Ce soir at « Home »

wp_terre1.jpg

546-117-fr.gif J’en parlais en mars dernier, ça y est, c’est aujourd’hui !

« Home » sort sur les écrans, tous les écrans ! Cinéma, internet, France 2 à 20h30 dans une version raccourcie (1h30 au lieu des 2 heures du film) !

Des projections en plein air (Paris, 22 h sur le champ de Mars, Arbas – Pyrénées – à 21 h, etc.) sont prévues.

Dans la lignée de la Trilogie des Qatsi, « Home » sera projeté ce soir dans 284 salles, le plus souvent gratuitement, parfois à 2 € ou 3 €. Seul le réseau Europalaces (salles UGC et Pathé) ne l’a pas retenu. Le ministre de l’Environnement, Jean-Louis Borloo, a envoyé cent copies aux préfets pour qu’ils organisent des projections, et 10 000 DVD seront donnés aux écoles.

En magasin, « Home » sera vendu 4,99 € (Source Le Parisien)

Yann Arthus-Bertrand et Luc Besson auront choisi ce 5 juin, journée mondiale de l’environnement, pour lancer ce documentaire environnementaliste qui va être présenté gratuitement à la télé et au cinéma dans plus de 50 (ou 130 pays selon les sources) ou sur l’internet (notamment sur YouTube).

À la fois esthétique et engagé, il vise à montrer la fragilité de notre environnement et l’urgence de le protéger.

Au Québec, RDI présentera l’oeuvre vendredi soir à 19h30, sans publicité.

La Fondation David-Suzuki organise aussi un visionnement vendredi matin au Palais des Congrès (complet). Personne n’a payé pour le présenter.

« Au début, Yann (Arthus-Bertrand) voulait un film économiquement neutre, racontait jeudi après-midi Luc Besson à La Presse.
Il devait redistribuer l’argent à des associations. Puis on a décidé d’en faire plus en l’offrant gratuitement, parce que la gratuité permet de rejoindre un public encore plus grand. On a donc trouvé un commanditaire pour payer le film (12 millions d’euros).»

Le premier visionnement de Home a déjà eu lieu plus tôt jeudi à Tahiti. Il doit ensuite être vu au Japon, en Inde, en Europe puis au Canada. Des visionnements publics sont notamment organisés aux Champs-de-Mars de Paris, au Trafalgar Square de Londres et à Times Square à New York.

On pourra y voir ce qui ressemble à une version cinématographique du livre La Terre vue du ciel. Le film d’Arthus-Bertrand est tourné entièrement à partir du ciel. Il a accumulé plus de 500 heures d’images partout sur la planète, du Sénégal au Groenland en passant par l’île de Pâques.

15_small.jpg

« On avance d’image en image, comme si on survolait la Terre en avion, pour raconter avant tout l’histoire extraordinaire de la vie. C’est un miracle inouï. (…) L’homme découvre le feu jusqu’au pétrole. Et là, il y a une formidable accélération qui finit par devenir anxiogène, parce qu’on réalise que l’homme déconne complètement. Ce qui est catastrophique, ce n’est pas ce problème environnemental. C’est le fait qu’on n’y réagisse pas », explique-t-il.

Besson et Arthus-Bertrand assurent qu’ils n’ont pas la prétention de changer le monde avec un film. Par leur stratégie de distribution massive, ils espèrent fouetter le maximum de gens pour leur rappeler l’urgence d’agir.

« Notre réaction me fait penser à celle d’un patient à l’ongle incarné, avance Besson. Ça enfle et on lui dit que ce n’est pas grave. Puis la gangrène arrive, et il ne bouge pas, il s’habitue au problème. À la fin, il faut amputer toute sa jambe. Nous, on dit clairement aux gens que ça fera mal, mais qu’il faut soigner le problème avant qu’il ne soit trop tard. » (Source Mon Cinéma)

3_small.jpg

Ce que nous sommes en train de détruire et à toutes ces merveilles que nous pouvons encore préserver. « Vu du ciel, on a besoin de moins d’explications ». La perception que l’on a est plus immédiate, intuitive, émotionnelle.
HOME va directement toucher la sensibilité de chacun d’entre nous et nous faire prendre conscience que nous devons changer notre regard sur le monde. HOME traite des grandes questions écologiques auxquelles nous sommes confrontés et nous montre comment tout interagit sur notre planète.

