sur les événements de Rodilhan en octobre dernier et qui vise nommément les militants du CRAC Europe a été lancée à la demande de Manuel Valls en personne. C’est Serge Reder, maire de Rodilhan, qui a rendu cette information publique dans son bulletin municipal en publiant la lettre qu’il a reçu de la place Beauvau fin décembre.

lettre valls reder b

CQFD…

6 Replies to “L’enquête sur le CRAC a été demandée par Valls en personne”

  1. soleil vert

    Le maire a chouiné, et le ministre lui caresse la couenne en réponse. A-t-il oublié que Reder devrait passer en jugement pour son attitude inadmissible dans l’arène le 8 octobre 2011 ? Ce maire délinquant et provocateur, qui s’entête, c’est une calamité, mais c’est bien logique quand on sait l’entêtement des élus imbéciles qui ne veulent pas comprendre qu’ils ont tort (syndrome NDdL). Bon de toutes façons, tout cela ne mange pas de pain, vu qu’il n’y a jamais eu un seul blessé parmi les afiocs, on n’a rien à craindre, mais faudrait une fois pour toutes cesser l’inversion des valeurs. Comme beaucoup d’autres, on lutte pour la bonne cause et pour faire changer les choses (Havel, Mandela, Walesa et bien d’autres étaient considérés comme des délinquants par les ministres de l’intérieur des régimes concernés). Il serait temps qu’au Hollandistan on commence à écouter un peu le peuple et pas les minorités de notables.

  2. David Joly

    Une nouvelle utilisation des moyens policiers de la République, donc un nouveau détournement d’argent public, réalisé par le sieur Valls pour protéger son petit plaisir sadique.

    C’est la crise Monsieur Valls (c’est votre patron qui le dit), arrêtez donc de dilapider nos impôts comme un vulgaire conseiller général finançant la torture des arènes à coups de subventions…

  3. dagmar GUANO

    C’est fou, quand on voit les moyens qui sont mis en place, pour que ces sadiques pervers puissent regarder des animaux sacrifiés pour leur plaisir, soi-disant tradition, qui a bon dos. Il serait temps que ces individus se posent les vraies questions.

  4. Valenza mario

    Rien ni personne n’arrêtera la marche en avant vers l’abolition. Ce n’est qu’une question de temps.
    Agitez-vous, messieurs les barbares, vous vous enfoncerez encore plus vite.
    On en reparle dans quelques temps…

    Corrida basta !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.