Rodilhan, appel à la résistance contre la torture

Communiqué du CRAC Europe

Le préfet du Gard a besoin de nous pour prendre la bonne décision.

Lundi 14 octobre 2013, Julie Bouaziz, directrice de cabinet du préfet du Gard, recevait pendant plus d’une heure Jean-Pierre Garrigues, président du CRAC. Le directeur du SDIG (ex RG) du département était présent ainsi que le colonel commandant l’ensemble de la gendarmerie du Gard assistés de leurs adjoints respectifs.

Notre demande était simple : dans la mesure où le maire de Rodilhan, Serge Reder, l’un de nos agresseurs lors du lynchage des militants abolitionnistes le 8 octobre 2011, refusait d’annuler les séances de torture du 27 octobre prochain, la seule solution était la promulgation d’un arrêté préfectoral interdisant le festival « caritatif » des tortionnaires toute la journée du dimanche en question.

Non seulement le préfet ne souhaite pas intervenir en ce sens pour l’instant, mais nous venons d’apprendre que le maire de Rodilhan aurait rédigé un arrêté municipal qui nous tiendrait éloigné à 400 mètres des arènes. Nous n’avons pas vu pour l’instant ce document.

Nous maintenons notre position : nous serons devant les arènes pour manifester.

En octobre 2011, suite à notre action le préfet du Gard avait été vertement interpellé par le président en exercice Nicolas Sarkozy pour son incapacité à empêcher le tabassage d’une soixantaine de militants pacifistes. Dans la mesure où nous n’avions rien déclaré, le préfet n’y était pour rien et nous avons pris nos responsabilités.

Mais cette fois, les autorités sont parfaitement informées de la situation : deux manifestations à l’extérieur avec une forte probabilité d’actions pacifistes et variées à l’extérieur comme à l’intérieur des arènes. La corrida génère de plus en plus de trouble à l’ordre public.

Il faut donc interdire cette nouvelle provocation des barbares des arènes. Alors qu’un procès retentissant se prépare pour le début de l’année prochaine, nos agresseurs pourraient donc organiser à nouveau une séance de torture de veaux, vaches et taurillons, deux ans après leurs exactions ?

Le préfet du Gard doit prendre ses responsabilités.

Aidons-le en lui écrivant et en lui téléphonant ainsi qu’à son secrétaire général et sa directrice de Cabinet. Après Rion-des-Landes le 24 août dernier, ils connaissent le niveau de détermination des militants. Le préfet ne pourra pas dire qu’il ne savait pas.

Soyons courtois et ferme !
Demandons-lui d’interdire le festival taurin de Rodilhan
du dimanche 27 octobre 2013

Nous en appelons au droit de résistance à l’oppression
(article 2 de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789)

Quand la loi est tyrannique, le citoyen est légitime dans sa remise en cause. Et la loi permet à de petits dictateurs locaux de torturer des animaux, juste pour le plaisir, en utilisant de l’argent public. Cela doit cesser au plus vite !

Préfet
hugues.bousiges@gard.gouv.fr
04 66 36 40 02

Secrétaire Général, Sous-préfet de l’arrondissement de Nîmes
denis.olagnon@gard.gouv.fr
04 66 36 41 02

Directrice de cabinet
julie.bouaziz@gard.gouv.fr
04 66 36 40 11

crac header

4 Replies to “Rodilhan, appel à la résistance contre la torture”

  1. Anna Galore Post author

    A retrouver aussi sur Facebook à divers endroits dont celui-ci :

    https://www.facebook.com/events/192922334225008/?ref=3&ref_newsfeed_story_type=regular

    Appel à action et boycott du tourisme en France tant que la corrida n’est pas abolie, lancé sur le site américain Friends of Animals :

    http://friendsofanimals.org/news/2013/october/animal-torture-not-culture-abolish-bullfighting

    Une directrice de Friends of Animals viendra des USA à Rodilhan pour être à nos côtés et faire ensuite savoir partout ce qui se passera le 27 octobre.

    Merci à Carole Raphaelle Davis pour tous les relais qu’elle a mobilisés aux USA !

  2. anti

    Mail préfecture fait 😉 Sûr, on ne lâchera jamais. Sauf erreur de ma part, c’est bien ainsi que les aficionados ont obtenus gain de cause en 1951, nous ne faisons que suivre leur exemple finalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.