Une journée fort bien remplie

Il y a des fois où on a l’impression, une fois le soir tombé, qu’on n’a rien fait d’utile de toute la journée. Et des fois, c’est l’inverse. Ce mardi appartenait au second cas et nos journées, à celles qui donnent un sentiment de satisfaction.

DSCN1607b.jpg

Prenons par exemple Anti. De 14h à 19h, elle était au téléphone avec Chantal pour avancer sur son manuscrit. Grâce à leur rencontre en chair et en os il y a quelques jours, elles peuvent désormais travailler à distance en toute confiance, bonne humeur et efficacité. Elles ne se sont interrompues que deux fois. La première, pour une pause pipi indispensable – ben oui, le télétravail n’empêche pas les petites contraintes biologiques de la vie quotidienne. La seconde, parce qu’il était 19h passé et qu’il fallait bien revenir à la famille et à une soirée normale.

Pendant ce temps, moi, j’avais également une réunion téléphonique très productive, même si elle était bien plus courte, environ une heure. Il s’agissait d’une téléconférence avec quatre autres personnes, le petit groupe de gens avec qui je gère l’avenir de ma boîte. Des personnes à l’esprit positif et combattif, aussi motivées que moi à ce que nous finissions par réussir. Nous avons partagé nos idées, nos analyses, nos plans possibles d’action. Le sentiment que nous partagions était celui d’avoir notre destin en mains, de savoir où nous voulons aller et de mieux voir comment y parvenir.

174753.jpg

Après avoir raccroché, j’ai rejoint Anghbor pour lui donner sa séance de physique du mardi soir. Il voulait mieux comprendre son cours sur la lumière et l’optique, des sujets que j’ai toujours beaucoup aimés.

nosferatu.jpgEt pour rendre mes explications plus pédagogiques, j’ai fait des digressions autour des questions secondaires qu’il me posait. Des questions parfois surréalistes, comme par exemple : pourquoi un vampire craint-il la lumière du soleil et pas celle de la Lune ?

Il se trouve que justement, des joyeux drilles à l’esprit rationnel se sont mis un jour en tête de donner une description scientifique du vampirisme comme s’il s’agissait d’un état réel. J’avais, de ce fait, toutes les réponses. La lumière de la Lune, à la différence de celle du soleil, est due à la réflexion de notre astre sur sa surface, ce qui fait qu’elle est polarisée comme le sont les reflets à la surface d’un lac. Elle est donc d’une nature différente et c’est ce qui permettrait à un vampire (s’il en existait) de la supporter. De même, on connait des pathologies humaines qui rendent le soleil mortel et l’envie de sang irrépressible, voire même l’odeur de l’ail toxique.

Anghbor était passionné. Et il a tout compris sur les bases de l’optique, auxquelles nous sommes revenus après quelques détours distrayants.

Pendant que je préparais à manger, Anti jouait en trainant une écharpe derrière elle que Lulu utilisait comme un traineau, suivi de près par Che qui voulait aussi jouer. Quant à notre pensionnaire Tatayet, dont le pelage lui donne des allures de sasquatch félin, il déambulait lentement et discrètement dans sa nouvelle demeure sous le regard étonnamment bienveillant de nos autres chats.

DSCN1604b.jpg

Dans la soirée, nous avons vu le documentaire de Marie-Monique Robin, Les moissons du futur, un film bourré d’optimisme, de plaisir de vivre en harmonie avec la Terre au lieu de la mutiler et de l’appauvrir, de pur bon sens paysan à l’opposé de la spirale suicidaire et mortifère de l’agriculture intensive.

Le plus paradoxal, c’est que cette agriculture dite conventionnelle (à base d’engrais chimiques, d’OGM et de pesticides) est supposée permettre de nourrir la planète alors qu’en réalité, c’est elle qui l’affame.

Le plus prometteur, c’est que l’agroécologie (celle qui se passe des engrais chimiques, des OGM et des pesticides) est non seulement la réponse parfaite à un développement durable, à l’autosuffisance alimentaire et au contrôle du réchauffement climatique puisqu’elle absorbe les excédents de CO2 grâce aux arbres dont les feuilles, au passage, servent d’engrais naturel, mais elle est de très loin la plus productive, avec des rendements largement supérieures à celle dite « intensive ».

DSCN1608b.jpg

Et ça, ça donne carrément le sourire tellement l’avenir acquiert ainsi la possibilité de devenir beaucoup plus lumineux.

Une journée fort bien remplie, en effet.

Très belle journée à vous

La photo du vampire surpris par le soleil levant est extraite du film « Nosferatu » de Murnau (1922)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.