La tomate, mandragore tueuse ou pomme d’or délicieuse

Il y a deux siècles, la tomate faisait peur à une large majorité des habitants du continent européen. Si son nom courant à cette époque était « pomme d’or », on la surnommait également la « pomme empoisonnée » (oui, comme dans Blanche-Neige) parce que sa consommation avait la réputation d’être mortelle.

DSC02281b

Ce fruit fut importé d’Amérique du Sud par les conquistadors. Le mot « tomate » vient du nahuatl « xtomatl » et se dit d’ailleurs à peu près de la même façon dans toutes les langues, ce qui est le cas de la plupart des autres mots d’origine nahuatl (comme chocolat, par exemple). Au 17e siècle, Pierandrea Matthioli, un herboriste italien, la classa dans la famille des Solanacées, dont fait partie la belladone, une plante vraiment toxique, elle.

Matthioli pensait que la « pomme d’or » était non seulement une belladone mais aussi une mandragore, donc aphrodisiaque. Les mythes associés à la mandragore remontent à l’Ancien testament, où on l’appelait d’un mot hébreu qui veut dire « pomme d’amour ». Les écrits de Matthioli décrivirent ainsi la tomate comme étant à la fois un fruit toxique et érotisant, parfaitement dans la ligne des canons moraux de l’époque (ce qui est bon est forcément mauvais et le désir sexuel ne peut être qu’un poison de l’âme, c’est bien connu).

DSC02282b

Le fruit défendu fut d’autant plus apprécié de ceux qui le dégustaient. Le goût de la tomate est sans aucun doute un pur délice. Une étrange malédiction sembla cependant frapper ceux qui en abusaient.

Vers la fin du 18e siècle, il n’était pas rare chez les nobles ou les riches bourgeois qui mangeaient des tomates de mourir dans d’atroces souffrances. La cause de leur décès était en réalité le plomb dont étaient faites les assiettes qu’ils utilisaient. La tomate étant acide, elle dissolvait suffisamment de plomb qui se mélangeait à son jus, au point d’être hautement toxique. Et comme les gens mangeaient des tas d’autres choses sur les mêmes assiettes sans avoir de problème, ce fut, bien entendu, la tomate qui fut désignée comme coupable.

DSC02283b

Ce fut du petit peuple que vint la preuve de la bêtise des aristocrates. Vers 1880, de modestes Napolitains inventèrent la pizza. Le succès fut foudroyant et n’a toujours pas faibli de nos jours. Même les enfants qui refusent absolument de manger de la tomate cuite la dégustent avec délice lorsqu’elle est étalée sur une belle pâte à pizza. Le mythe de la tomate tueuse en prit un sacré coup. Car aucun mangeur de pizza n’eut jamais le moindre problème de mort subite, sauf s’il faisait partie de la camora, mais cette dernière utilisait d’autres moyens de rétorsion que les tomates (ben justement, tiens, souvent à base de plomb, mais sans tomate).

Il fallut des décennies avant que la tomate ne parvienne à conquérir les pays anglo-saxons. Sa réputation de nocivité était solidement ancrée dans les croyances. Aussi, les habitants de ces contrées utilisaient principalement les tomates comme plantes ornementales. Et même si de nombreux écrits expliquaient comment les faire pousser, voire comment les consommer, très peu osaient les inclure dans leurs repas, ayant peur de s’empoisonner.

DSC02284b

Lorsqu’on découvrit sur la côte Est des Etats-Unis que la tomate pouvait être infestée par un ver de près de 10 centimètres de long avec une corne sur le dos, la peur ne fit que redoubler. De toute évidence, une créature aussi repoussante qui se régalait d’un poison ne pouvait être que source de terreur. Un certain Dr Fuller écrivit que le ver était aussi dangereux qu’un serpent à sonnette et qu’un simple contact avec la bave qu’il projetait était mortel. Il le nomma un « nouvel ennemi de l’existence humaine », rien que ça.

Fort heureusement, un vrai entomologiste, Benjamin Walsh, fit voler ces âneries en éclats. La tomate s’imposa enfin même chez les plus rétrogrades des Américains (qu’on me pardonne ce pléonasme). En 1897, John Campbell réalisa qu’on pouvait en faire des soupes délicieuses qui se conservaient facilement en boîtes – la marque est toujours florissante de nos jours.

