Climat, retour à la normale dans…

Ce n’est désormais plus contesté par personne de sérieux, notre climat se réchauffe en raison de l’activité humaine qui génère un excédent significatif de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Le dernier rapport du GIEC maintient les tendances observées – montée des températures et du niveau des océans pour ne parler que du plus visible.

DSC01428b

Un chercheur canadien spécialiste du domaine, Andrew MacDougall, s’est posé la seule question qui vaille : au bout de combien de temps la planète pourrait-elle revenir à ce qu’elle aurait dû être si nous n’avions pas tout perturber comme nous l’avons fait depuis le début de l’ère industrielle ? Et, comme il est optimiste, il fait le pari qu’une bonne partie des humains fera tout ce qu’il est possible pour remettre tout en ordre, indépendamment des décideurs politiques qui, eux, ne feront probablement rien.

L’une des hypothèses de MacDougall est que, tôt ou tard, nos émissions de CO2 se réduiront, non pas parce que nous serons devenus sensés mais parce qu’il n’y aura plus rien à brûler qui en dégage. Mais s’il n’y avait « que » ça, le retour à la normale prendrait environ 10 000 ans. Aussi, MacDougall compte sur le fait que les humains se mettront à replanter des forêts pour accélérer un peu les choses.

Bon, je vous préviens, il va falloir être patient. Même dans son meilleur scénario, il faudra au minimum 1000 ans. Vers l’an 3000, donc, on verra la calotte glaciaire récupérer un petit 10% de tout ce qu’elle aura perdu au Groenland. Mais dans le scénario le plus pessimiste, elle aura tellement fondu d’ici là que le niveau des océans aura augmenté de près de 3 mètres.

DSC02008b

Et, ce qui n’aide pas, l’enjeu sera de retirer de l’atmosphère plus de carbone que nous n’en aurons émis. La raison en est que le réchauffement, en faisant fondre le permafrost, libère et continuera à libérer pour longtemps des quantités phénoménales de méthane qui étaient piégées par le gel depuis au moins 15000 ans.

Si tout va bien, la température globale de la planète recommencera à baisser vers 2150, les océans auront atteint leur maximum vers 2250 et la banquise aura retrouvé sa surface normale autour de 2450. Ensuite, tout se remettra à baisser en quelques centaines d’années, pour enfin revenir aux valeurs « naturelles » (c’est-à-dire sans dérèglement causé par l’activité humaine) vers l’an 3000.

On a donc intérêt à s’y mettre au plus tôt. Sinon, ce sera pire.

Cette note s’appuie largement sur un article de Pierre Barthélémy, excellent comme toujours.

One Reply to “Climat, retour à la normale dans…”

  1. valentine

    Hubert Reeves était l’invité de la grande librairie hier soir pour présenter son dernier bouquin: « Là où croît le péril…..croît aussi ce qui sauve ».
    Rien que le titre……….L’essentiel de ce qu’il a dit est que si l’homme ne s’enfonce pas dans son crâne qu’il est une toute petite partie (la plus néfaste) d’un univers avec lequel il doit composer avec le beau côté de son intelligence, alors il disparaîtra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.