Synopsis

En 200 000 ans d’existence, l’homme a rompu un équilibre fait de près de 4 milliards d’année d’évolution de la Terre. Le prix à payer est lourd, mais il est trop tard pour être pessimiste : il reste à peine dix ans à l’humanité pour inverser la tendance, prendre conscience de son exploitation démesurée des richesses de la Terre, et changer son mode de consommation.

En parallèle de ce film, J’ai reçu cette vidéo hier soir de la part de Sapotille… Magnifique Severn Cullis-Suzuki en 1992, alors âgée de 12 ans. Discours à l’ONU…


Une fille de 12 ans met une claque aux dirigeants du monde…

Et 17 ans après ?

On veut tous avoir des nouvelles de cette jeune fille après un discours pareil ! J’ai trouvé cet article sur le site de l’UNICEF.

ibc-img-2.jpg NEW YORK, Etats-Unis, 10 juillet 2008 –

Il y a juste un peu plus de 16 ans, une Canadienne de 12 ans appelée Severn Cullis-Suzuki montait à la tribune du Sommet Planète Terre à Rio de Janeiro (Brésil) et donnait un discours qui laissait pantois les nombreux diplomates de la salle.

« A l’école, à la maternelle même, vous nous enseignez comment nous comporter dans le monde, avait-elle dit avec l’aplomb d’une personne deux fois plus âgée, vous nous dites de ne pas nous battre, de trouver une solution à nos problèmes, de respecter notre prochain, de nettoyer ce que nous salissons, de ne pas faire de mal aux autres créatures, de partager, de ne pas être cupides. Alors, pourquoi est-ce que vous, à peine sortis de cette salle, faites ce que vous nous dites de ne pas faire ? »

Inspirer d’autres jeunes militants

Ce discours allait changer la vie de Severn Cullis-Suzuki. Après cette conférence, elle a commencé de voyager dans le monde entier et à donner des discours pour un environnement plus juste. Elle continue aujourd’hui.

La vidéo de son intervention au Sommet est depuis longtemps une source d’inspiration pour les jeunes militants d’un peu partout dans le monde. Depuis qu’il a été affiché sur Internet, des millions de personnes ont été inspirées – ou réprimandées – par les paroles de la jeune fille.

« C’est étonnant de voir la portée de ce discours, affirme Severn Cullis-Suzuki, 28 ans maintenant. « Et moi, quand je le vois maintenant avec mes yeux d’adulte, je peux vraiment presque m’en séparer. Je le vois comme un symbole du pouvoir de la jeunesse et de l’importance de la voix de la jeunesse, et de tout ce qui peut se passer quand une jeune personne est soutenue par sa communauté ».

Severn est toujours une militante connue au Canada et dans le monde entier. Elle a récemment obtenu une maîtrise d’ethno-biologie et vit dans une communauté autochtone en Colombie britannique, ce qui lui permet d’associer ses connaissances scientifiques à une compréhension plus traditionnelle de la gestion de l’environnement. Elle a également participé à la rédaction d’un livre sur les jeunes militants du Canada.

« Le pouvoir des enfants »

« Il y a très peu de choses qui ont été dites en 1992 qui ne sont pas exactes aujourd’hui », fait valoir Severn, citant une longue liste de problèmes écologiques provoqués par les humains. « Et je crois que cela, une fois encore, montre le pouvoir des enfants ».

« Les enfants peuvent affirmer cette sorte de vérité, poursuit-elle, ils n’ont pas d’arrière-pensées ni cette connaissance complexe qui nous empêche de nous exprimer quand nous sommes adultes, et ils peuvent demander aux adultes : ‘pourquoi est-ce que vous détruisez la planète ? Pourquoi compromettez-vous mon avenir ?’ En tant qu’adulte, je ne peux pas poser ces questions de la même manière ».

« Nous avons besoin des enfants pour aller au vif du sujet, pour éliminer ces complications que l’on se crée lorsqu’on vieillit, pour nous obliger à nous rappeler ce qui est vraiment important ».

Le film en anglais
Le film en espagnol
Le film en allemand (activer le sous-titrage)
Des vidéos et des infos sur le tournage de « Home » : « Home » project.
Le site de Good Planet.

Nicolas Hulot, lui aussi, devrait passer au grand écran pour poursuivre son combat pour la sauvegarde de la planète. « Le Syndrome du Titanic » devrait sortir le 7 octobre 2009.

Sur le blog, retrouvez Yann-Arthus Bertrand dans : Vu du Ciel et 6 milliards d’autres.

