La porte de toute merveille

Je ne sais pas comment était le ciel chez vous hier soir. Ici, des nuages à haute altitude le faisaient ressembler à la surface de la mer parcourue de vagues. Gwlad nous demandait en début de weekend si on pourrait aller à la mer. nous lui avions répondu qu’il n’allait pas faire suffisamment beau. Et c’est la mer qui est venue à nous. Le vent devait être violent, là haut. Ca défilait à toute vitesse. Et le ciel paraissait encore plus immense que s’il avait été vide, avec ce dôme ondulant qui le matérialisait.

579874775.JPGEn rentrant et en m’installant à mon PC pour lire les derniers commentaires sur le blog, j’ai ouvert un peu par hasard un fichier où je mets les citations que j’utilise pendant l’écriture de mes livres. Celles déjà prises pour La veuve obscure étaient en italique. Puis venaient quelques vers sublimes de Lao Tseu. Ils semblaient avoir été écrits pour décrire notre vision du ciel-mer en la magnifiant :

Deux, issus d’une même source mais portant des noms différents
Ce deux-un s’appelle mystère
Mystère au-delà du mystère
Porte de toute merveille
.

Comme toutes les pensées vraiment profondes, celle-ci peut s’appliquer à bien des choses, aussi bien mystiques que profanes. A commencer par le couple parfait, qui fusionne en une seule âme, à la fois deux et un. Une expérience profondément mystique et profane à la fois.

Aussitôt, j’ai repris mon manuscrit. Hier matin, quand j’ai mis la dernière main au chapitre 11, je n’arrivais pas à en sortir. D’habitude, une fois le chapitre terminé, je m’en détache et il peut se passer plusieurs jours, voire plusieurs semaines, avant que la suite ne m’apparaisse. Mais là, j’étais toujours avec mes personnages, en plein milieu d’une scène qui venait de trouver une conclusion temporaire mais qui appelait un développement immédiat. J’ai commencé par me dire : j’ai le temps, on va laisser décanter, j’y reviendrai un peu plus tard.

1697666311.JPGEn fait, le « plus tard » est devenu « maintenant ». J’ai écrit :

Chapitre 12

La porte de toute merveille

Et les mots se sont alignés sans effort. Tout était là, devant mes yeux, comme si je regardais un film se dérouler à la télé.

Je n’ai arrêté d’écrire que parce qu’il fallait que j’aille me coucher à une heure raisonnable, le weekend prolongé arrivant à sa fin. Mais j’y suis presque, j’en ai écrit plus des trois-quarts et ce qui reste est tout simple à raconter. Je terminerai d’ici ce soir.

La porte de toute merveille est devant moi, grande ouverte.

Très belle journée à tous

4 Replies to “La porte de toute merveille”

  1. Catherine Post author

    Réflexions dans la ligne des miennes. Echo… Echo…

    quand je me demande si deux sont issus de Un ou si deux deviennent Trois…? Deux visions différentes selon que l’on regarde en amont ou en aval. Deux visions parce que pas encore abouties ?

    Deux, expression d’une même réalité. Ombre et lumière, variation de la luminosité, noir et blanc, variation de couleurs.

    Merci de cette citation que je vais garder dans un coin… Et plaisir de lire que ton livre avance…

  2. anti Post author

    Des photos splendides, des mots tout aussi forts pour raconter un vécu intense.

    C’est amusant de lire sa propre vie chaque jour. Hier, je pouvais littéralement voir l’histoire sur le visage de Anna, dans ses gestes même, dans sa façon de se mouvoir. Il fallait que ça sorte.

    anti, réveil surfing.

  3. ramses Post author

    Le ciel porte en lui le ferment de l’écriture. Savoir l’observer est sûrement une qualité essentielle de l’écrivain.

    Cette alliance du mystère et de la merveille se retrouve au Mont-Saint-Michel, qui ne peut, au-delà des croyances, laisser personne indifférent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.