DSC02285b

Seule la culture pop a conservé une trace de cette légende tenace de nocivité. En 1978, une comédie musicale intitulée L’attaque des tomates tueuses eut un grand succès. Le thème : des tomates géantes terrorisent le pays. L’accroche : « La nation est en danger. Est-ce que rien ne pourra arrêter l’assaut des tomates ? »

Non, rien. Mais c’est uniquement parce que les tomates sont un délice que l’on peut consommer sans modération.

Très belle journée à vous

 L’essentiel des infos de cette note provient d’un article paru ici (en anglais), cité par Pierre Barthélémy dans son blog Passeur de Sciences.

En complément, pour les vrais connaisseurs : « Mise en évidence expérimentale d’une organisation tomatotopique chez la soprano (Cantatrix sopranica L.) » de Georges Pérec.

8 Replies to “La tomate, mandragore tueuse ou pomme d’or délicieuse”

  1. valentine

    Cela me fait penser à la chanson de Bashung: Vénus.
    Parole de Vénus:
    Là un dard venimeux
    Là un socle trompeur
    Plus loin
    Une souche à demi-trempée
    Dans un liquide saumâtre
    Plein de décoctions
    D’acide…
    Qui vous rongerait les os et puis
    L’inévitable
    Clairière amie
    Vaste, accueillante
    Les fruits à portée de main
    Et les délices divers
    Dissimulés dans les entrailles d’une canopée
    Plus haut que les nues…
    Elle est née des caprices
    Elle est née des caprices
    Pommes d’or, pêches de diamant
    Pommes d’or, pêches de diamant
    Des cerises qui rosissaient ou grossissaient
    Lorsque deux doigts s’en emparaient
    La pluie et la rosée
    La pluie et la rosée
    Toutes ces choses avec lesquelles
    Il était bon d’aller
    Guidé par une étoile
    Peut-être celle-là
    Première à éclairer la nuit
    Première à éclairer la nuit
    Première à éclairer la nuit
    Vénus
    Vénus
    Vénus
    Ma meilleure tomate, je l’ai dégustée sur un marché en Anatolie: gorgée de soleil un délice absolu.

  2. valentine

    Anna, si tu ne connais pas, je te recommande un petit bouquin de Jean-Marie Pelt, professeur honorairede biologie végétale et de pharmacologie à l’université de Metz, « Les langages secrets de la nature ».
    On y apprend notamment la recette des sorciers vaudous pour mettre leurs victimes en état de catalepsie, de les enterrer et de les déterrer en leur donnant une antidote qui va mettre ces braves gens en étant de zombie!

  3. Anna Galore Post author

    Magnifiques paroles, un bijou ! Et je ne connaissais pas ce livre de Jean-Marie Pelt (lui, en revanche, je le connais de réputation) mais ça donne très envie de le lire !

    Terrevive : oui, ce merveilleux mot de « pomodoro » en italien, ce qui donne « pomme d’or » en français comme je le signale au tout début de l’article.

    …ce qui me rappelle cette vieille chanson de Dario Moreno qu’on entendait chanter partout en 1960 en Tunisie quand j’étais enfant :

    Chérie je t’aime, chérie je t’adore
    Como la salsa del pomodore
    Tu m’as allumé avec une allumette
    Et tu m’as fait perdre la tête

  4. valentine

    Géniale cette chanson! C’est fou ce que la tomate évoque de souvenirs.
    Kathy, je vais m’entraîner à remuer mon nez comme Tabatha mdr…

  5. lulubozo

    tomate russe, coeur de boeuf, ananas, cornue des andes, noire de crimée, cerise et surtout la rose de berne pour moi la meilleure.
    que des noms faisant réver et voyager pour de simples légumes
    le tout sans engrain, du fumier de mouton et du purin d’ortie.
    beaucoup d’amour, un peu de savoir et il y a de quoi se mettre à genoux pour remercier la nature de ses largesses.
    C’est autre chose que les tomates espagnoles sans saveur des étals
    une simple tomate, un filet d’huile d’olive, quelques feuilles de basilic, de persil , de l’ail nouveau, parfois quelques filets d’anchois ou bien du fromage frais de chêvre, ou de buflone les jours d’abondance, un véritable régal, un festin de roi
    Quel dommage que vous ne soyez pas plus prés, vous auriez pu profiter de mes récoltes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.