A lire aussi, les notes sur les documentaires : Un jour sur Terre et Nos enfans nous accuseront.

A découvrir aussi « Terre TV« , la chaîne sur l’environnement et le développement durable sur le web.
Tout sur la Trilogie des Qatsi
Le blog Gaïa
Des dizaines d’articles sur le web dont, encore une fois, un papier nauséabond sur Libé (Bon Dieu Sartre ! qu’est ton journal devenu ?) de Iegor Gran bien connu pour son l’humour noir détonnant. Sauf que là, ça n’est pas d’un roman dont il s’agit. C’est de la réalité. Notre réalité.

Comme le disait encore Anna ce matin dans sa note d’accueil

« Un rien sépare la vie du néant. Juste un battement d’ailes. Il n’y a pas très longtemps que nous le savons.
Il est plus que temps d’y faire très attention. »

anti, Humaine, sweet Humaine.

26 Replies to “Ce soir at « Home »”

  1. Anna Galore

    Ce n’est pas souvent qu’on vous dira ça mais ce soir REGARDEZ LA TELE !!! (sur France 2, bien sûr).

    Fantastique l’intervention de cette jeune fille à l’ONU il y a 16 ans et magnifique de voir ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

    Anna, tous at « Home » ce soir sur France 2 à 20h30

  2. anti

    Hâte et peur en même temps. Forcément, ça va cogiter sérieux après l’avoir vu.

    Je viens de rajouter le lien vers la Trilogie des Qatsi que j’avais oublié de mettre hier en préparant la note. Zone évidente !

    anti, et Vie Danse.

  3. Adele Riner

    Je ne connaissais pas cette vidéo… Effectivement elle met une claque.
    Le dernier passage est particulièrement percutant d’évidence.
    Bravo.

  4. ramses

    Une première impression après avoir vu Home sur Fr2 :

    Magnifique et terrifiant…

    Il est très urgent de reprendre les choses en mains.

  5. anti

    Je suis atterrée… Plus que déprimée…

    Le discours qui se poursuit est alarmant ! J’entends trop de bêtises ! Du genre « A qui la faute ? » Mais on s’en fout! Là n’est pas la question bordel ! C’est « Maintenant ? On fait quoi ? Et surtout comment ? »

    ‘9 milliards dans 50 ans c’est rien’ et ça fait combien dans 100 ans pauvre pomme ! Avec quelles conséquences ?

    En 1900 : 1,5 milliard de personnes peuplaient la planète
    En 2006 : 6,5 milliards

    A voir sur le site de l’INED le compte en temps réel du nombre d’habitants sur Terre. http://gaiablog.over-blog.com/article-2852833.html

    Le papier et les eucalyptus ? Combien de nous avons ne serait-ce qu’une étiquette « non à la pub » alors que :

    Refuser la pub dans votre boîte aux lettres c’est :

    – économiser une moyenne de 40 kg de papier par an;
    40 kg de prospectus, c’est 40 kg de papier pour lesquels il faut, selon le procédé :

    – 20 à 40 kg de bois,
    – 200 à 600 litres d’eau,
    – 120 à 240 Kwh d’électricité,
    – encre avec des métaux lourds,
    – des adjuvants et colorants.

    L’économique
    Soit un coût minimum de 62 euros hors distribution, facturé directement aux consommateurs lors de leurs achats.
    Une fois la pub « consommée » ou « non-consommée », il faut ajouter le coût du traitement : collecte, transformation ou incinération (environ 4 euros par foyer), assumé par les particuliers au travers des différents impôts et taxes.
    En conclusion, pour une ville de 60 000 habitants, le courrier non adressé représente 1 200 tonnes par an et une dépense de 120 000 euros par an en frais de collecte et traitement). Enfin, cerise sur le gâteau, le refus de pub c’est ne plus chercher son courrier dans un monceau de prospectus.

    (http://www.univers-nature.com/stop-pub/index.html)

    « Est-ce si grave que ça que la biodiversité disparaisse ? » Un alcool fort svp !

    anti

  6. anti

    Et la pêche ! Yallah !

