Un vrai dimanche paisible

Vous souvenez-vous de vos dimanches, quand vous étiez enfant ? Surtout ceux des jours froids, où l’on se détend tout au long de la journée bien à l’abri dans le cocon familial. Notre dimanche était de ceux-là : grasse matinée jusqu’à tard, sans vraie raison de se lever, jeux de société avec Enzo (indémodables parties de dames et de jeu de l’oie), sorties des ados aidées par quelques allers-retours en voiture pour rendre les choses faciles, un bon film qui plait à tout le monde à la télé en fin d’après-midi…

233121

Et surtout, surtout, grand rendez-vous à la cuisine autour de l’heure du goûter. Hier, Anti a fait des pancakes qui ont été vite engloutis avec délice. Pendant que les tournées s’enchaînaient, il y avait foule. Même les chats ont eu droit à quelques gourmandises avec un reste de coquillettes relevé de jus de thon et un autre de couscous fort apprécié par les plus gloutons.

172957

Ensuite, Gwlad a préparé une superbe tarte aux pommes, avec des Granny Smith, de la compote et de la cannelle. Elle nous a fait une démonstration de pétrissage de la pâte, technique apprise pendant son stage de l’été dernier dans l’une des meilleures boulangeries-pâtisseries de Nîmes. Très vite, le parfum acidulé irrésistible qui sortait du four a envahi le séjour, nous faisant saliver par avance.

180225

Anti a déplacé Boris le bébé hérisson vers son nouvel abri en attendant qu’il soit hors de danger : la grande salle de bain du bas. Sa cabane douillette en carton bien tapissée de feuilles mortes est désormais au pied du lavabo, ses croquettes et son eau juste à côté. Il aura toute la place qu’il veut, bien au chaud et bien nourri, avec une tranquillité parfaite – il suffira de garder la porte fermée.

192755

Dans la soirée, nous nous sommes régalés d’un hachis parmentier préparé et cuisiné avec amour (variante végétarienne pour Anti et moi, cela va sans dire).

Un vrai dimanche paisible…

Très belle journée à vous

5 Replies to “Un vrai dimanche paisible”

  1. anti

    C’est marrant comme on peut vivre les choses différemment. Après une grasse matinée jusqu’à 13 heures au lit histoire de tenter de récupérer un peu de la fatigue accumulée ces dernières années, je me suis levée avec un torticolis maousse choppé samedi au centre équestre où j’avais accompagnée fifille de 10 h à 13 h. Il y faisait un froid de canard et mes nombreuses couches de vêtements n’ont rien pu faire contre le vent du nord… J’ai dû me replier dans la voiture, sous une couverture… Bref. 13 h, debout et mal partout. Ensuite, enquiller de toute urgence pour faire le taxi (80 km quand même dans l’après-midi au total). Passer chercher les uns et les autres, les accompagner à la danse, régler des histoires de chats (8 appels), faire le plein d’essence, rentrer à la maison se poser, ah non ! téléphone, il est déjà l’heure de repartir. Aller/retour. Retour à la maison affamée : je me lance dans les pan cakes. Razzia sur les fourneaux. Ensuite, la famille regarde un film pendant que je fais le ménage et lance une nouvelle machine à laver (la seconde de la journée). Arrive l’heure de préparer le dîner après avoir installé Boris dans la salle de bain et briefé toute la famille sur les précautions à prendre : « Oui maman… » (résultat, porte ouverte et chats partout ce matin, sauf les 2 restés enfermés par mégarde dans la buanderie…). Heureusement, Lautner est mort. Euh… non, je ne me réjouis pas du fait qu’il soit décédé le pauvre homme, je me réjouis du fait que France 2 ait rediffusé les « Tontons Flingueurs » : pause de 2 h avant de reprendre le linge, les yeux de chats qui coulent etc. 00 h 30 : bonheur de retrouver mon lit. J’ai mal partout, je ne bouge plus. Un doliprane et hop ! Dodo !

  2. valentine

    Et ben voilà, vive l’égalité des sexes!!!!!!! Va falloir briefer les djeuns avant qu’il ne soit trop tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.