Rodilhan, le tribunal confirme l’autorisation de manifester

Hier à 11h, nous étions quelques-uns à nous rendre au tribunal administratif de Nîmes soutenir la demande d’éclaircissement du CRAC Europe en référé sur l’autorisation de manifester dimanche à Rodilhan. Notre éminent juriste au parcours impressionnant (on en reparlera plus en détails un de ces jours) défendait notre cause en compagnie de Jean-Pierre Garrigues.

Il n’était pas inutile de recourir à ce procédé pour avoir une réponse sans ambiguïté sur notre bon droit, après que le préfet eut écrit que nos « manifestations sont de facto interdites » à la suite de l’arrêté municipal imposant un périmètre d’exclusion. Le point de vue du préfet était défendu par sa directrice de cabinet et celui de la mairie de Rodilhan par un avocat peu averti en droit administratif, recadré plus d’une fois par la présidente du tribunal.

Et le droit a été dit, conformément à nos attentes : notre manifestation est bien autorisée. La déclaration du préfet a été considérée comme n’ayant aucune valeur juridique, elle est donc nulle et non avenue. La présidente du tribunal n’a pas jugé utile qu’une nouvelle déclaration de manifester soit déposée. Notre rassemblement devra, bien entendu, se tenir à l’extérieur du périmètre d’exclusion. Ce faisant, il sera parfaitement légal.

Ainsi soit-il.

rodilhan-fr b

14 Replies to “Rodilhan, le tribunal confirme l’autorisation de manifester”

  1. Anna Galore Post author

    Il faut dire à sa décharge (pour une fois) que son avocat était particulièrement mauvais et qu’il ne captait pas grand chose en droit administratif. La présidente l’a recadré à plusieurs reprises. Et ce n’est certainement pas Dédé qui va rectifier de lui-même 🙂

  2. carole davis

    Bravo. Ces derniers actes viennent du désespoir et sont risibles… comme une scène du Pink Panther. Inspecteur Clouseau a tout fait pour mettre la confusion dans les rangs des activistes. Ce qu’il n’a pas compris, c’est que rien nous aurait empêché de venir. Il n’y a pas de confusion possible parce que la voie est clair. Pour les activistes de la PA, tous les chemins mènent à Rodilhan.

    Lui, l’inspecteur Clouseau, il défend un business. Nous, nous luttons pour la justice. Nous ne pouvons pas perdre. C’est uniquement une question de temps. « L’affaire Rodilhan » ne vient que de commencer.

    See you all on Sunday.

  3. géraldine

    Je relève dans terres taurines : « Se gardant bien d’entrer dans le jeu pervers du CRAC, le tribunal s’est borné à appliquer la loi. »
    le défenseur le plus hystérique de la corrida( qui n’est que jeu pervers envers un animal dont on manipule l’instinct de survie pour l’amener à sa mort) voit de la perversion partout. Il devrait, au contraire apprécier, en connaisseur, la stratégie agressive de JPG , qui les pousse dans leur retranchement.

  4. Xavier Ruisi

    nous sommes là, nous arrivons au village de la torture, du sang coule par les égouts, la puanteur de serger reder, avoir un maire comme ça non merci

  5. Xavier Ruisi

    notre colonel en chef Mr jean pierre garrigues pour abolition des corridas biz à dimanche tous au garde a vous

  6. Jan

    quand j’ai lu « Drapé dans sa superbe et aveuglé par sa mégalomanie » sur le blog de Dédé, j’ai bien cru qu’il parlait de lui-même !

  7. anti

    Effectivement, c’est écrit en toute lettre :

    « le préfet du Gard s’est borné à rappeler l’arrêté du maire de Rodilhan du 9 octobre 2013 et, notamment, l’interdiction de manifestation dans un périmètre de 400 mètres autour des arènes ; qu’en indiquant à l’association « vos manifestations sont de facto interdites » le préfet ne
    peut être regardé comme ayant pris la décision d’interdire les manifestations envisagées par
    l’association requérante mais a simplement entendu rappeler à l’association le cadre juridique qu’elle devait respecter et, en particulier, que lesdites manifestations ne pouvaient se dérouler dans un périmètre inférieur à 400 mètres autour des arènes »

    http://nimes.tribunal-administratif.fr/media/document/1302799_crac-contre-prefet30_24-octobre-2013.pdf

  8. tess

    C’est un grand rendez vous!il serait bien que pour une fois le bien l’emporte sur le mal!
    Puisse ce pays retrouver un peu de dignité.Car tolérer une telle cruauté révèle l’infamie de nos politiques et de certains élus!

  9. Anna Galore Post author

    Merci Anti pour le texte intégral de l’ordonnance rendue, qui est parfaitement clair en effet sur le fait que la seule chose qui nous soit interdite, c’est de manifester à l’intérieur du périmètre de 400m.

  10. soleil vert

    Il est toujours croustillant de lire les éructations de Viard, Jean Pierre Garrigues a bien joué. Par contre, ces 400 m me semblent totalement arbitraires, éloignement destiné à ne pas gêner les afiocs, nullement comme alibi pour éviter les affrontements. Bloqués ainsi, sachant les taureaux massacrés plus loin, devinant les applaudissements et les rires gras de la foule hypnotisée par les déhanchements des danseuses en collants roses, il sera difficile de ne pas se rapprocher du lieu initial de la manifestation. On nous écarte comme des malpropres, sous le bon vouloir d’un maire présumé délinquant, mis en examen, c’est quand même le monde à l’envers, encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.