    Ben voyons, c’est pas le pauvre pêcheur sénégalais qui fait peur, c’est eux :

    Un des plus grands fléaux de la Méditerranée est la pêche industrielle. Des bateaux de pêche, véritables usines flottantes, utilisent des techniques infaillibles, très rentables mais dévastatrices pour de nombreuses espèces marines. Les poissons de consommation courante sont les cibles des filets dérivants, mais ces « murs » qui peuvent s’étendre jusqu’à 40 km de long sont infranchissables pour tout animal qui les trouve sur son chemin. Tortues, requins et cétacés deviennent les proies involontaires de ces filets. Les dauphins ne détectent pas toujours l’obstacle, ni ne peuvent couper avec leurs dents les mailles du filin métallique hautement résistantes.
    dauphin bb 5.jpg (13751 octets)
    filet dérivant.jpg (9945 octets)
    Dauphin tué par un filet dérivant

    Une réglementation internationale limite l’utilisation de ces filets, mais les bateaux non-européens (coréens en particulier) échappent à cette loi et viennent « faire le plein » en Méditerranée au détriment de la faune locale. En réaction à cette situation préoccupante, des actions de préservation et de sensibilisation de l’opinion publique se sont créées depuis quelques années.

    http://www.manon.org/filderiv.htm

    Et la viande, une horreur. Une corde SVP.

    anti, colère, très « Colère » http://www.annagaloreleblog.com/archive/2008/02/29/colere.html

  7. anti

    Allez ! Maintenant le bio !

    Youpi !

    Mais qu’elle est con c’te bonne femme, la Sylvie là !

    On ne peut pas passer du pesticide au bio comme ça. Ben voyons ! Et comment on faisait avant l’industrie chimique ? Il y avait moins de monde ? Donc moins de main d’oeuvre…. On peut produire et consommer bio, responsable, respectueux pour tout le monde !

    « Qu’est-ce que l’homme n’aurait jamais du inventer ? »

    La propriété privée à mon avis, pourtant, l’un des droits de l’homme fondamentaux…

    anti

  8. anti

    Et l’autre là, qui pense qu’on doit encore inventer quelque chose… Qu’il relise les philosophes grecs, il se rendra compte qu’on n’a rien à inventer mais bien tout à redécouvrir…

    anti

  9. anti

    « Sylvie Brunel ». Ca y’est, je vois la bête… Je comprends mieux beaucoup de choses dans son discours… Madame Eric Besson, ancienne de ACF… Ben, franchement, je comprends mieux certaines démissions moi qui prenais le café avec l’un de ses directeurs souvent quand je bossais dans la même rue dans le XIVe à Paris…

    Note positive pour finir : ce sont les hommes et les femmes qui font et qui défont. A nous de jouer !

    anti, y’a du boulot !

  10. anti

    Bon, pour terminer, je viens d’ajouter dans la note, les liens vers les versions en anglais, espagnol et allemand (avec sous-titres). Si vous avez d’autres liens à signaler, merci de me les indiquer, je les mettrai en ligne.

    anti, passe à ton voisin.

  11. Kathy Dauthuille

    Je passais à la FNAC hier après-midi et ils projetaient le film.
    C’est une apothéose ! une ‘rapsodie’ à la terre comme disait quelqu’un lors du débat hier à la Télé.
    Il y eut aussi un débat à la Fnac. Tant de choses seraient à faire pour les pays pauvres ! Mais qu’est-ce que les gouvernements attendent ! C’est effrayant !
    Bien sûr il faut commencer par soi-même, mais il y a des agissements au niveau des pouvoirs, qui sont incohérents quand on voit le danger qui menace la Terre.

  12. Christina

    Je ne suis pas certaine que l’homme soit suffisamment grand pour réparer ses bêtises. Je n’attend pas grand chose des homo politicus et des homo detritus. Une re-naissance ne pourra s’opérer que portée par un tsunami de volontés individuelles partagées et vivement exprimées. Je suis persuadée, même si cela parait risible, que la solution est détenue par le consommateur. Arrêtons d’être pris pour ce que nous n’étions pas et que nous sommes parfois devenus. Prenons nos responsabilités et agissons en cohérence avec nos convictions; quel que soit le prix de nos actes…
    Ne croyons pas au miracle qui ne peux être accompli par le système actuel. Ce dernier est agité par les soubresauts de ses contradictions. Il n’en est que plus pathétique, mais également que plus dangereux.
    La clé est en nous. Individuellement et collectivement. Et le décompte est entamé depuis déjà bien trop longtemps…
    Mais il n’est jamais trop tard pour devenir un juste et franchir les marches qui nous séparent de notre vérité.
    Comme disait ce petit bout de grande femme : « Yalla ! »

  13. Anna Galore

    Je partage assez ton point de vue : tout doit commencer par nous, tous autant que nous sommes. Les prix en grande surface étant ce qu’ils sont – c’est à dire chers – manger bio est devenu paradoxalement pas si cher que ça et souvent moins cher. Il est assez normal qu’il en soit ainsi puisqu’ils dépendent beaucoup moins du cours du pétrole, eux !

