Quand les ours tombent pendant que les hommes volent

Il y a quelques semaines, j’étais dans un avion en route vers Londres. Le commandant de bord a ajouté à son blabla habituel cette phrase, qui m’a semblé intriguante : « Notre trajet consommera 3,5 litres de carburant aux 100 kilomètres par passager, ce qui est bien moins qu’une voiture pour se déplacer à 900 km/h ». Certes, mais… cela ressemblait avant tout à une jolie pirouette pour éviter la seule question qui compte : à quelle quantité de gaz à effet de serre (GES) par passager cette si faible consommation apparente pouvait-elle bien correspondre ?

La réponse est apportée dans ce spot de PlanetStupid. Un vol moyen en Europe consomme 400 kg de GES par passager. Le poids d’un ours polaire, celui-là même que la disparition de la banquise conduit à une mort certaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.