Le pesticide tueur d’abeilles va être interdit

Les apiculteurs avaient été les premiers à tirer le signal d’alarme depuis des années et les écologistes leur avaient emboîté le pas pour alerter l’opinion sur l’hécatombe qui frappe les abeilles. Le coupable soupçonné était le Cruiser, pesticide fabriqué par Syngenta, mais il continuait à être largement utilisé dans les champs, faute de preuve irréfutable de sa responsabilité aux yeux des pouvoirs publics.

Des scientifiques français viennent d’apporter la démonstration irréfutable de causalité qui manquait. Mieux, ils l’ont publiée dans Science, l’une des revues scientifiques les plus prestigieuses au niveau mondial.

Dès hier soir, le ministère de l’Agriculture réagissait et annonçait qu’il envisageait d’interdire enfin le Cruiser.

DSCN3236b.jpg

Ce poison (ce n’est pas de la diffamation, c’est le sens du mot « pesticide » rappelons-le) est en particulier utilisé à grande échelle pour la culture du colza. Son principe actif est une molécule nommée thiametoxam, un dérivé de la nicotine.

Les chercheurs, Mickaël Henry (Inra) et Axel Decourtye (Acta), ont marqué 653 abeilles en collant sur leur thorax une puce à radio-identification permettant de suivre leurs déplacements. Certaines des abeilles ont ensuite reçu une dose de thiametoxam. Elles ont alors perdu tout sens de leur localisation, ne parvenant pas à retrouver leur ruche, ce qui a entraîné leur mort.

C’est ainsi que des colonies entières ont été décimées par le Cruiser pendant plusieurs années. Selon l’ONU, la mortalité des abeilles est en progression, jusqu’à 85% dans certaines régions, et pourrait avoir de graves conséquences sur la production alimentaire puisque la plupart des plantes, cultivées ou non, sont pollinisées par les abeilles.

DSCN5800c.jpg

Le ministère a précisé qu’il n’attendait plus qu’un avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur cette étude d’ici fin mai, « avant la nouvelle campagne de semences en juillet », selon un responsable. « Si ces nouvelles données étaient confirmées, l’autorisation de mise sur le marché » du Cruiser « serait retirée ».

Et ce n’est pas tout : Paris a saisi la Commission européenne et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Aesa) pour leur demander « d’en tirer toutes les conséquences pour l’évaluation européenne du thiametoxam ».

Syngenta n’a pas réagi pour le moment. En juillet dernier, l’entreprise affirmait qu’elle se défendrait contre toute « allégation » mettant en cause son produit Cruiser dans la mortalité des abeilles. On attend leurs commentaires avec intérêt.

2 Replies to “Le pesticide tueur d’abeilles va être interdit”

  1. Anna Galore Post author

    Syngenta a fait savoir que l’étude en question n’était pas scientifiquement solide.

    Autant dire que cela n’a convaincu personne dans la communauté scientifique, qui l’a fait savoir aussitôt dans un certain nombre de revues en ligne en ne manquant pas de rappeler les conclusions sans appel de l’étude.

  2. Anna Galore Post author

    Enfin, ça y est, c’est officiel depuis peu : le Cruiser OSR utilisé pour le colza et accusé de contribuer au déclin des colonies d’abeilles est définitivement interdit en France après la levée de l’autorisation de mise sur le marché, a annoncé ce vendredi le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

    On applaudit avec soulagement et on se réjouit sans réserve !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.