    C’est donc une très bonne nouvelle : on peut manger plus sain et avec moins d’impact sur l’émission de CO2 tout en mangeant moins cher.

    La règle simple que nous devrions essayer d’adopter, ou tout au moins de favoriser aussi souvent que possible, c’est de consommer LOCAL. Un indice : cela veut dire des légumes et fruits de saison. Si vous voyez des fraises en hiver, c’est qu’elles viennent de l’hémisphère Sud et que leur transport a crâmé encore plus de pétrole et dérégler encore plus le climat.

    Une grande information donnée hier par Home (dont je n’avais pas conscience avant), c’est qu’une action facile à mettre en oeuvre immédiatement, c’est de manger moins de viande. Les élevages intensifs de bétail impliquent la culture intensive de céréales pour le nourrir, principalement dans les pays les plus pauvres (ce qui réduit d’autant leurs possibilités de produire de la nourriture pour eux-mêmes), au prix de déforestation massive, donc de quantité faramineuse de bois brûlé (aggravation du dérèglement climatique), d’eau consommée (désertification) et de pétrole utilisé pour transporter le soja récolté jusqu’aux bêtes qui le mangent.

    Si nous, les consommateurs, achetons moins de nourriture dont la production est nocive pour la Terre, les producteurs de ce type de nourriture arrêteront d’en produire ou du moins en produiront beaucoup moins.

    N’oublions pas que la PREMIERE source de gaz à effet de serre, ce n’est pas la pollution des villes mais les flatulences du bétail ! Des millions de mètres cubes de méthane. Moins de bétail, moins de méthane émis, moins de dommage pour nous tous.

    Ce n’est qu’un début…

  14. Christina

    Je rajouterai qu’il faut 30.000 à 60.000 litres d’eau pour faire 1 kg de viande et que la consommation de cette même viande contribue à renforcer nos risques de cancer !

    J’ai depuis belle lurette diminué ma consommation de viande et je vois venir le jour où je serai devenue végétarienne !

    Le monde marche sur la tête…

    Et je ne parle pas de ce scandale sans nom que sont les exploitations des schistes bitumineux au Canada…

    Pff….

  15. Anna Galore

    Christina, il me semble que YAB a plutôt parlé de 3 000 litres (pas 30 000), ce qui est déjà effarant – et ne change rien à la validité de ton commentaire.

  16. anti

    Meuh non ! Anna, ton café est très bon ! Si ! Si ! Je ne plaisante même pas 😉

    Contente de te lire Christina. Tout cela est bien intéressant, inquiétant, mais intéressant.

    Nous venons d’acheter le DVD de « Home » la Fnac. A voir et à revoir.

    anti

  17. Netsah (Anna's son)

    J’ai peut-être raté (j’avoue ne pas encore avoir lu tout l’article) mais pour ceux qui n’ont pas la télé, ou qui ont la flemme d’aller jusqu’à la salle de cinéma :

    http://www.youtube.com/homeprojectFR
    (pour ceux avec un bon écran cliquez sur le petit bouton HD)

    sinon si vous avez un logiciel gratuit ou un add-on firefox pour récupérer les vidéos sur youtube la video en Low Definition pèse ~700Mo et en HD 1,38 Go (je vous conseille fortement, vous pouvez même le mettre sur un DVD après et le montrer à votre entourage).

    Sinon mon impression.. ben.. je suis pas du genre à m’émouvoir facilement mais là j’avoue j’ai eu les larmes aux yeux de la folie des hommes et de leur instinct d’auto-destruction.
    Ce que j’ai apprécié particulièrement dans ce film par rapport aux documentaires moralisateurs que tout le monde oublie après une semaine car on se sent incapable d’aider, c’est qu’il n’est pas pessimiste.. Pour une fois, on nous parle des idées des gens pour changer le monde, on nous parle d’espoir déjà mis en action dans certains pays. On nous parle du pouvoir d’un seul homme, de la conscience collective. Et ça ça fait du bien.

