Agronomes et vétérinaires sans frontières

L’ONG Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) a pris contact avec nous il y a quelques jours pour nous faire connaître ses actions. C’est avec grand plaisir que nous relayons ici les informations qui suivent.

Mission : combattre durablement la pauvreté et la faim dans le monde.

Depuis 30 ans, AVSF met son expertise au service des petits agriculteurs, pour leur permettre d’augmenter leurs rendements agricoles, tout en préservant les ressources naturelles (eau, terre, forêts). La philosophie de l’ONG est de conduire à l’autonomie et de permettre aux populations paysannes de rester sur leurs terres et d’en vivre dignement.

avsf.jpgAvec 266 professionnels, pour la plupart originaires des pays où ils agissent, AVSF intervient dans plus de 20 pays dans le monde et aide chaque année près de 400 000 personnes, en Afrique, Amérique centrale, Amérique du Sud et en Asie.

Les actions

1 – Nourrir les hommes et préserver la terre.

Valoriser les savoir-faire des petits producteurs et les enrichir de l’expertise de nos professionnels, agronomes et vétérinaires.
Développer les compétences locales et rendre les petits paysans autonomes.
Leur donner un accès à la terre, à l’eau pour nourrir leurs familles.
Établir des liens de solidarité entre les acteurs (Nord Sud, Sud Sud).

2 – Produire différemment en préservant les ressources naturelles

Permettre une gestion durable des ressources naturelles : gestion de l’irrigation, biodiversité des espèces, gestion forestière, aménagement territorial, etc.
Améliorer la productivité et la durabilité des systèmes d’élevage et de culture : intégration agriculture-élevage, agro-écologie, préserver la fertilité des terres.

3 – Éviter les épidémies animales par des campagnes de vaccinations

Stopper les épidémies animales, c’est aussi limiter leur propagation chez l’Homme.
Les mesures de sécurité animale enseignées par AVSF permettent aux paysans de sauver leurs élevages et d’éviter la propagation de virus.

avsf2.jpg

4 – Sortir de la pauvreté, grâce à la vente locale et au commerce équitable

Aider les petits producteurs à s’organiser en coopératives ou associations, pour mieux négocier la revente de leurs produits.
Aider financièrement les petits paysans à obtenir les certifications Agriculture Biologique et Commerce Équitable, pour obtenir un prix juste de leur travail.

Un exemple : AVSF en Équateur

Équateur pourrait être auto-suffisant en productions alimentaires mais l’économie agricole du pays est dominée par de grandes productions destinées à l’exportation (bananes, produits de la mer…) alors que le pays est importateur de blé et de maïs. Ces importations peuvent exposer la population à des variations importantes des prix internationaux. De plus, le commerce de l’agro-alimentaire est contrôlé par une minorité d’entreprises qui répercute les hausses des prix mondiaux sur les marchés locaux tout en maintenant des prix d’achat très bas aux paysans.

Ceux qui souffrent le plus des hausses de prix sont les petits producteurs contraints d’acheter plus de 75% de leur alimentation. Leurs exploitations sont trop petites pour couvrir les besoins de leurs familles mais en plus, ils vendent leurs productions à un prix trop bas, souvent imposé par les revendeurs.

equateur.jpgDans la province de l’Azuay et dans des villes comme Ibarra et Otavalo, AVSF accompagne depuis 2006, une démarche innovante de vente directe de produits biologiques des familles paysannes. Ainsi, à Cuenca, 500 familles se sont organisées pour vendre pour la première fois directement leurs produits sur les marchés municipaux de la ville.

Des prix stables toute l’année permettent aux consommateurs de la ville de ne pas souffrir de hausses intempestives.

En ville également, les consommateurs souffrent des hausses de prix. Mais les produits bios sont vendus au même prix que les produits conventionnels et à des prix stables.

Une étude menée en 2010 montre que la pratique de la vente directe permet aux petits producteurs de vendre leurs productions en moyenne 30 % plus cher qu’aux intermédiaires.

Ces exemples, même s’ils restent limités au regard des grandes dynamiques de marché des aliments en Équateur, démontrent qu’il est possible au travers de différentes initiatives locales de promouvoir un mode de production et consommation autonome de la spéculation sur les denrées alimentaires.

Ces alternatives doivent être soutenues par les pouvoirs publics qui au travers des achats publics pour les hôpitaux, cantines scolaires… peuvent garantir, via l’achat privilégié à des petits producteurs, la génération de revenus locaux, une meilleure distribution de la richesse, et des modes de production qui préservent les ressources naturelles.

Sources et photos : AVSF (http://www.avsf.org)
D’autres infos sur la Newsletter
Un site satellite de l’AVSF : http://speculation-alimentaire.fr/
La partie de cette note sur l’Équateur a été écrite par Pierril Lacroix, Coordinateur du projet marchés paysans d’ AVSF Équateur

One Reply to “Agronomes et vétérinaires sans frontières”

  1. anti Post author

    Tous unis vers un monde plus solidaire ! J’aime ! Un grand bravo à toutes les personnes qui s’investissent selon leurs moyens et leurs compétences dans l’action pour le respect de tous les êtres sensibles.

    Magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.