La ville d’en face

DSCN8591b.jpg

Nous voici de retour à Nîmes après deux jours passés dans la ville d’en face et ses environs. La ville d’en face ? En face de quoi ?

Vous connaissez sûrement cette blagounette qu’on se raconte quand on est encore à l’école primaire. Un monsieur demande à un commerçant : « C’est où, le trottoir d’en face ? » Le commerçant lui dit que c’est de l’autre côté de la rue. Le monsieur y va et pose la même question à un autre commerçant qui lui répond : « Le trottoir d’en face ? Vous en venez ».

DSCN8599b.jpg

Et la ville d’en face ? C’est une très vieille commune que les Grecs nommaient ainsi. Dans leur langue, « ville d’en face » se dit « antipolis ». Ce nom s’est déformé avec le temps et a donné Antibol, puis Antibes. Elle était en face de quoi ? Un historien du 19e siècle avait pour explication le fait que les Phocéens – devenus les Marseillais – l’avaient bâtie juste en face de Nice.

Mais manque de bol, Antibes a été fondée il y a plus de 2500 ans et à cette époque, Nice n’existait pas encore. Un autre historien, plus récemment, a découvert dans un manuscrit du second siècle de notre ère qu’elle était en fait décrite comme étant en face de la Corse. Mouais… Elle n’était certes pas la seule dans ce cas. Et toutes ces autres villes ne s’appellent pas Antipolis. Mais bon, admettons.

DSCN8607b.jpg

Pierre Laffitte, le visionnaire qui, dans les années 70, a créé la plus grande technopole d’Europe dans l’arrière-pays, l’a baptisée Sophia Antipolis. Sophia par amour pour sa femme Sophie et Antipolis en référence à l’antique nom d’Antibes qui se trouve… attendez, comment vous expliquer, eh bien, en contrebas, là, juste en face. Comme quoi, on est toujours en face de quelque chose.

Avant-hier soir, entre deux rendez-vous boulot, nous avons dîné près du port de plaisance d’Antibes, au pied des remparts. Nous étions dans un délicieux restaurant chinois recommandé par un copain, l’Ancre de Chine. Nous avons fait ensuite une balade vers le Quai des Milliardaires.

DSCN8600b.jpg

Je ne sais pas si ce nom est officiel mais c’est là que sont amarrés les plus gros yachts privés de la côte. La côte jusqu’où, me direz-vous? Mmmh… C’est un peu comme le trottoir d’en face. Ça dépend d’où on vient et de jusqu’où on va. En tout cas, ces yachts étaient vraiment énormes.

En revenant vers la voiture, on a admiré une pleine lune rouge sombre puis orangée qui montait au-dessus de l’horizon à travers les nuages. Très difficile à prendre à photo (du moins avec mon tout petit appareil) mais vraiment superbe à regarder.

On ne pouvait pas la louper : elle était juste en face.

Très belle journée à vous

DSCN8605b.jpg

2 Replies to “La ville d’en face”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.