Des bolos pour les morfals

Cela faisait longtemps, bien trop longtemps que Mouayadi et Anli n’étaient pas venus manger à la maison. C’est exactement ce qu’ils se disaient vendredi soir quand Anti les a ramenés du cours de hip-hop jusqu’à chez eux. Aussi sec, elle les a invités pour hier soir, juste après leur second cours de hip-hop de la semaine qui se termine plus tôt le samedi. Et au passage, Gwlad a proposé à Siam d’être aussi des nôtres.

DSCN8526b.jpg

Nous avons fait les courses dans l’après-midi et n’avons pas lésiné sur leur mets favori : les bananes. Ils en raffolent. Ils peuvent s’en avaler quatre ou cinq d’affilée sans même s’en rendre compte. Pour le plat principal, vu qu’au total on devait être huit autour de la table, le choix a été rapide : une méga platée de bolognaises.

Les bolos, tout le monde aime et c’est facile à préparer. Le tout, c’est de ne pas sous-estimer l’appétit des convives. Là, pour huit personnes (disons sept et demi, parce qu’Enzo mange un peu moins, quand même), on a pris un kilo de spaghetti et un kilo de viande hachée, plus un bon gros oignon et du coulis de tomate.

DSCN8528b.jpg

J’ai récupéré Gwlad et les deux compères vers 19h en ville. De retour à la maison, Gwlad s’est aussitôt mise à la préparation de son super gâteau au chocolat qui contient tellement de beurre qu’à côté les baklawas, c’est du light mais bon, faut c’qu’y faut pour que ce soit onctueux.

Pendant ce temps, Anli et Mouayadi commençaient à attaquer les bananes à titre d’apéro. Anti et moi, on a fait plus traditionnel – rhum, sucre de canne et citron vert.

DSCN8530b.jpg

Vers 20h30, toujours pas de Siam. On a décidé de se mettre à table sans attendre plus longtemps. Les morfals se sont régalés. Oui, « morfal », ça s’écrit sans « e » à la fin sauf au féminin.

Je précise ce détail parce que franchement, avant de vérifier dans le Trésor de la Langue Française, j’aurais fait l’erreur. Ce drôle de mot remonte à Rabelais, il apparait dans Gargantua sous la forme « morfiailler » qui veut dire manger et boire abondamment. Le verbe s’est progressivement déformé en « morfaler », en usage il y a un peu plus d’un siècle, qui a donné le nom morfaloux, puis morfal.

DSCN8534b.jpg

Après les bolos, on commençait à avoir la peau du ventre bien tendue mais on s’est quand même morfalé le gâteau sans rechigner. Siam a débarqué à ce moment-là, on s’est dit qu’on avait bien fait de ne pas l’attendre.

Et en plus, elle avait déjà mangé chez elle. La tehon. On l’a chambrée grave.

DSCN8537b.jpg

Après, on a roulé doucement jusqu’à nos chambres et on s’est endormi. Non, je déconne. Mais bon, on n’avait vraiment plus faim du tout. Al-hamdu li-llâh, comme on dit dans le pays de mon enfance. Les ados sont partis poursuivre la soirée dans la chambre de Gwlad.

Nous, on a regardé Les femmes du sixième étage, un film fort sympathique avec Fabrice Lucchini et une brochette d’actrices espagnoles géniales. Limite on aurait repris de la paella.

Très belle journée à vous

2 Replies to “Des bolos pour les morfals”

  1. valentine Post author

    Oh noooooooooooon!!!!!! Rien qu’à vous lire, j’ai pris 3 kilos!

    Oui, très sympa les femmes du 6ème étage. J’aime bien le rôle de la bourgeoise coincée joué par Sandrine Kiberlain.

    Bon dimanche à la smala………….Au fait, à midi, pour faire léger: un couscous?

  2. Anna Galore Post author

    Sandrine Kiberlain est excellente, en effet.

    Mouayadi et Anli viennent de repartir chez eux. On les retrouve dans l’après-midi pour une démo de hip-hop, je vous en dirai plus un peu plus tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.