    Pour tous ceux qui ont des idées ou ont envie de débattre à propos d’autres idées ou tout simplement de lire, de voir de magnifiques photos du monde, de s’informer, n’oubliez pas d’aller sur :
    http://www.goodplanet.org

    Netsah, habitant du monde

  18. ramses

    Tel qui pleure vendredi, dimanche rira… Pas un « politique » ce soir sur les plateaux, notamment d’Europe-Ecologie, pour tirer les leçons du film et ouvrir des pistes… La seule préoccupation des « sondeurs » était de savoir si le film avait profité à la liste « verte », en termes de sièges… Par contre, les « gagnants » rigolaient bien et les « perdants » faisaient la gueule, comme d’hab !

    Par ailleurs, je l’ai toujours en travers que l’on ait fait financer ce film magnifique par PPR (et non par la Fondation François Pinault, je le reprécise au passage). Dans ce groupe, qu’il serait caricatural de juger « écologiste », figure la CFAO (Compagnie Française de l’Afrique Occidentale), qui a largement contribué au pillage des ressources naturelles africaines. Sans parler de l’activité d’origine de François Pinault (père), qui était importateur de bois africains en France et qui a constitué la base de sa fortune… N’oublions pas non plus que ce financement est déductible des impôts des Sociétés du Groupe, ni que des centaines d’emplois vont disparaître à La Redoute et à la FNAC. L’hypocrisie d’un Système, qui permet de se refaire une virginité à bon compte… Mais personne n’y trouve rien à redire. Drôle d’époque !

  19. Anna Galore

    Je viens d’écouter un peu France-Info ce matin. Il semblerait qu’une polémique pathétique soit en train de prendre de l’ampleur : la projection de Home vendredi soir aurait influencé le choix des votants en faveur des écologistes. Certains perdants et certains journalistes s’en indignent.

    Ah bon ? Ils trouvent ça anormal ??? Ils n’ont pas honte ???

    Il faut espérer, oui, que ça a influencé les votants !!! S’il y a bien un sujet planétaire majeur, ce n’est pas le nombre de sièges du PS ou du Modem mais bien l’écologie, non comme un gadget perdu au milieu d’un programme électoral mais comme l’unique sujet porté par des gens qui sont dévoués à cette cause depuis plus de 30 ans.

  20. anti

    Tu sais Ramses, franchement, comme j’aimerais que mes petits enfants puissent tout simplement vivre, je peux te dire que je me fous royalement de savoir que cette démarche ait été financée par machin ou truc. Ce qui m’importe c’est qu’elle ait eu lieu et que d’autres, j’espère, suivront, de plus en plus fortes.

    Quant aux pignoufs Anna, je pense la même chose : j’espère bien que cela aura influencé les gens ! Tant mieux si la journée INTERNATIONALE de l’environnement tombait juste avant les élections européennes !

    anti, dégoûtée.

  21. Anna Galore

    « je me fous royalement de savoir que cette démarche ait été financée par machin ou truc »

    Je dirais même plus : c’est un vrai signal que ce film ait été financé non par des militants écologistes (qui n’en auraient pas eul les moyens) mais par un grand patron immensément riche qui n’a rien d’un libertaire gauchiste. Si le climat se transforme en casserole de lait qui déborde, pour reprendre l’image utilisée par je ne sais plus qui vendredi soir sur la 2, les grands patrons seront tout aussi exposés à l’extinction de notre espèce (et de plein d’autres) que n’importe lequel d’entre nous.

    C’est un vrai signal que ce soit les gens aux manettes de l’industrie nationale ou internationale qui prennent conscience de l’urgence d’agir. Si le combat pour la survie de la planète n’atteint pas ceux qui la mettent le plus en péril, c’est un combat inutile. Et s’ils y trouvent au passage un intérêt personnel, ça m’est franchement égal.

    Je rêve du jour où les plus grands céréaliers diront « stop, on ne déforeste plus, on va plutôt produire plus propre », je rêve du jour où Monsanto déclarera « nous nous sommes trompés, nous arrêtons les OGM, à partir de maintenant, nous ne produirons plus que des semences naturelles ». Ce jour-là, je les applaudirai, je les remercierai, quelles que soient leurs erreurs enfin passées.

  22. ramses

    Bien d’accord avec vous, mais depuis vendredi soir, je n’ai pas entendu une seule phrase de Cohn-Bendit (il en a dit beaucoup), ni des autres « politiques », qui aille dans le sens d’une véritable prise de conscience de l’imminence des dangers décrits dans « Home ». Laissons-leur un peu de temps, mais pas trop…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.